Accueil/Actualité, Agroalimentaire/Bière. Une Bellotte qui dépote

Bière. Une Bellotte qui dépote

Agriculteur à La Couture (62), Frédéric Desmedt a créé sa microbrasserie en 2018. Sa bière, la « Bellotte » blonde vient d’obtenir une médaille d’or au Concours général agricole.

Frédéric Desmet ©DR.

Il n’en revient toujours pas. « Lorsque la nouvelle est tombée dans la soirée du 25 février dernier, je n’ai pas pu fermer l’œil de la nuit ! » Toujours sur son petit nuage, Frédéric Desmedt, qui se considère comme « débutant » dans l’univers de la bière, vient pourtant de décrocher l’une des plus prestigieuses récompenses de la gastronomie française : une médaille d’or au Concours général agricole (CGA). Elle a été décernée à sa bière blonde, la « Bellotte », fabriquée à la ferme des Peupliers, lors du Salon international de l’agriculture de Paris 2019. 

La boisson houblonnée pour se diversifier

Il y a encore quelques mois, Frédéric Desmedt n’avait jamais brassé de bière. Aujourd’hui, il fait partie des meilleurs brasseurs de France. L’idée de lancer une brasserie sur l’exploitation familiale (100 ha de grandes cultures) a germé en peu de temps dans l’esprit de cet agriculteur cinquantenaire. 

« Un pan de mon corps de ferme commençait à tomber en ruine, indique-t-il. Je voulais le sauvegarder et le valoriser en même temps. Créer une microbrasserie m’a paru être une bonne diversification. Le projet concordait aussi avec mon emploi du temps. » 

Frédéric Desmedt participe alors à une semaine de formation au lycée agricole de Douai Biotech en octobre 2016. Il y apprend les bases du métier et découvre les outils nécessaires au brassage. De retour à la ferme, l’apprenti brasseur multiplie les visites de brasseries régionales et commence à élaborer des recettes. 

« Je n’avais aucun équipement pour me lancer, précise-t-il. Chez un ami, nous avons donc réalisé des tests avec du matériel maison. Nous étions les premiers cobayes ! » Confiant dans son projet houblonné, Frédéric Desmedt effectue une étude de faisabilité puis un devis pour construire un atelier de fabrication tout en rénovant son bâtiment agricole. Cuves et autres appareils sont installés par l’entreprise Akxes de Trith-Saint-Léger (59) courant 2017.

©DR.

Circuits (très) courts

En février 2018, la brasserie de la Lawe prend place au sein de l’ancienne étable à vaches de la ferme Desmedt. La Bellotte blonde (la bière médaillée) est le premier brassin concocté et mis en bouteille par notre passionné. Elle est non filtrée et brassée à partir de houblon des Flandres. « L’orge malté provient de la ferme des Mottes de Marquillies (59), précise Frédéric Desmedt. Cette année, je vais utiliser de l’orge brassicole directement produit sur ma ferme puisque j’en ai récolté 7 ha l’été dernier. » 

Si la production se veut locale, la commercialisation l’est tout autant. La Bellotte (blonde, triple ou « hiver »), qui tire son nom du patois « belle » (à la ferme des Peupliers, une jument nommée Bellotte avait aussi marqué l’enfance de Frédéric Desmedt), est distribuée uniquement en magasins fermiers comme Talents de fermes à Wambrechies et dans quelques caves à bières de la région.

« Je privilégie les filières agricoles pour vendre mes produits, souligne l’agriculteur. Il est hors de question d’avoir affaire aux grandes surfaces qui imposent les prix ! Avec la préparation de bières, je souhaitais justement reprendre la main sur une production et tisser des liens avec les consommateurs. » Frédéric Desmedt est vite devenu adepte des foires agricoles locales où il expose ses chopines. Il ouvre également sa brasserie au public chaque vendredi après-midi. « Brasser, faire déguster, livrer et discuter ; c’est tout ce qui me plaît dans cette activité », souligne le producteur qui désire que sa brasserie reste « à taille humaine » (130 hectolitres brassés en neuf mois).

Autant de critères qui ont participé à faire élire la Bellotte parmi les bières les plus goûteuses du pays. Chacune d’entre elles est déjà estampillée de la fameuse médaille d’or distinctive que l’organisation du CGA envoie à la brasserie à l’issue des résultats. « Beaucoup de bouteilles étaient dans des cartons, prêtes à être livrées, sourit Frédéric Desmedt. Nous les avons toutes déballées, poinçonnées et reconditionnées ! » Une gratification que le jeune brasseur tentera à nouveau de décrocher en 2020.

Simon Playoult

Laura Béheulière 2019-03-18T16:44:38+00:00 18 mars 2019|Categories: Actualité, Agroalimentaire|Mots clés: , , , , |