Accueil/Magazine/Centenaire. Des fleurs aux champs d’honneur

Centenaire. Des fleurs aux champs d’honneur

À l’occasion du Centenaire de l’Armistice de 1918, des « jardins de la paix » ont vu le jour sur les anciens champs de bataille de la Grande Guerre.

Blessée par la brutalité des conflits du XXe siècle, la région Hauts-de-France a choisi de célébrer le patrimoine de demain et d’affirmer sa résilience dans l’art paysager et la création artistique. Quinze jardins de la paix sont et seront réalisés à proximité des hauts lieux du souvenir de la Grande Guerre. La Mission du centenaire de la première guerre mondiale et l’association Art & jardins – Hauts-de-France ont créé des projets créatifs et innovants aux couleurs des nations meurtries lors de la Der des Ders.

Faire appel aux sens et à la contemplation

Le Quesnoy, Fromelles, Notre-Dame-de-Lorette… Dans la mémoire collective ces noms rappellent les tristement célèbres batailles de 14-18. Vimy également, près d’Arras. Dans cette commune, le Parc mémorial canadien commémore l’implication canadienne durant la guerre. À proximité du centre d’accueil, les paysagistes Julie Parenteau, Karyna Saint-Pierre et Pierre-Yves Diehl ont imaginé un jardin inspiré par la forêt boréale et les panoramas enneigés du Canada. Au sein d’un périmètre rectangulaire, à quelques mètres de profonds cratères (anciennes tranchées) entretenus aujourd’hui par un troupeau de moutons, des amélanchiers ont été plantés. Ils devraient pousser au milieu d’une prairie de fleurs blanches. L’ensemble de la palette végétale utilisée est un clin d’œil aux immensités canadiennes. Les visiteurs circulent parmi les plantations via un petit sentier de sable. Réunis depuis 2015 au sein du collectif Escargo, les trois artistes vivent et travaillent à Montréal. Leur approche poétise le quotidien en faisant appel aux sens et à la contemplation. En portant un regard différent, curieux et parfois provocateur, les paysagistes sollicités pour l’opération « jardins de la paix » participent à leur manière à la réflexion collective sur l’histoire.

Simon Playoult

Laura Béheulière 2018-11-08T14:55:26+00:00 8 novembre 2018|Categories: Magazine|Mots clés: , , |