Votre météo par ville

Historique. Il était une fois Terres en fête

05-06-2024

Actualité

Agenda

Alors que s’ouvre aujourd’hui la quinzième édition du salon Terres en fête, nous remontons le temps pour plonger avec Jean-Marie Raoult et Jean-Bernard Bayard dans leurs souvenirs. Rembobinons aux prémices du plus grand salon agricole au nord de Paris.

Fraîchement nommé ministre de l’Agriculture, Philippe Vasseur (à droite) inaugure la première édition de Terres en fête vendredi 2 juin 1995. À gauche, Luc Guyau, président de la FNSEA. © Archives Le syndicat agricole

C’était il y a 29 ans. Les cinq chambres d’agriculture du Nord, Pas-de-Calais, Somme, Aisne et Oise se mettent autour d’une table avec une envie commune : créer un événement. Parmi eux, se trouve Jean-Marie Raoult, à l’époque à la tête de l’organisme consulaire du Pas-de-Calais. « C’est en 1995 que tout a démarré, rappelle-t-il. À l’époque, nous voulions renforcer ce lien important entre les paysans et les gens des villes. » Terres en fête était né.

Gens des villes et gens des champs

« L’idée, au départ, et toujours d’actualité, était de cibler le grand public et les professionnels », se souvient, de son côté, Jean-Bernard Bayard, qui lui a succédé à la chambre d’agriculture du Pas-de-Calais. « Pour attirer le grand public, il faut bien les savoir-faire des professionnels : mais ce sont deux publics différents c’est en même temps toute la difficulté. »

Devant la championne de France de VTT 1994, le ministre de l’Agriculture enfourche le vélo floqué aux taches de vaches, village des produits laitiers oblige. © Archives Le syndicat agricole

Ces années-là, la maladie de Creutzfeldt-Jakob crée un vent de panique chez les consommateurs qui « avaient peur de manger n’importe quoi et avaient besoin d’être rassurés », complète Jean-Marie Raoult. C’est pour cette raison notamment que naîtra Saveurs en’Or, mais ça, c’est une autre histoire…

D’un côté, donc, « les gens de la ville en quête de sécurité alimentaire », de l’autre « le monde agricole qui ne demande qu’à expliquer ce qu’il fait ». Et au milieu, les cinq départements qui, avant de former une seule région lorsque viendra la réforme territoriale, créent la rencontre. La recette plaît puisque dès la première édition, le salon attire 50 000 visiteurs dont, déjà, 5 000 écoliers guidés dans les allées par l’association Le Savoir vert. Le ruban tricolore est coupé par le tout nouveau ministre de l’Agriculture, originaire du Pas-de-Calais, Philippe Vasseur.

Ancrage arrageois

Si les cinq départements imaginent que le salon se déplacera d’une édition à l’autre, la réalité les rattrape. Une telle organisation a plus de sens en conservant un même site. Justement, la communauté urbaine d’Arras (CUA) dispose d’un terrain qui se trouve, c’est un atout, accolé au lycée agricole arrageois.

Au fil des éditions, les allées sont aménagées pour pallier les aléas météorologiques. Car Jean-Bernard Bayard comme Jean-Marie Raoult s’accordent sur le souvenir pluvieux de 2008, “l’édition de la boue”, surnomme le premier. L’inauguration s’est déroulée “sous des trombes d’eau. On a raflé toute la paille de Tilloy-lès-Mofflaines et fait venir deux camions chargés de sciure pour absorber l’humidité dans les allées, c’était très folklorique ! Des années pluvieuses, d’autres caniculaires, c’est ça la nature, philosophe-t-il. Cela fait partie du cachet. » L’idéal se situant, pour l’agriculteur d’Izel-lès-Équerchin, entre 20 à 22 °C sans vent.

En 2008, Jean-Bernard Bayard inaugure à son tour Terres en fête, une édition marquée par des pluies
mémorables. © Archives Le syndicat agricole

Dans sa boîte à souvenirs également, un obus qui aurait pu contrarier la fête s’il n’avait été neutralisé. La sécurité d’un tel événement, c’est un dossier de plusieurs centimètres, travaillé de concert avec la préfecture, les pompiers, explique Jean-Bernard Bayard. Quant à l’équipe aux manettes de l’organisation, elle est mise à disposition par la chambre d’agriculture et financée par l’association Terres en fête. Elle monte en puissance à mesure que s’approche l’ouverture des portes du salon. La Région Hauts-de-France, les Départements du Nord et du Pas-de-Calais soutiennent avec la CUA chaque édition tandis que certains exposants – Groupama et le Crédit Agricole pour ne citer qu’eux – sont là depuis la première heure.

