Votre météo par ville

Plantons le décor : enraciner le paysage local

27-10-2022

Actualité

Nature

Pour la 31 année, l’opération « Plantons le décor » permet de réaliser des achats groupés de plants, graines et bulbes afin de façonner le paysage en préservant les variétés locales, et parfois anciennes. Exemple dans l’Avesnois.

L’an dernier, près de 15 000 arbres et arbustes ont été commandés avec l’opération « Plantons le décor » dans l’Avesnois. © L. T.

Dans l’Avesnois, on a pris conscience du recul des essences locales dans le paysage il y a 27 ans, date à laquelle le parc naturel régional a intégré le dispositif « Plantons le décor » afin d’encourager tout le monde à (re)planter/semer des variétés très locales. Tout le monde, cela va des particuliers – 70 % des personnes concernées pour ce territoire – aux collectivités (15 %) en passant par les agriculteurs (15 %). « Restaurer les espèces locales permet de préserver un patrimoine végétal adapté au terroir et au climat », résume Stéphane Marache, technicien bocage en charge de « Plantons le décor » pour le Parc naturel régional de l’Avesnois.

Dans le dispositif, on envisage la notion de local avec une précision très fine, les essences et variétés étant sélectionnées par le Centre régional de génétique lié aux Espaces naturels régionaux. Arbres et arbustes, graines et bulbes sont ainsi disponibles en commandes groupées, généralement réparties en deux périodes de commande et retrait annuelles. Pour l’Avesnois, la deuxième salve de commande est possible jusqu’au 2 février pour une livraison au 4 mars.

Mâche de Cambrai

Mâche de Cambrai, navet de Péronne, oignon d’Abbeville mais aussi mélanges pour haies champêtres, arbres et arbustes endémiques sont disponibles à la commande groupée qui permet à la fois des prix compétitifs, mais aussi une origine certifiée puisque tous les végétaux proviennent de pépiniéristes du secteur. Une façon, aussi, de participer à leur économie. « Des variétés bien adaptées, et pour lesquelles on constate de meilleurs rendements  », salue Stéphane Marache.

L’an dernier, près de 15 000 arbres et arbustes, un peu plus de 1 000 fruitiers et quelque 500 sachets de graines et bulbes garnissaient 540 bons de commande pour l’Avesnois. Un bon cru que le technicien du parc naturel régional analyse par un effet post-covid : « Les gens font davantage attention à leur jardin. Et ils veulent revenir au local, cultiver leurs propres légumes. »

Et pour se lancer, c’est encore mieux avec des conseils. Car au-delà du bon de commande, sont organisés de nombreux ateliers de septembre à la fin mars. Les journées de l’arbre pour apprendre la taille des arbres, vitale pour eux, des formations à la taille de printemps ou au greffage… Et pour les professionnels en quête de formation, le parc naturel a mis en place un programme de restauration du bocage avec la plantation de haies, de fruitiers… « Nous accompagnons les agriculteurs pour replanter, y compris dans la recherche de financements. Pour certains gros chantiers de plantation, nous travaillons avec les écoles agricoles  », détaille le technicien.

Haies champêtres

Pour les arbres, c’est le charme qui tire son épingle du jeu dans l’Avesnois. Côté arbustes, le technicien bocage désigne clairement la haie champêtre : « Un mélange intéressant de charme, troène d’Europe, cornouiller (qui change de couleur et dont le bois, rouge, apparaît à la tombée des feuilles), érable champêtre (celui-ci passe du jaune au rosé).  » Outre l’arc-en-ciel ainsi planté et la preuve que, même avec des essences locales on ne s’ennuie pas, cette haie champêtre est plus rustique que les sempiternels thuyas (que certaines communes sont allées jusqu’à interdire et qui souffrent, en ce moment, de maladies). La haie champêtre s’adapte, elle, davantage aux prédateurs et ravageurs en raison de sa diversité. Une rotation à elle seule.

Et pour clore sa liste, le technicien tient à ce conseil qui vaut pour tout et partout : la plantation par paillage, des copeaux de bois placés aux pieds des plantations pour maintenir l’humidité des sols. « Une grosse proportion des agriculteurs qui ont pratiqué le paillage a vu leurs haies résister à cet été. Le paillage a aussi l’avantage de faire office de couverture du sol et de se dégrader en humus », égraine encore Stéphane Marache. Une somme de choix et de gestes qui permettent aux territoires de mieux fonctionner, naturellement. 

