Accueil/Actualité/Fraises. Des serres géantes pour accroître la production

Fraises. Des serres géantes pour accroître la production

France endive, fraises, serres

La coopérative France endive se diversifie depuis un an dans la production de fraises. Elle est à la recherche de producteurs régionaux prêts à aménager des fraisières de grandes dimensions.

La fraise du Nord appelée à se développer. C’est en tout cas le souhait de France endive, associée au Bureau unique des fruits et légumes (Bufl), en quête de nouveaux adhérents spécialisés dans la production de ce fruit rouge dans les Hauts-de-France. Le but est de répondre à une consommation croissante de fraises locales.

100 tonnes de fraises attendues en 2018
En 2017, une première serre de 5 000 m2, uniquement dédiée à la culture de la fraise, a vu le jour dans une exploitation du secteur de Bapaume (62). Une seconde, exactement de la même dimension, vient de sortir de terre à Ledringhem (59). Guillaume Franchois, 23 ans, est à l’origine de cette impressionnante construction. « Ce projet a permis mon installation sur la ferme, indique le jeune agriculteur. J’ai effectué des visites de terrain et je me suis formé avant de me lancer. Les travaux ont débuté en octobre et le montage de la serre s’est terminé cet hiver ». Juste à temps pour planter 35 000 plants, en système hors-sol, au début du mois de mars. Le Nordiste a commencé sa cueillette le 9 mai pour un volume final espéré de 30 à 35 tonnes. Avec un troisième producteur adhérent de la Somme, la production de fraises de France endive devrait atteindre les 100 t en 2018. Un chiffre qui pourrait être multiplié par quatre ou cinq dans les prochaines années.

10 à 15 producteurs recherchés
Pour atteindre cet objectif, la coopérative compte intégrer 10 à 15 producteurs supplémentaires à l’échelle des Hauts-de-France. « À court terme, nous voulons produire 400 à 500 t de fraises régionales afin d’honorer pleinement les demandes de nos clients, annonce Frédéric Dumortier, animateur production de France endive. Nous sollicitons des engagements de volumes sur des serres de grande taille ». Plusieurs bâtiments sont actuellement à l’étude ou en construction dans toute la région. « Une fraisière de 9 000 m2 va être installée cet été dans le Valenciennois pour une mise en fonctionnement en 2019, ajoute le responsable. La totalité de ces volumes de fraises sont commercialisés sous la marque Les nouveaux producteurs, créée en 2016 pour l’endive et désormais pour les barquettes de fraises ».

Organisation et contrats
En période de récolte intense (de mai à juillet), la logistique est assurée par le passage quotidien (ou tous les deux jours) d’un camion chez chaque producteur. Suite à un contrôle sur le site d’Erquinghem-Lys (59), la marchandise prend la direction de centrales d’achat puis des GMS du nord de Paris. Les fruits se retrouvent dans les rayons en moyenne 48 heures après leur cueillette. « Producteurs et coopérative sont liés par un contrat de trois ans, renouvelable, précise Frédéric Dumortier. Les prix sont calqués sur ceux du marché et l’adhérent est rémunéré de sa récolte sous huit jours. Il lui est aussi possible de faire de la vente directe sur 20 % de sa production ». Le Pôle légume région Nord (PLRN), situé à Lorgies (62), assure le suivi technique aux côtés de la coopérative.

Simon Playoult

2018-05-18T14:37:27+00:00 18 mai 2018|Categories: Actualité|Mots clés: , , , , |