Accueil/Actualité/Betteraves. Cristal Union envisage de fermer deux sucreries

Betteraves. Cristal Union envisage de fermer deux sucreries

Cristal union envisage la fermeture de deux sucreries et une réduction de l’activité de conditionnement sur un autre site, a indiqué la coopérative le 18 avril.

Le groupe coopératif, qui présente « des résultats négatifs pour l’exercice clos le 31 janvier 2019 », se dit à la recherche de repreneurs et de solutions alternatives à la fermeture des deux sucreries. © JC. Gutner

« Le conseil d’administration de Cristal union a décidé de mettre à l’étude le projet de fermeture des sites de Bourdon (Puy-de-Dôme) et de Toury (Eure-et-Loir), ainsi que le projet d’arrêt partiel de l’activité de conditionnement du site d’Erstein (Bas-Rhin) », selon un communiqué publié par la coopérative Cristal union le 18 avril.

Le groupe coopératif, qui présente « des résultats négatifs pour l’exercice clos le 31 janvier 2019 », se dit à la recherche de repreneurs et de solutions alternatives à la fermeture des deux sucreries. L’usine de Bourdon, d’une capacité de production de 70 000 t de sucre avec 423 planteurs, « est un site très isolé », a expliqué à l’AFP Alain Commissaire, le DG, et si la décision de fermer est finalement prise à l’issue de l’étude, « on ne peut pas imaginer continuer à produire des betteraves et à les véhiculer à quelques centaines de kilomètres ». Les agriculteurs coopérateurs du Massif central « arrêteront de cultiver de la betterave ».

La situation de Toury est différente. Le site, d’une capacité de production de plus de 150 000 t (10 000 ha cultivés par 630 agriculteurs), est à proximité de deux autres usines du sud de Paris, 30 ou 40 kilomètres, « donc il n’y a pas vraiment de sujet » concernant l’emploi ou la production des coopérateurs, a-t-il assuré.

Ne laisser « aucun agriculteur sur le bord de la route »
Juste après l’annonce du groupe, la CGB (syndicat betteravier) a appelé Cristal union à ne laisser « aucun agriculteur sur le bord de la route ». « Cristal union, en tant que coopérative, a le devoir d’accompagner ses agriculteurs pour leur permettre de poursuivre la betterave dans les meilleures conditions », déclare le président Franck Sander. Et la CGB de souligner que la sucrerie de Toury détient le record français en termes de rendements (116 tonnes de betteraves à 16°/ha). Concernant le site de Bourdon, le syndicat refuse la « disparition de la betterave » du bassin de la Limagne. Régis Chaucheprat, président de la CGB Limagnes, appelle dans le communiqué à s’« organiser localement pour construire un nouveau projet betteravier ».

Virginie Charpenet 2019-04-19T12:41:23+00:00 19 avril 2019|Categories: Actualité|Mots clés: , , |