Accueil/Environnement/Chasse. Entre agriculteurs et chasseurs, l’abcès est crevé

Chasse. Entre agriculteurs et chasseurs, l’abcès est crevé

Présidente de la FNSEA, Christiane Lambert, et président de la Fédération nationale des chasseurs, Willy Schraen, se sont rencontrés le 30 janvier pour un échange autour de plusieurs thématiques, dont celles de la gestion des dégâts de grand gibier et de la conservation du petit gibier.

Christiane Lambert, présidente de la FNSEA.

La rencontre entre la présidente de la FNSEA, Christiane Lambert, et le président de la Fédération nationale des chasseurs, Willy Schraen, s’est tenue de manière « franche et pas toujours cordiale », à en croire un communiqué de la Fédération nationale des chasseurs (FNC) daté du 31 janvier.

Pouvait-il en être autrement lorsque l’on connaît les forts caractères de ces deux personnalités ? A cela, il faut ajouter les sujets abordés, dont on sait qu’ils font régulièrement l’objet de tensions, voire d’incompréhensions, entre chasseurs et agriculteurs : dégâts de gibier, conservation du petit gibier et pratiques culturales ou encore réforme de la Politique agricole commune (PAC).

Suite aux déclarations du président de la FNC sur l’utilisation du glyphosate et des insecticides néonicotinoïdes (octobre 2017) par les agriculteurs, il fallait s’attendre à ce que la profession agricole représentée par la FNSEA réagisse.

Pour Christiane Lambert, certaines déclarations du président Willy Schraen ont en effet été perçues « comme un véritable coup de poignard dans le dos des agriculteurs qui sont pourtant les partenaires habituels des chasseurs ».

En ce qui concerne les dégâts de gibier, tandis que la FNSEA demande aux chasseurs d’augmenter la pression de chasse sur certaines espèces – les efforts doivent se concentrer sur le sanglier -, la FNC rappelle de son côté que le tableau de ces dégâts tel qu’il est dépeint par les agriculteurs est loin d’être aussi « apocalyptique ». En effet, selon la FNC, « dans la majorité des départements à problèmes, ce sont souvent quelques communes qui concentrent tous les points noirs ».

Un accord de « non-agression » trouvé

Willy Schraen, président de la FNC. Crédit : Fédération nationale des chasseurs

A l’avenir, les deux organisations ont convenu que l’ouverture de discussions sur la gestion des dégâts de gibier par les chasseurs ne pourrait avoir lieu sans qu’un dialogue sur les pratiques agricoles plus favorables à la petite faune sauvage ne soit également ouvert.

La FNSEA s’est par ailleurs engagée à jeter un œil plus ouvert aux propositions de la FNC sur la réforme de la PAC, les jugeant jusqu’à présent « beaucoup trop proches de celles des écologistes », selon la centrale cynégétique.

Toujours selon la FNC, des rencontres avec les autres syndicats agricoles, ainsi qu’avec l’Assemblée permanente des chambres d’agriculture (APCA) devraient avoir lieu prochainement. L’idée étant bien pour la centrale cynégétique « de poursuivre une nécessaire reprise du dialogue entre partenaires d’un monde rural en pleine transformation ».

Vincent Fermon 2018-02-12T14:38:45+00:00 5 février 2018|Categories: Environnement|Mots clés: , , , , |