Votre météo par ville

« Il n’y a pas d’ambiguïté, notre objectif est de produire »

12-06-2024

Actualité

C’est tout frais

Pour Agnès Pannier-Runacher, « si on nie le dérèglement climatique – comme le fait l’extrême-droite – on tue l’agriculture ».

Agnès Pannier-Runacher, ministre déléguée à l’agriculture, 7 juin 2024 à Lens © L. T.

Vendredi 7 juin, lorsqu’Agnès Pannier-Runacher entre dans le café Chez Muriel, le soleil brille sur le Pas-de-Calais. Le coup de tonnerre du surlendemain n’a pas encore ébranlé le pays, les élections européennes se conjuguent toujours au futur proche. La ministre déléguée à l’Agriculture et à la Souveraineté alimentaire, en poste depuis février dernier, est une habituée des lieux. Elle fait la bise à la patronne et commente les résultats des Sang et or. La ferveur du football coule dans les veines de cette Marseillaise, Lensoise d’adoption, qui retrouve au stade des valeurs de partage et de brassage culturel.

“La ministre des crises”

Grimpant toujours plus au nord au fil des rencontres et des années, elle a passé autant de temps dans le privé que dans le public, calcule-t-elle. « Rien ne me prédisposait à m’engager en politique », sourit celle souvent présentée comme « la ministre des crises », entrée au gouvernement par la porte Bercy. Quand vient la pandémie, elle se voit confier la tâche de reconstruire une filière tandis que la France fait face à une pénurie de masques. Elle négocie avec les laboratoires l’accès à des doses de vaccins et fait en sorte que l’Europe s’empare du dossier. Puis elle porte la relance industrielle.

L’ennemi : le fossile

En 2022, la Première ministre et le Président de la République lui attribuent le portefeuille du climat. Elle obtient la reconnaissance du nucléaire dans la politique énergétique européenne et la sortie des énergies fossiles lors de la COP 28. « Le nucléaire est un levier incontournable et noble de la transition énergétique », réaffirme celle qui n’hésite pas à « nommer l’ennemi : l’énergie fossile ».

En février 2024, elle est nommée ministre déléguée auprès du ministre de l’Agriculture et de la Souveraineté alimentaire, en pleine crise agricole « toujours avec cette force : réussir à faire courir les gens ensemble », image-t-elle. Ses convictions sont sa force, son pragmatisme sa solution. Son baptême du feu a pour décor le Salon de l’agriculture, « moment très tendu où l’accueil est positif lorsque les caméras s’éclipsent ».

Témoin, victime et solution

Le monde agricole, elle l’a déjà rencontré lors de la crise du covid : il fallait bien « assurer l’approvisionnement, de la ferme aux cuisines des Français », relate-t-elle. Via sa carte énergie, également, à travers la méthanisation et l’agrivoltaïsme.

L’enjeu aujourd’hui, est bien que « les promesses soient mises en œuvre et palpables, le plus vite possible dans les cours des fermes ». Tous les engagements seront « mis en œuvre en 2024 », assurait-elle avant que l’Assemblée nationale ne soit dissoute, mettant sur pause certains dossiers aux premiers rangs desquels la loi Egalim et celle d’orientation agricole. Un suivi mensuel est publié en ligne, gage de grande transparence, clame la ministre. « Néanmoins, le travail de simplification administrative demande de modifier des pans entiers de politiques », ce qui ne se fait pas du jour au lendemain.

Sur la vision de l’agriculture du Président Macron, Agnès Pannier-Runacher le réaffirme, « il n’y a pas d’ambiguïté, notre objectif est de produire. Ce qui est difficile dans un contexte de dérèglement climatique et d’effondrement de la biodiversité. » Les agriculteurs en sont d’ailleurs les premiers témoins, les victimes et la solution, assure-t-elle. « Si on nie le dérèglement climatique – comme le fait l’extrême-droite – on tue l’agriculture. L’impact n’est pas théorique, il est majeur sur le revenu des agriculteurs. »

Souveraineté alimentaire : la clé

La souveraineté alimentaire est l’une des clés, d’autant que l’on a la chance d’être en France, bénie des dieux ! La production énergétique passera toujours derrière la production alimentaire et les puits carbone”, hiérarchise la ministre.

Si la vision nationale est nécessaire d’un point de vue stratégique, les projets se créent sur les territoires. Les projets alimentaires territoriaux (PAT) en sont un exemple, « un élu qui s’intéresse à ce qui se passe dans ses cantines est forcément gagnant ».

Montrer un métier “désirable”

Au gré de ses déplacements sur le terrain, la ministre se dit « impressionnée par certains agriculteurs à la pointe de l’innovation ». L’innovation, d’ailleurs, permettra de répondre à certains défis. L’eau, qui doit mériter un « raisonnement systémique », la capturer quand elle est excédentaire pour la réinjecter quand elle vient à manquer. Pour cela, Agnès Pannier-Runacher veut ici aussi simplifier les processus administratifs des projets d’irrigation, de stockage, etc.

Le renouvellement des générations, autre défi du XXIe siècle, qui, pour être relevé, doit montrer « un métier désirable, reconnu. »

Les alternatives aux phytosanitaires, pour lesquelles le gouvernement français est le premier en Europe à mettre autant de moyens sur la recherche d’alternatives : un milliard d’euros sur trois ans, additionne-t-elle.

Ministre des crises, Ministre des défis.

Louise Tesse

Lire aussi La ministre de la ruralité à la rencontre des territoires ruraux du Nord

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Tags
Noël autrement (4/4). De garde avec les soignants
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Noël autrement (3/4). Une fête aux accents d’ailleurs
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Émilie roibet, itinéraire d’une reconversion bien pensée
Architecte paysagiste de formation, Émilie Roibet a quitté ses bureaux lillois pour créer sa ferme florale "À l'ombr [...]
Lire la suite ...

Une Cuma qui a le sens de l’accueil
Localisée à Bois-Bernard, la Cuma " L'accueillante " est confrontée aux départs en retraite de ses membres, souvent [...]
Lire la suite ...

DOSSIER ÉNERGIE. À la centrale de Lens, le bois devient énergies
Unique dans la région, par son genre et sa taille, la centrale de cogénération de Lens produit à la fois de l'élect [...]
Lire la suite ...

Inondations : après la pluie, se reconstruire
Une semaine après les premières crues, le Pas-de-Calais tente d'émerger peu à peu, malgré la menace de nouvelles in [...]
Lire la suite ...

Inondations : 50 millions d’euros pour les collectivités sinistrées
Le chef de l'État en déplacement à Saint-Omer et à Blendecques, le mardi 14 novembre, a annoncé un plan d'aide pou [...]
Lire la suite ...

À la ferme du Major, “on crée de l’énergie”
La ferme d'insertion du Major, à Raismes, emploie 40 hommes et femmes éloignés de l'emploi pour leur permettre, en ac [...]
Lire la suite ...

Jean-Marie Vanlerenberghe : « L’attentat à Arras a souligné les failles du dispositif »
Ancien maire d'Arras et doyen du Sénat, Jean-Marie Vanlerenberghe réclame « une réponse ferme » mais dans le resp [...]
Lire la suite ...

Changer de goût et agir pour le futur
Plus saine, plus durable, plus accessible, l'alimentation de demain doit répondre à d'innombrables défis. À l'occasi [...]
Lire la suite ...

Retour sur la première édition du championnat international de la frite
Le premier championnat international de la frite s'est déroulé à Arras le samedi 7 octobre 2023. Soleil et ambiance [...]
Lire la suite ...

Jean-Paul Dambrine, le patron sensas’
Il est l'icône de la frite nordiste. À 75 ans, Jean-Paul Dambrine, fondateur des friteries Sensas et président du jur [...]
Lire la suite ...

Quatre lycéennes d’Anchin à la conquête de l’Andalousie
Iris, Angèle, Louise et Eulalie, lycéennes à l'Institut d'Anchin, ont passé trois semaines caniculaires près de Sé [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Nord, plusieurs nuances de rose, plusieurs nuances de bleu : l’éparpillement façon puzzle
Avec 11 sièges à pourvoir, c’est le département à renouveler le plus grand nombre de sièges derrière Paris : le [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Pas-de-Calais, la droite (presque) unie, la gauche en ordre dispersé et l’éventualité du Rassemblement National :
Pour les prochaines élections sénatoriales, les gauches ne font pas bloc dans le Pas-de-Calais. La droite, elle, table [...]
Lire la suite ...

T&T Junior : Dis, comment on fait de la glace ?
Avec Terres et Territoires junior nous choisissons de t’expliquer chaque mois la production d’un aliment du [...]
Lire la suite ...

Numéro 372 : 5 juillet 2024

Série de l’été : Le bocage, c’est aussi dans les Flandres (2/9)
Cet été, Terres et Territoires vous emmène à la découverte des milieux naturels du Nord-Pas de Calais avec le Conse [...]
Lire la suite ...

Marchés du Nord-Pas de Calais : Clairmarais, artisanal et (para) aquatique
Au mois de juillet, Terres et Territoires vous propose de découvrir des marchés emblématiques du Nord-Pas de Calais. [...]
Lire la suite ...

Législatives 2024 : Le Rn en tête dans le Nord-Pas de Calais
Dimanche 7 juillet, quelque 1,5 million de votes ont été exprimés dans les urnes du Nord et du Pas-de-Calais. Alors [...]
Lire la suite ...

Lin : variétés, conduite… le rendu des essais 2024
L'AGPL, syndicat des producteurs de lin du Nord et du Pas-de-Calais, a présenté le rendu de ses essais variétaux et c [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires