Accueil/Actualité, Valoriser/Béthunois-Bruaysis-Artois-Lys. Dix minutes pour cerner l’alimentation de demain

Béthunois-Bruaysis-Artois-Lys. Dix minutes pour cerner l’alimentation de demain

La communauté d’agglomération Béthune-Bruay-Artois-Lys romane lance une consultation auprès de ses habitants en amont de l’élaboration de son projet alimentaire territorial.

Le futur PAT de la communauté d'agglomération Béthune-Bruay-Artois-Lys entend développer les circuits courts. ©Pixabay

Moins de dix minutes, c’est le temps nécessaire pour répondre aux vingt questions posées par la communauté d’agglomération Béthune-Bruay-Artois-Lys romane sur les habitudes alimentaires de ses habitants.

Derrière cette enquête, l’objectif de la collectivité est de mieux cerner les enjeux qui permettraient de (re)dynamiser les circuits courts de ce territoire qui s’étend d’Estrées-Blanche à l’ouest à Billy-Bercleau à l’est, et de Saint-Venant au nord à Caucourt, au sud.

Une fois que l’on a passé les premières questions d’ordre général – êtes-vous un homme ou une femme, quelle commune habitez-vous, combien de personnes composent le foyer ou encore le revenu disponible et celui consacré à l’alimentation chaque semaine -, on entre rapidement dans le vif du sujet. A savoir : quelles sont vos habitudes alimentaires ? Si certaines questions demandent quand même de s’interroger sur la manière quotidienne de manger et de faire ses courses, d’autres font appel à ce que les habitants souhaiteraient consommer dans un monde idéal.

Une prime aux circuits courts

Pour la plupart des questions fermées – c’est à dire celles où plusieurs réponses pré-écrites sont proposées – l’objectif de l’enquête est d’évaluer le potentiel de consommation de plus de produits issus de l’agriculture locale, voire bio. Car la collectivité en est convaincue : agriculture et alimentation du futur privilégieront « les circuits courts » et seront « en phase avec les exigences du consommateur ».

La question du prix et de la disponibilité de produits locaux est également souvent évoquée, comme s’il s’agissait à terme de faire tomber certains clichés – les produits locaux et bios sont chers -, et d’inciter des producteurs à s’organiser pour vendre leurs produits en dehors des circuits de distribution existants. Aujourd’hui, si l’on estime que 30% des agriculteurs du territoire pratiquent la vente directe, « l’offre pourrait encore se développer ».

L’éventail des questions est large puisque l’enquête s’intéresse également à la place des produits locaux et/ou locaux dans la restauration hors foyer, qu’elle soit scolaire ou collective.

Cette même enquête va jusqu’à sonder les habitants du Béthunois, du Bruaysis, de l’Artois et la Lys romane sur l’intérêt de mettre en place des initiatives de lutte contre le gaspillage alimentaire en listant très concrètement quelques outils : mise en place de composteurs individuels ou partagés, collecte séparée des déchets alimentaires, installation de poulaillers…

Une démarche de démocratie participative alimentaire

A partir de réponses qu’elle espère les plus précises et les plus nombreuses, la collectivité ambitionne ainsi de « façonner l’alimentation de demain à votre image » ; autrement dit en fonction des retours et attentes de ses habitants. Ces données, poursuit la communauté d’agglomération, « alimenteront le Projet alimentaire territorial (PAT), une démarche officielle inscrite dans la loi d’avenir pour l’agriculture qui mobilise les collectivités, les entreprises agricoles et agroalimentaires, les artisans, les citoyens du territoire ».

Pour s’assurer d’un maximum de retours, la communauté d’agglomération garantit la confidentialité des réponses apportées. Aucun lien ne pourra ainsi être établi entre les réponses à ce questionnaire et les coordonnées des participants. Conservées pendant un an par un cabinet indépendant pour être analysées, les données seront ensuite transférées au service aménagement et développement rural de la communauté d’agglomération. Ce n’est qu’en dernier lieu qu’elles alimenteront la réflexion sur la mise en place du projet alimentaire territorial et pourront servir à la communication autour de cette démarche.

Vincent Fermon

Vincent Fermon 2019-01-03T16:01:46+00:00 3 janvier 2019|Categories: Actualité, Valoriser|Mots clés: , , , , , , |