Justine Demade Pellorce

Lire aussi : « Plantons le décor » : 31 ans de bons et locaux services

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Noël autrement (4/4). De garde avec les soignants
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Noël autrement (3/4). Une fête aux accents d’ailleurs
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Émilie roibet, itinéraire d’une reconversion bien pensée
Architecte paysagiste de formation, Émilie Roibet a quitté ses bureaux lillois pour créer sa ferme florale "À l'ombr [...]
Lire la suite ...

Une Cuma qui a le sens de l’accueil
Localisée à Bois-Bernard, la Cuma " L'accueillante " est confrontée aux départs en retraite de ses membres, souvent [...]
Lire la suite ...

DOSSIER ÉNERGIE. À la centrale de Lens, le bois devient énergies
Unique dans la région, par son genre et sa taille, la centrale de cogénération de Lens produit à la fois de l'élect [...]
Lire la suite ...

Inondations : après la pluie, se reconstruire
Une semaine après les premières crues, le Pas-de-Calais tente d'émerger peu à peu, malgré la menace de nouvelles in [...]
Lire la suite ...

Inondations : 50 millions d’euros pour les collectivités sinistrées
Le chef de l'État en déplacement à Saint-Omer et à Blendecques, le mardi 14 novembre, a annoncé un plan d'aide pou [...]
Lire la suite ...

À la ferme du Major, “on crée de l’énergie”
La ferme d'insertion du Major, à Raismes, emploie 40 hommes et femmes éloignés de l'emploi pour leur permettre, en ac [...]
Lire la suite ...

Jean-Marie Vanlerenberghe : « L’attentat à Arras a souligné les failles du dispositif »
Ancien maire d'Arras et doyen du Sénat, Jean-Marie Vanlerenberghe réclame « une réponse ferme » mais dans le resp [...]
Lire la suite ...

Changer de goût et agir pour le futur
Plus saine, plus durable, plus accessible, l'alimentation de demain doit répondre à d'innombrables défis. À l'occasi [...]
Lire la suite ...

Retour sur la première édition du championnat international de la frite
Le premier championnat international de la frite s'est déroulé à Arras le samedi 7 octobre 2023. Soleil et ambiance [...]
Lire la suite ...

Jean-Paul Dambrine, le patron sensas’
Il est l'icône de la frite nordiste. À 75 ans, Jean-Paul Dambrine, fondateur des friteries Sensas et président du jur [...]
Lire la suite ...

Quatre lycéennes d’Anchin à la conquête de l’Andalousie
Iris, Angèle, Louise et Eulalie, lycéennes à l'Institut d'Anchin, ont passé trois semaines caniculaires près de Sé [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Nord, plusieurs nuances de rose, plusieurs nuances de bleu : l’éparpillement façon puzzle
Avec 11 sièges à pourvoir, c’est le département à renouveler le plus grand nombre de sièges derrière Paris : le [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Pas-de-Calais, la droite (presque) unie, la gauche en ordre dispersé et l’éventualité du Rassemblement National :
Pour les prochaines élections sénatoriales, les gauches ne font pas bloc dans le Pas-de-Calais. La droite, elle, table [...]
Lire la suite ...

Ils proposent des tests de sols en magasins
Les élèves de l'Institut d'Hazebrouck ont proposé des tests de sol dans trois magasins Gamm Vert du Nord vendredi 5  [...]
Lire la suite ...

Maladie. Paratuberculose : Le GDS 62 veut l’éliminer
Ce n'est pas une maladie nouvelle dans le Pas-de-Calais, mais le Groupement de défense sanitaire du département souhai [...]
Lire la suite ...

Numéro 359 : 5 avril 2024

Phytosanitaires : à Lorgies, la quête de solutions
La ministre déléguée auprès du ministre de l'Agriculture et de la Souveraineté alimentaire, Agnès Pannier-Runacher [...]
Lire la suite ...

Inondations : à Norrent-Fontes, une retenue collinaire pour limiter le risque
Une retenue collinaire a été inaugurée le 2 avril à Norrent-Fontes près de Béthune. L'objectif est de limiter le [...]
Lire la suite ...

Politique. Dotation globale de fonctionnement : plus mais toujours pas assez
27 milliards d'euros : c'est la dotation globale de fonctionnement versée par l'État aux collectivités pour 2024. 7 [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires