Votre météo par ville

Le rire en un clic comme thérapie

23-02-2024

Actualité

Hors-champ

Yann Courchelle a fait du rire un dispositif thérapeutique. Il souhaite partager avec le plus grand nombre les avantages de rire quotidiennement grâce à un petit boîtier à déclencher à des moments clés de la journée pour en avoir les meilleurs bénéfices sur la santé.

Yann Courchelle veut faire du rire « l’antidépresseur naturel le plus puissant et le plus contagieux ». © C. D.

« Le rire est un docteur qui guérit. » Ces paroles écrites par Alain Souchon pour un tube de Laurent Voulzy, Yann Courchelle les a faites siennes. Il a créé le dispositif Alol, « le premier dispositif de rire thérapeutique autonome », explique le Templeuvois de 41 ans.

Dès son plus jeune âge, le Nordiste a une idée en tête : être médecin « pour aider les gens ». Une fois en étude, il a un seul souhait d’orientation : le Samu. « J’ai eu sage-femme, vous me voyez sage-femme ? », rigole-t-il. Changement de cap. Il intègre une école de commerce, « ma seconde nature », et découvre l’univers pharmaceutique avec son beau-père, l’un des fondateurs de La Roche Posay.

Après ses études, il s’envole pour deux ans en Australie, « se faire de l’expérience », avant d’intégrer un laboratoire traitant des effets secondaires du cancer, « dont j’ai développé la vente de produits dans 18 pays », puis une autre entité « toujours dans le même segment d’activité, mais trop en avance sur son temps ». Il choisit alors de faire une pause, puis suit un cursus à l’université européenne de coaching, monte son cabinet et publie un livre Et si ? Post-covid, « il a fallu encore se réinventer ». C’est alors qu’il lit une étude : « Avant guerre, un Français riait 19 minutes par jour. En 2020, une seule minute.  » Il approfondit le sujet, de la thérapie du rire forcé d’un médecin indien au yoga du rire. « Et tout ça m’a fait rire et m’a fait du bien. » L’idée d’Alol est née.

Avec son beau-père, Richard, séduit par le principe, ils déposent le concept dans « 179 pays pour 70 ans ». « Un rire est considéré comme une marque », précise le Nordiste qui s’appuie sur toutes ses expériences professionnelles. « Le rire soigne tout, il régule la tension, fait baisser le stress, l’anxiété, améliore le sommeil, l’humeur, réduit la douleur, augmente la tolérance aux traitements… », liste avec conviction Yann Courchelle, qui lance une étude pour « vérifier si ça marche ou pas […] avec un protocole de soin, pour des fondations solides et valides ».

« Le rire soigne »

Le principe ? Appuyer sur le petit boîtier Alol, à porter idéalement autour de son cou, à trois moments clés de la journée : le matin au réveil, le midi avant de manger et le soir avant de s’endormir pour entendre un rire tonitruant qui devrait vous faire rire. Des personnes le testent au CHE de Nice et à la clinique des Flandres, à Coudekerque-Branche (59), et les résultats sont à la hauteur de ses espoirs. « On s’est vraiment dit qu’on tenait quelque chose de bien. » Le produit est lancé en mai 2023 après trois ans de recherche et développement. S’il cherche à faire reconnaître médicalement l’intérêt de son dispositif, « il est hors de question que ce ne soit pas accessible à tous, je veux rendre le sourire à la planète ». Il est ainsi en vente directement sur son site internet.

En septembre, il a été accepté par le comité scientifique du congrès mondial de médecine intégrative, « c’est une reconnaissance fabuleuse », s’enthousiasme-t-il. En octobre, il est invité au Sénat sur les traitements non-pharmacologiques. « C‘est non invasif, naturel, sans effet secondaire et préventif, le rire est un vecteur d’émotions positives. Notre cerveau ne fait aucune différence entre la perception du réel et l’imagination. Un rire spontané ou provoqué, d’un point de vue biologique, c’est la même chose : ça entraîne un lâcher d’endorphines, de sérotonines, de dopamines, voire d’ocytocines. » Une minute de rire équivaudrait, selon ses dires, à 45 minutes de relaxation au niveau sanguin.

Aujourd’hui, il poursuit son développement en France, mais aussi en Belgique et en Suisse, et cherche des partenaires et des distributeurs. Il se tourne aussi vers les Ehpad, les mutuelles qui pourraient y voir un intérêt dans la prévention de nombreuses pathologies. « Tout le monde devrait avoir Alol : les personnes isolées dans les campagnes, celles en maison de retraite… », conclut celui qui a enfin trouvé comment réaliser la mission qu’il s’est donnée enfant d’aider les gens.

Claire Duhar

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Tags
Noël autrement (4/4). De garde avec les soignants
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Noël autrement (3/4). Une fête aux accents d’ailleurs
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Émilie roibet, itinéraire d’une reconversion bien pensée
Architecte paysagiste de formation, Émilie Roibet a quitté ses bureaux lillois pour créer sa ferme florale "À l'ombr [...]
Lire la suite ...

Une Cuma qui a le sens de l’accueil
Localisée à Bois-Bernard, la Cuma " L'accueillante " est confrontée aux départs en retraite de ses membres, souvent [...]
Lire la suite ...

DOSSIER ÉNERGIE. À la centrale de Lens, le bois devient énergies
Unique dans la région, par son genre et sa taille, la centrale de cogénération de Lens produit à la fois de l'élect [...]
Lire la suite ...

Inondations : après la pluie, se reconstruire
Une semaine après les premières crues, le Pas-de-Calais tente d'émerger peu à peu, malgré la menace de nouvelles in [...]
Lire la suite ...

Inondations : 50 millions d’euros pour les collectivités sinistrées
Le chef de l'État en déplacement à Saint-Omer et à Blendecques, le mardi 14 novembre, a annoncé un plan d'aide pou [...]
Lire la suite ...

À la ferme du Major, “on crée de l’énergie”
La ferme d'insertion du Major, à Raismes, emploie 40 hommes et femmes éloignés de l'emploi pour leur permettre, en ac [...]
Lire la suite ...

Jean-Marie Vanlerenberghe : « L’attentat à Arras a souligné les failles du dispositif »
Ancien maire d'Arras et doyen du Sénat, Jean-Marie Vanlerenberghe réclame « une réponse ferme » mais dans le resp [...]
Lire la suite ...

Changer de goût et agir pour le futur
Plus saine, plus durable, plus accessible, l'alimentation de demain doit répondre à d'innombrables défis. À l'occasi [...]
Lire la suite ...

Retour sur la première édition du championnat international de la frite
Le premier championnat international de la frite s'est déroulé à Arras le samedi 7 octobre 2023. Soleil et ambiance [...]
Lire la suite ...

Jean-Paul Dambrine, le patron sensas’
Il est l'icône de la frite nordiste. À 75 ans, Jean-Paul Dambrine, fondateur des friteries Sensas et président du jur [...]
Lire la suite ...

Quatre lycéennes d’Anchin à la conquête de l’Andalousie
Iris, Angèle, Louise et Eulalie, lycéennes à l'Institut d'Anchin, ont passé trois semaines caniculaires près de Sé [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Nord, plusieurs nuances de rose, plusieurs nuances de bleu : l’éparpillement façon puzzle
Avec 11 sièges à pourvoir, c’est le département à renouveler le plus grand nombre de sièges derrière Paris : le [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Pas-de-Calais, la droite (presque) unie, la gauche en ordre dispersé et l’éventualité du Rassemblement National :
Pour les prochaines élections sénatoriales, les gauches ne font pas bloc dans le Pas-de-Calais. La droite, elle, table [...]
Lire la suite ...

Ils proposent des tests de sols en magasins
Les élèves de l'Institut d'Hazebrouck ont proposé des tests de sol dans trois magasins Gamm Vert du Nord vendredi 5  [...]
Lire la suite ...

Maladie. Paratuberculose : Le GDS 62 veut l’éliminer
Ce n'est pas une maladie nouvelle dans le Pas-de-Calais, mais le Groupement de défense sanitaire du département souhai [...]
Lire la suite ...

Numéro 359 : 5 avril 2024

Phytosanitaires : à Lorgies, la quête de solutions
La ministre déléguée auprès du ministre de l'Agriculture et de la Souveraineté alimentaire, Agnès Pannier-Runacher [...]
Lire la suite ...

Inondations : à Norrent-Fontes, une retenue collinaire pour limiter le risque
Une retenue collinaire a été inaugurée le 2 avril à Norrent-Fontes près de Béthune. L'objectif est de limiter le [...]
Lire la suite ...

Politique. Dotation globale de fonctionnement : plus mais toujours pas assez
27 milliards d'euros : c'est la dotation globale de fonctionnement versée par l'État aux collectivités pour 2024. 7 [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires