Accueil/Actualité/Alimentation. Comment la profession agricole réagit au « Lundi vert »

Alimentation. Comment la profession agricole réagit au « Lundi vert »

Tandis que la FNSEA fustige les « donneurs de leçon », la Confédération paysanne pointe du doigt les « erreurs » d’une tribune signée par 500 personnalités appelant à ne pas consommer de chair animale une fois par semaine.

Le site lundi-vert.fr propose un accompagnement individualisé des participants à la démarche pour un changement durable des conduites alimentaires.

On est lundi, d’où cette question : combien seront-ils aujourd’hui à suivre l’appel des 500 personnalités à ne pas consommer de viande ou de poisson un jour par semaine dans le cadre de la tribune baptisée « Lundi vert » ? Le manifeste publié il a quelques jours dresse une liste des « raisons impératives de diminuer collectivement notre consommation de chair animale en France » : sauvegarde de la planète, santé des personnes, ou encore respect de la vie animale.
Parmi les signataires, on retrouve des personnalités, artistes, scientifiques, sportifs et acteurs publics. La démarche est également soutenue par un certain nombre d’associations et d’organisations non gouvernementales engagées dans la défense de l’environnement et des droits des animaux.
Les syndicats agricoles, FNSEA et Confédération paysanne en tête n’ont pas manqué de réagir à ce qu’ils considèrent comme une « provocation » et une nouvelle illustration de l’agribashing.

Une insupportable stigmatisation

Le 4 janvier, la Confédération paysanne a réagi par voie de communiqué en soulignant que « nos animaux, notre planète et les citoyen-ne-s méritent mieux que ces mensonges honteux ». Le syndicat minoritaire juge cette tribune appelant « à ne plus manger ni viande, ni poisson une fois par semaine ou à aller plus loin en ce sens » et signée par « 500 personnalités du showbusiness, du milieu politique, de la recherche et du journalisme », comme étant « truffée d’erreurs et de chiffres hasardeux ». Il rappelle également « la responsabilité des industriels et des distributeurs qui, dans leur course aux prix bas, empêchent la généralisation des pratiques d’élevage les plus vertueuses ».
En réponse à cette « insupportable stigmatisation », la Conf’ publiera prochainement un plaidoyer en faveur de l’élevage paysan. Il se présentera sous la forme d’un recueil de paroles d’éleveurs « qui, par leur métier et leurs pratiques, font et vivent la nature au quotidien ».

Dans une tribune publiée dans le journal Le Monde, et qui figure aussi sur le site www.lundi-vert.fr, 500 personnalités fustigent la consommation de viande. © Guillaume Perrin

Contre les donneurs de leçon

Du côté de la FNSEA, la présidente Christiane Lambert considère l’initiative sans étonnement, voire même avec ironie : « Ce n’est pas la première fois qu’il y a ce genre d’appel, déjà il y a 15 ans il y avait eu Paul McCartney », a-t-elle répondu fin de semaine dernière. Au cours de la même intervention, elle s’étonne de « voir des artistes, hommes ou femmes célèbres donner des leçons entre trois allers-retours entre Paris et New-York (…) En France, la consommation de viande ne provoque pas de déforestation, l’élevage rend même des services environnementaux », assure-t-elle.

Vincent Fermon (avec Agra)

Vincent Fermon 2019-01-14T11:18:51+00:00 7 janvier 2019|Categories: Actualité|Mots clés: , , , , , , , |