Accueil/Actualité, Agroalimentaire/Exportation. Osez se lancer à l’international

Exportation. Osez se lancer à l’international

Les entreprises des Hauts-de-France, dans les domaines de l’agroalimentaire et de l’agroéquipement, ont besoin d’une stratégie export pour se développer et innover. Des dispositifs régionaux ont été mis en place pour les inciter à s’internationaliser et les accompagner.

Les cinq premières régions exportatrices de produits alimentaires (hors boissons). Source: Douanes 2016

Depuis quelques mois, les entreprises régionales qui souhaitent se lancer à l’export peuvent bénéficier en région d’un accompagnement spécifique. L’idée est de leur offrir un écosystème favorable qui les sécurise pour se lancer. Les petites et moyennes entreprises (10-250 salariés) sont particulièrement visées car ce sont elles qui rencontrent le plus de difficultés à exporter leurs produits. Même s’il ne concerne pas uniquement ce secteur, le plan met notamment l’accent sur l’agroalimentaire.

Encore méconnu, le plan «  Booster exportation  », porté par le conseil régional Hauts-de-France et ses partenaires*, dispose d’un budget de 3  millions d’euros et se compose de différents dispositifs. Parmi eux, l’organisation de journées régionales de rencontres dédiées aux entreprises. Pour les secteurs agricole, agroalimentaire et agroéquipement, la 2e édition de ce type de journée s’est déroulée le 26  octobre au siège du conseil régional des Hauts-de-France, à Lille. Elle a permis aux entreprises présentes de rencontrer individuellement des experts de Business France** spécialisés dans les «  marchés agro  » qui ont une fine connaissance des enjeux et des marchés porteurs pour la filière.

Une région avec un fort potentiel

 Aujourd’hui, près de 10 000 entreprises régionales exportent leurs produits à l’international et un secteur se distingue : celui de l’industrie agroalimentaire (IAA). La région est en effet la première région à l’international pour les produits alimentaires. Elle représente, en valeur, 18,5 % des exportations françaises pour un montant total de plus de 5,4 milliards d’euros en 2016 (voir infographie). La région se positionne devant la Bretagne (12,5 %) et le Grand Est (11 %). Si l’on prend en compte les exportations de boissons (vins, alcools…), la région se situe en 3e position (13,2 %), derrière le Grand Est (16,1 %) et la Nouvelle-Aquitaine (13,8 %).

Malgré ces chiffres impressionnants, les exportations concernent surtout les grands groupes et se font principalement à destination des pays limitrophes. L’analyse des pays clients des IAA régionales montre que les entreprises exportent majoritairement en direction des pays européens de proximité. Quatre pays concentrent la moitié des exports des IAA régionales. La Belgique demeure le premier client des IAA avec 21 % des exportations réalisées, devant le Royaume-Uni (14 %) et l’Allemagne (9 %). En dehors de l’Europe, seuls quatre pays apparaissent dans le top 5 des pays clients des IAA : la Chine, les États-Unis, le Vietnam et le Japon. Le potentiel de développement est donc important pour les entreprises régionales du secteur agroalimentaire.

Une marche à franchir pour les PME

Le retour des entreprises sur la journée organisée au conseil régional est globalement positif. Plusieurs éléments apparaissent et notamment le fait que les entreprises ont des besoins d’accompagnement. Pour les PME, se lancer à l’export reste un défi difficile à relever en raison d’un certain nombre de freins à lever comme la barrière des langues étrangères, le manque de connaissance des marchés, les ressources humaines ou financières insuffisantes, le risque pris et le temps passé sans certitude de résultats… D’où un fort besoin d’accompagnement pour maximiser les chances de viser juste du premier coup. «  L’export est un investissement difficile à porter pour une PME  », avance Moïse Dhaussy en charge du développement de la brasserie Choulette. L’entreprise familiale, brasserie historique de la région spécialisée dans les bières de garde, compte aujourd’hui une dizaine de salariés. Elle réfléchit à la stratégie export qu’elle pourrait mettre en place car, aujourd’hui, seul 0,5 % des 10 000 hl qu’elle produit chaque année est exporté. L’entreprise compte faire appel à l’assurance prospection proposée par BPIFrance qui permet de prendre en charge une partie des frais de prospection engagés par l’entreprise qui n’ont pu être amortis par un niveau suffisant de ventes sur la zone géographique couverte.

Un écosystème favorable

L’entreprise familiale Sainte-Lucie (60), spécialisées dans les épices et la préparation d’aide aux desserts et à la pâtisserie, bien que vieille de 132 ans, ne s’est lancée dans l’export que depuis un an. Ses représentants ont mis en avant un besoin d’accompagnement dans la sélection des salons dédiés à l’alimentaire (plusieurs centaines d’événements par an à travers le monde) ainsi qu’une meilleure connaissance des marchés pour proposer «  la bonne offre au bon endroit  ».

Concernant les salons, la Région propose un soutien financier ainsi qu’un renforcement de sa présence dans différents salons internationaux à travers des pavillons collectifs.

Le dispositif Booster exportation propose aussi un accompagnement individualisé dans le temps, le « Parcours export », qui peut être complété par une subvention (compte individuel export). Pour unifier le tout, la Région a créé une « Team Hauts-de-France export » (coordonnées ci-dessous), une sorte de guichet unique piloté en partenariat par la Région, BPIFrance, la CCI International et Business France. Lactinov, entreprise spécialisée dans la production de lait liquide et de produit frais, est exportatrice depuis quatre ans. Elle décrit « un écosystème régional favorable à la réussite ». « Depuis deux ans, on sait mieux à qui s’adresser pour avoir de l’aide », assurent ses responsables.

Idée lancée par Marie-Sophie Lesne, vice-présidente en charge  de l’agriculture et de l’agroalimentaire à la Région, lors de la journée du 26 octobre : la création d’un club des exportateurs où les entreprises déjà présentes à l’export pourraient proposer leur retour d’expérience aux primo-exportateurs. Affaire à suivre. 

Virginie Charpenet

* CCI Hauts-de-France, chambre régionale de métiers et de l’artisanat, Business France, BPIFrance, Agroé, Agro-sphères et les Douanes.

** Business France est un établissement financé par des fonds publics dont la mission est à la fois d’accompagner les PME et entreprises de taille intermédiaire à l’export mais aussi d’attirer les investisseurs étrangers à venir s’implanter en France et en Europe.

Contact du guichet unique «  Team Hauts-de-France export  » :
03 74 27 00 26  
team-export@hautsdefrance.fr

Laura Béheulière 2018-11-08T14:07:20+00:00 8 novembre 2018|Categories: Actualité, Agroalimentaire|Mots clés: , , |