Votre météo par ville

« Le rôle des chambres est d’éclairer les débats »

29-02-2024

Actualité

C’est tout frais

Les chambres d’agriculture fêtent leurs 100 ans. Pour Sébastien Windsor, qui en est le président, elles ont de nombreux défis à relever.

© H. G.

Le Salon international de l’agriculture a ouvert ses portes il y a une semaine au parc des expositions de la porte de Versailles, à Paris. Un événement incontournable pour Sébastien Windsor, le président de Chambres d’agriculture France depuis 2020.

Agriculteur, cet homme de 52 ans ne conçoit pas son métier sans s’engager auprès des institutions qui l’entourent. Il multiplie donc les casquettes : il est aussi vice-président de la Fédération française des producteurs d’oléagineux et de protéagineux (FOP), président de l’institut polytechnique d’UniLaSalle ou encore vice-président du Conseil économique, social et environnemental (Cese).

Si Sébastien Windsor est issu du milieu agricole – ses parents étaient agriculteurs – ce n’est pourtant pas vers cette profession qu’il se tourne une fois son bac en poche. Il fait le choix de suivre des études d’ingénieurs à l’École des Mines de Nancy. Il part ensuite outre-Manche travailler pour un fabricant de semi-remorques. Une expérience qui dure cinq ans. Puis il quitte l’entreprise dans laquelle il travaille lorsque cette dernière est rachetée. « J’étais le seul jeune cadre, ils se sont appuyés sur moi pour redresser la société. Mais ils avaient des méthodes en décalage avec mes valeurs, alors j’ai pris la décision de partir. »

C’est à ce moment qu’il revient aux sources : l’agriculture. Il s’installe dans son département d’origine, la Seine-Maritime, à une quinzaine de kilomètres de la ferme familiale. À près de 30 ans, il retourne sur les bancs de l’école pour passer un Brevet professionnel responsable d’entreprise agricole (BPREA), une étape incontournable pour celui qui n’avait aucune formation agricole. Une période dont il se souvient avec plaisir, lui qui y allait pourtant à reculons : « Je tire mon chapeau aux formateurs car ils se sont retrouvés face à un public très varié et j’y ai finalement passé de bons moments », sourit-il. Aujourd’hui, il est à la tête, avec deux associés, d’une exploitation « d’un peu moins de 300 hectares et d’un élevage de porcs ».

Engagements

S’il est un homme de terrain, Sébastien Windsor prend aussi le temps de s’engager dans les organismes du monde agricole. En 2007, il intègre un groupement de développement agricole (Geda) puis gravit les échelons jusqu’à arriver à la tête de Chambres d’agriculture France.

Sébastien Windsor est évidemment convaincu du rôle primordial des chambres d’agriculture : « Tout le monde reconnaît notre utilité. Nous avons deux missions principales. Un volet politique : l’État s’appuie sur nous pour accompagner les politiques publiques, car nous avons des références technico-économiques que le ministère n’a pas. Et un deuxième volet, plus technique, d’accompagnement des agriculteurs dans leur métier. Il est primordial de garder ces deux volets », insiste-t-il. Et de préciser : « Cependant, il faut rester vigilant car les chambres ne sont pas des syndicats agricoles. Notre rôle est d’éclairer les débats en amenant des éléments techniques, en proposant des solutions. »

Les défis, le monde agricole n’en a jamais manqué… Lors de ces vœux en janvier dernier et à l’occasion des 100 ans des chambres d’agriculture (lire aussi en page 45), le président a rappelé les étapes majeures que le milieu a traversées en un siècle : « la sortie de la guerre avec le besoin de produire une alimentation pour tous », « la mécanisation et la modernisation de l’agriculture », « la mise en place d’une politique agricole européenne », ou encore « les enjeux de mondialisation »« À chaque fois les chambres ont été là pour accompagner les agriculteurs et les territoires dans ces enjeux. »

L’histoire ne s’arrête pas là… Sébastien Windsor en est pleinement conscient. D’autres défis devront être relevés dans les années à venir. À commencer par le changement climatique, un « sujet majeur » et son pendant, l’irrigation. « Il faudra accompagner les agriculteurs dans leur changement de pratiques », précise-t-il. Mais il est loin d’être le seul enjeu : renouvellement des générations ou encore souveraineté alimentaire, sont autant de challenges à surmonter pour le milieu agricole.