Mais refermons cette page du passé pour nous tourner vers le présent : cette 15e édition qui s’ouvre ce 7 juin et devrait, elle, passer entre les gouttes…

Louise Tesse

Retrouvez toute l’actualité de Terres en fête dans notre dossier spécial

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Tags
Noël autrement (4/4). De garde avec les soignants
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Noël autrement (3/4). Une fête aux accents d’ailleurs
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Émilie roibet, itinéraire d’une reconversion bien pensée
Architecte paysagiste de formation, Émilie Roibet a quitté ses bureaux lillois pour créer sa ferme florale "À l'ombr [...]
Lire la suite ...

Une Cuma qui a le sens de l’accueil
Localisée à Bois-Bernard, la Cuma " L'accueillante " est confrontée aux départs en retraite de ses membres, souvent [...]
Lire la suite ...

DOSSIER ÉNERGIE. À la centrale de Lens, le bois devient énergies
Unique dans la région, par son genre et sa taille, la centrale de cogénération de Lens produit à la fois de l'élect [...]
Lire la suite ...

Inondations : après la pluie, se reconstruire
Une semaine après les premières crues, le Pas-de-Calais tente d'émerger peu à peu, malgré la menace de nouvelles in [...]
Lire la suite ...

Inondations : 50 millions d’euros pour les collectivités sinistrées
Le chef de l'État en déplacement à Saint-Omer et à Blendecques, le mardi 14 novembre, a annoncé un plan d'aide pou [...]
Lire la suite ...

À la ferme du Major, “on crée de l’énergie”
La ferme d'insertion du Major, à Raismes, emploie 40 hommes et femmes éloignés de l'emploi pour leur permettre, en ac [...]
Lire la suite ...

Jean-Marie Vanlerenberghe : « L’attentat à Arras a souligné les failles du dispositif »
Ancien maire d'Arras et doyen du Sénat, Jean-Marie Vanlerenberghe réclame « une réponse ferme » mais dans le resp [...]
Lire la suite ...

Changer de goût et agir pour le futur
Plus saine, plus durable, plus accessible, l'alimentation de demain doit répondre à d'innombrables défis. À l'occasi [...]
Lire la suite ...

Retour sur la première édition du championnat international de la frite
Le premier championnat international de la frite s'est déroulé à Arras le samedi 7 octobre 2023. Soleil et ambiance [...]
Lire la suite ...

Jean-Paul Dambrine, le patron sensas’
Il est l'icône de la frite nordiste. À 75 ans, Jean-Paul Dambrine, fondateur des friteries Sensas et président du jur [...]
Lire la suite ...

Quatre lycéennes d’Anchin à la conquête de l’Andalousie
Iris, Angèle, Louise et Eulalie, lycéennes à l'Institut d'Anchin, ont passé trois semaines caniculaires près de Sé [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Nord, plusieurs nuances de rose, plusieurs nuances de bleu : l’éparpillement façon puzzle
Avec 11 sièges à pourvoir, c’est le département à renouveler le plus grand nombre de sièges derrière Paris : le [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Pas-de-Calais, la droite (presque) unie, la gauche en ordre dispersé et l’éventualité du Rassemblement National :
Pour les prochaines élections sénatoriales, les gauches ne font pas bloc dans le Pas-de-Calais. La droite, elle, table [...]
Lire la suite ...

Dans les coulisses : Le Fournil bio, fournisseur de pain des Jeux olympiques
Créé en 1996, le Fournil bio est aujourd'hui dirigé par Florent Leroy. Le pari ? Faire du pain 100 % bio, et le plu [...]
Lire la suite ...

Marc Dufumier : « L’agroécologie est avant tout un concept scientifique »
Celui qui était un productiviste convaincu prône un changement urgent des pratiques agricoles, s'appuyant sur l'agroé [...]
Lire la suite ...

Législatives 2024 : Quels sont les programmes ?
À une semaine du premier tour des élections législatives anticipées, prévu le 30 juin 2024, retrouvez en huit point [...]
Lire la suite ...

Législatives 2024 : Quels programmes pour la sécurité intérieure ?
À une semaine du premier tour des élections législatives anticipées, prévu le 30 juin 2024, retrouvez les programme [...]
Lire la suite ...

Législatives 2024 : Quels programmes pour l’immigration ?
À une semaine du premier tour des élections législatives anticipées, prévu le 30 juin 2024, retrouvez les programme [...]
Lire la suite ...

Législatives 2024 : Quels programmes pour le logement ?
À une semaine du premier tour des élections législatives anticipées, prévu le 30 juin 2024, retrouvez les programme [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires