Votre météo par ville

Nouvelles technologies : un danger pour notre cerveau ?

04-10-2023

Actualité

C’est tout frais

Une conférence posant la question des risques des nouvelles technologies pour le cerveau a été donnée par une neuropsychologue, à l’invitation de l’association Défi autonomie seniors, lors de la Foire d’Hazebrouck.

Invitée par Emmanuelle Danguy, chargée de projet à Défi autonomie séniors (à gauche), Anaïs Degeorges, neuropsychologue, a exposé les influences des nouvelles technologies sur le cerveau. © J. D. P.

« L’homme est lent, peu rigoureux et très intuitif. L’ordinateur est super rapide, très rigoureux et complètement con. » La citation de Gérard Berry, grand informaticien français, résume ce qui fait les forces et les faiblesses du cerveau humain et de la machine. Une relation étroitement entretenue, et qui s’amplifie à mesure que la technologie progresse.

La neuropsychologue Anaïs Degeorges a démontré, devant un parterre de têtes blanches mais aussi un bon groupe de lycéens lors d’une conférence proposée par l’association Défi autonomie senior (lire aussi l’encadré), que ce ne sont pas les technologies qui comptent, toutes « nouvelles » soient-elles, mais l’usage qu’on en fait. Un message de prévention jamais trop précoce.

Par « nouvelles technologies », la neuropsychologue entend internet en général, jusque dans ses plus récentes applications comme Chat GPT, à savoir l’intelligence artificielle, des « technologies qui s’approchent de plus en plus des techniques humaines ». Mais sont-elles comparables ? Non, car si elle est capable de simuler l’intelligence, elle ne peut pas accéder à l’émotion ni au sens que revêt l’émotion.

Aussi, le cerveau humain connaît une forme de plasticité qui lui permet, si une zone est atteinte par exemple, de faire prendre le relais par une autre, ce dont l’intelligence artificielle est incapable. Idem pour la conscience des choses, l’expérience du vécu… Cette question de l’intuition et de l’émotion est très importante dans ce qui distingue l’intelligence humaine de l’autre, artificielle.

Risques comportementaux, sociaux, cognitifs…

Ceci dit, les nouvelles technologies sont-elles ou non dangereuses pour notre santé mentale ? Pas en tant que tel. « Chaque usage stimule des zones différentes du cerveau, compliqué donc de généraliser », pose d’emblée Anaïs Degeorges qui précise : « Toutes les évolutions sociétales ont entraîné des craintes, l’écriture était décriée par Socrate ; l’imprimerie par les érudits ou encore le chemin de fer, dont certains avançaient qu’il changerait les cellules du corps. Bien utilisées, les nouvelles technologies peuvent même être bénéfiques. Par contre, si mal ou trop utilisées, elles peuvent entraîner stress, anxiété… »

Les risques sont des effets comportementaux, psychologiques, sociaux, cognitifs (la faculté d’attention, de raisonnement, de mémorisation). « Ainsi, une utilisation équilibrée peut être stimulante, un abus risque de saturer la cognition par un nombre d’informations trop important », détaille la spécialiste.

Outre ces risques liés à une surconsommation, il y a aussi ceux résultant de l’immédiateté qu’induisent ces technologies et qui tend à nous rendre impuissants et frustrés car « nous ne savons plus attendre ». Nous, parents ou grands-parents, mais aussi les enfants qui naissent dans ce bain connecté et qu’il est d’autant plus important d’éduquer à la patience et à l’acceptation de la frustration.

Effet Google et amnésie numérique

Sur l’aspect addiction de ces nouvelles technologies, « aucune étude ne démontre une addiction de type chimique (qui peut modifier les neurones) contrairement à celle que peuvent provoquer l’alcool, la nicotine ou encore les drogues ». Par contre, « les nouvelles technologies peuvent amener à une perte de contrôle à partir du moment où on ne se fixe pas de règles quant à leur utilisation (durées, moments…) ».

D’autres conséquences résultent de l’utilisation des nouvelles technologies qu’il faut identifier, pour mieux les maîtriser. « L’effet Google par exemple : avec les moteurs de recherche, nous ne retenons plus les informations mais le chemin pour y arriver. On parle aussi d’amnésie numérique quand le numérique retient pour nous des informations (dates d’anniversaires, numéros de téléphone) que nous pouvons alors oublier et ainsi gagner de la place. » Ni bien ni mal, si cela permet de garder en tête des informations à plus forte valeur ajoutée après tout.

Le plus gros risque se situe peut-être dans le défaut d’attention qu’engendrent les nouvelles technologies, à partir du moment où elles nous sollicitent en continu et nous interrompent dans nos tâches. « Une source de dispersion qui détourne de l’objectif initial. Le cerveau n’est pas multitâche, même celui des femmes (!), et lorsque l’on fait plusieurs choses en même temps, on perd en compétences. » Sans oublier la question du temps dont on distingue le temps réel et le temps perçu qui est, face à un écran, complètement distordu.

L’immédiateté qu’induisent ces technologies tend à nous rendre impuissants et frustrés car « nous ne savons plus attendre ».

Pour la neuropsychologue, ce qui se joue avec les nouvelles technologies est moins une dégradation qu’une adaptation. « Grâce à la plasticité du cerveau, les neurones s’organisent en réseau en fonction de l’environnement. Les outils numériques récents constituent cet environnement, qui va peu à peu être intégré au fil des générations, comme les grandes inventions ont pu le faire autrefois. Et le temps ainsi gagné pourra nous permettre d’explorer des choses plus sophistiquées », projette Anaïs Degeorges avec optimisme.  

Justine Demade Pellorce

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Noël autrement (4/4). De garde avec les soignants
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Noël autrement (3/4). Une fête aux accents d’ailleurs
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Émilie roibet, itinéraire d’une reconversion bien pensée
Architecte paysagiste de formation, Émilie Roibet a quitté ses bureaux lillois pour créer sa ferme florale "À l'ombr [...]
Lire la suite ...

Une Cuma qui a le sens de l’accueil
Localisée à Bois-Bernard, la Cuma " L'accueillante " est confrontée aux départs en retraite de ses membres, souvent [...]
Lire la suite ...

DOSSIER ÉNERGIE. À la centrale de Lens, le bois devient énergies
Unique dans la région, par son genre et sa taille, la centrale de cogénération de Lens produit à la fois de l'élect [...]
Lire la suite ...

Inondations : après la pluie, se reconstruire
Une semaine après les premières crues, le Pas-de-Calais tente d'émerger peu à peu, malgré la menace de nouvelles in [...]
Lire la suite ...

Inondations : 50 millions d’euros pour les collectivités sinistrées
Le chef de l'État en déplacement à Saint-Omer et à Blendecques, le mardi 14 novembre, a annoncé un plan d'aide pou [...]
Lire la suite ...

À la ferme du Major, “on crée de l’énergie”
La ferme d'insertion du Major, à Raismes, emploie 40 hommes et femmes éloignés de l'emploi pour leur permettre, en ac [...]
Lire la suite ...

Jean-Marie Vanlerenberghe : « L’attentat à Arras a souligné les failles du dispositif »
Ancien maire d'Arras et doyen du Sénat, Jean-Marie Vanlerenberghe réclame « une réponse ferme » mais dans le resp [...]
Lire la suite ...

Changer de goût et agir pour le futur
Plus saine, plus durable, plus accessible, l'alimentation de demain doit répondre à d'innombrables défis. À l'occasi [...]
Lire la suite ...

Retour sur la première édition du championnat international de la frite
Le premier championnat international de la frite s'est déroulé à Arras le samedi 7 octobre 2023. Soleil et ambiance [...]
Lire la suite ...

Jean-Paul Dambrine, le patron sensas’
Il est l'icône de la frite nordiste. À 75 ans, Jean-Paul Dambrine, fondateur des friteries Sensas et président du jur [...]
Lire la suite ...

Quatre lycéennes d’Anchin à la conquête de l’Andalousie
Iris, Angèle, Louise et Eulalie, lycéennes à l'Institut d'Anchin, ont passé trois semaines caniculaires près de Sé [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Nord, plusieurs nuances de rose, plusieurs nuances de bleu : l’éparpillement façon puzzle
Avec 11 sièges à pourvoir, c’est le département à renouveler le plus grand nombre de sièges derrière Paris : le [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Pas-de-Calais, la droite (presque) unie, la gauche en ordre dispersé et l’éventualité du Rassemblement National :
Pour les prochaines élections sénatoriales, les gauches ne font pas bloc dans le Pas-de-Calais. La droite, elle, table [...]
Lire la suite ...

T&T Junior : Dis, comment on fait de la glace ?
Avec Terres et Territoires junior nous choisissons de t’expliquer chaque mois la production d’un aliment du [...]
Lire la suite ...

Numéro 372 : 5 juillet 2024

Série de l’été : Le bocage, c’est aussi dans les Flandres (2/9)
Cet été, Terres et Territoires vous emmène à la découverte des milieux naturels du Nord-Pas de Calais avec le Conse [...]
Lire la suite ...

Marchés du Nord-Pas de Calais : Clairmarais, artisanal et (para) aquatique
Au mois de juillet, Terres et Territoires vous propose de découvrir des marchés emblématiques du Nord-Pas de Calais. [...]
Lire la suite ...

Législatives 2024 : Le Rn en tête dans le Nord-Pas de Calais
Dimanche 7 juillet, quelque 1,5 million de votes ont été exprimés dans les urnes du Nord et du Pas-de-Calais. Alors [...]
Lire la suite ...

Lin : variétés, conduite… le rendu des essais 2024
L'AGPL, syndicat des producteurs de lin du Nord et du Pas-de-Calais, a présenté le rendu de ses essais variétaux et c [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires