Accueil/Actualité, brèves/Le logement, principale cause de l’artificialisation des sols dans les Hauts-de-France

Le logement, principale cause de l’artificialisation des sols dans les Hauts-de-France

Dans les Hauts-de-France, « la production de logements constitue le premier vecteur d’artificialisation des espaces agricoles, naturels et forestiers, bien avant l’activité économique et commerciale ou les infrastructures. » C’est l’Observatoire national de l’artificialisation qui nous l’apprend. Une information reprise dans un communiqué de presse de la préfecture de région Hauts-de-France du 13 septembre 2019.

Plus précisément, ce sont « plus de 50 % des 15 000 ha artificialisés en région entre 2009 et 2017 [qui] l’ont été pour le logement », soit 8 000 ha, précise l’observatoire.

          | Lire aussi notre article sur le même sujet : Objectif « zéro artificialisation nette » des sols  

« Dans la moitié des territoires de la région, la production de logements neufs est trop importante par rapport à la demande en logements et conduit à une augmentation de la vacance dans le parc de logements existants, souligne même la Direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement (Dreal) Hauts-de-France dans un état des lieux basé sur ces données. De plus, les espaces destinés au logement augmentent quatre fois plus vite que la population. » 

« Cet état des lieux vise à soutenir l’action des collectivités et des acteurs professionnels de l’aménagement en faveur d’un usage économe du foncier pour le logement, souligne la préfecture dans son communiqué, qui rappelle : La gestion économe de l’espace constitue l’une des priorités des politiques de planification du territoire depuis la loi Solidarité renouvellement urbain (SRU) de 2000. »

Reste à savoir si cet état des lieux sera suivi d’une prise de conscience et, peut-être, de décisions. 

Laura Béheulière

© N. Ouvrard
Laura Béheulière 2019-09-16T14:51:35+00:00 16 septembre 2019|Categories: Actualité, brèves|Mots clés: , , , , |