D’où l’importance, selon Sébastien Windsor, de s’impliquer. « L’avenir des chambres d’agriculture ? C’est ce que les agriculteurs décideront d’en faire ! C’est pour cette raison qu’il faut voter lors des élections (les prochaines auront lieu en 2025, ndlr) mais aussi qu’il faut s’investir. Car c’est grâce à cette implication, qu’on fera des chambres d’agriculture des outils efficaces. » 

Hélène Graffeuille

Retrouvez également notre dossier concernant toute l’actualité du salon de l’agriculture.

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Noël autrement (4/4). De garde avec les soignants
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Noël autrement (3/4). Une fête aux accents d’ailleurs
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Émilie roibet, itinéraire d’une reconversion bien pensée
Architecte paysagiste de formation, Émilie Roibet a quitté ses bureaux lillois pour créer sa ferme florale "À l'ombr [...]
Lire la suite ...

Une Cuma qui a le sens de l’accueil
Localisée à Bois-Bernard, la Cuma " L'accueillante " est confrontée aux départs en retraite de ses membres, souvent [...]
Lire la suite ...

DOSSIER ÉNERGIE. À la centrale de Lens, le bois devient énergies
Unique dans la région, par son genre et sa taille, la centrale de cogénération de Lens produit à la fois de l'élect [...]
Lire la suite ...

Inondations : après la pluie, se reconstruire
Une semaine après les premières crues, le Pas-de-Calais tente d'émerger peu à peu, malgré la menace de nouvelles in [...]
Lire la suite ...

Inondations : 50 millions d’euros pour les collectivités sinistrées
Le chef de l'État en déplacement à Saint-Omer et à Blendecques, le mardi 14 novembre, a annoncé un plan d'aide pou [...]
Lire la suite ...

À la ferme du Major, “on crée de l’énergie”
La ferme d'insertion du Major, à Raismes, emploie 40 hommes et femmes éloignés de l'emploi pour leur permettre, en ac [...]
Lire la suite ...

Jean-Marie Vanlerenberghe : « L’attentat à Arras a souligné les failles du dispositif »
Ancien maire d'Arras et doyen du Sénat, Jean-Marie Vanlerenberghe réclame « une réponse ferme » mais dans le resp [...]
Lire la suite ...

Changer de goût et agir pour le futur
Plus saine, plus durable, plus accessible, l'alimentation de demain doit répondre à d'innombrables défis. À l'occasi [...]
Lire la suite ...

Retour sur la première édition du championnat international de la frite
Le premier championnat international de la frite s'est déroulé à Arras le samedi 7 octobre 2023. Soleil et ambiance [...]
Lire la suite ...

Jean-Paul Dambrine, le patron sensas’
Il est l'icône de la frite nordiste. À 75 ans, Jean-Paul Dambrine, fondateur des friteries Sensas et président du jur [...]
Lire la suite ...

Quatre lycéennes d’Anchin à la conquête de l’Andalousie
Iris, Angèle, Louise et Eulalie, lycéennes à l'Institut d'Anchin, ont passé trois semaines caniculaires près de Sé [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Nord, plusieurs nuances de rose, plusieurs nuances de bleu : l’éparpillement façon puzzle
Avec 11 sièges à pourvoir, c’est le département à renouveler le plus grand nombre de sièges derrière Paris : le [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Pas-de-Calais, la droite (presque) unie, la gauche en ordre dispersé et l’éventualité du Rassemblement National :
Pour les prochaines élections sénatoriales, les gauches ne font pas bloc dans le Pas-de-Calais. La droite, elle, table [...]
Lire la suite ...

Ils proposent des tests de sols en magasins
Les élèves de l'Institut d'Hazebrouck ont proposé des tests de sol dans trois magasins Gamm Vert du Nord vendredi 5  [...]
Lire la suite ...

Maladie. Paratuberculose : Le GDS 62 veut l’éliminer
Ce n'est pas une maladie nouvelle dans le Pas-de-Calais, mais le Groupement de défense sanitaire du département souhai [...]
Lire la suite ...

Numéro 359 : 5 avril 2024

Phytosanitaires : à Lorgies, la quête de solutions
La ministre déléguée auprès du ministre de l'Agriculture et de la Souveraineté alimentaire, Agnès Pannier-Runacher [...]
Lire la suite ...

Inondations : à Norrent-Fontes, une retenue collinaire pour limiter le risque
Une retenue collinaire a été inaugurée le 2 avril à Norrent-Fontes près de Béthune. L'objectif est de limiter le [...]
Lire la suite ...

Politique. Dotation globale de fonctionnement : plus mais toujours pas assez
27 milliards d'euros : c'est la dotation globale de fonctionnement versée par l'État aux collectivités pour 2024. 7 [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires