Votre météo par ville

Henry Motte, 10e génération à la brasserie Motte-Cordonnier

10-04-2024

Actualité

Les rencontres

La brasserie Motte-Cordonnier, basée à Armentières depuis ses origines, vient de lancer la Léa, sa dernière bière en date. Un prénom de plus pour incarner la marque fondée par la famille. C’est aujourd’hui Henry Motte, 31 ans, qui dirige la brasserie. Il incarne la dixième génération.

Henry Motte se revendique comme un “brasseur-président”, de la SAS Motte-Cordonnier en l’occurrence. © J. D. P.

Pour parler de la brasserie Motte-Cordonnier, au fameux logo étoilé bleu et rouge, il faut entamer un voyage dans le temps. 1650 : ce sont les premières traces de la brasserie, alors installée le long de la Lys, à Armentières. 1749, celle-ci entre dans la famille Desmazière qui, quelques mariages plus tard, devient la famille Motte-Cordonnier. On parle alors de la Brasserie de l’étoile. La brasserie déménage dans le centre-ville d’Armentières, nous sommes en 1850.

La Brasserie est rachetée par le groupe Artois en 1970. En France, l’époque est à la production industrielle : on est passé de 2 500 brasseurs à 26. Une trentaine d’années plus tard, la production s’arrête.

“À 15, nous relançons tout de zéro”

Février 2019, la famille Motte profite d’un oubli du géant brassicole de reprotéger la marque et récupère le bébé familial. « Bertrand, mon grand-père, nous quitte et nous nous retrouvons en famille autour d’une bonne bière, comme à notre habitude. Nous discutons, regrettons de voir partir, avec lui, l’héritage de la brasserie et nous regardons à l’Inpi (Institut national de la protection industrielle, où sont déposées les marques, ndlr) et découvrons que le nom est tombé dans le domaine public depuis deux mois. Nous y avons vu un signe », relate Henry Motte, qui fait un tableau avec deux colonnes : les raisons pour y aller, celles pour ne pas y aller.

« À 15, avec mes parents, mes oncles – François, Frédéric et Gonzague – la neuvième génération – et mes frères, cousins et cousines – la dixième génération -, nous relançons tout de zéro », rembobine Henry Motte, l’aîné des plus jeunes.

Président-brasseur de la SAS Motte-Cordonnier

Ingénieur de formation, Henry Motte était jusque-là « ingénieur informatique chez Worldline » (spécialisée dans la sécurisation des paiements et des transactions, ndlr) et brasseur amateur sous la houlette du grand-père qui trouvait « marrant de micro-brasser » avec ses petits-fils au fond du jardin. Il n’aurait alors « jamais imaginé devenir brasseur » pour de vrai. « Mais en 2019 nous décidons de lancer la René, que nous brassons chez des amis et vendons sur le marché d’Armentières. En 2021 nous achetons du matériel. » Henry suit une formation à la Brewing theory, agence de conseil dans les projets brassicoles basée à Tourcoing, pour appréhender les volumes et les règles d’hygiène.

Aujourd’hui installée dans une ruche d’entreprises, à Armentières toujours, la brasserie retrouve son côté artisanal tout en surfant sur sa notoriété et en bénéficiant de l’instinct marketing de la dixième génération incarnée par Henry, 31 ans, le patron depuis, qui se qualifie de président-brasseur de la SAS Motte-Cordonnier.

« La bière c’est de l’humain, de la convivialité liquide »

Henry Motte, en pro de la formule.

La gamme des bières de famille compte désormais neuf recettes, auxquelles s’ajoutent des collaborations avec des bars ou des restaurants à l’image de la Édouard, avec le restaurant La Laiterie, à Lambersart (59). Blondes, ambrées, triples : les recettes sont toutes identifiées par un prénom d’un membre plus ou moins proche de la famille. La René (une blonde à 6° qui représente la moitié du volume des ventes jusqu’ici) reprend le prénom de l’aïeul de la famille Motte. Né en 1875, il a repris la gestion de la brasserie familiale en 1898 et a mené sa reconstruction en 1922 après que celle-ci a été détruite par les Allemands en 1918. Émile (une triple) était ingénieur brassicole en charge de la fermentation entre 1904 et 1954 ou encore la dernière-née la Léa, une pale ale bien de son temps à l’image de la jeune femme dont l’oncle, le grand-oncle et le grand-grand oncle ont travaillé à la brasserie.

La Léa est la dernière-née de la gamme : une Pale ale contemporaine. © Motte-Cordonnier

Une histoire de famille on vous dit. « La bière c’est de l’humain, de la convivialité liquide », lance Henry Motte, en pro de la formule.

Objectif : nouvelle brasserie avec bar et musée

La brasserie Motte-Cordonnier aujourd’hui, c’est 15 actionnaires, 2,5 employés, 1 300 hectolitres brassés l’an dernier. Quelques médailles, au France bière challenge notamment, et des points de vente surtout concentrés chez les indépendants, les cavistes, artisans et quelques grandes surfaces spécialisées en produits locaux.

Le local que la brasserie revendique, notamment sur son site internet où tout, depuis la levure jusqu’aux bouteilles en verre en passant par les céréales ou les étiquettes, est identifié et localisé.

En ligne de mire pour 2026 désormais : l’ouverture d’une nouvelle brasserie accolée à un bar et un espace musée. Histoire de continuer à raconter l’histoire de famille, tout en partageant une bonne bière.  

Justine Demade Pellorce

Lire aussi nos autres portraits de brasseurs

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Tags
Noël autrement (4/4). De garde avec les soignants
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Noël autrement (3/4). Une fête aux accents d’ailleurs
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Émilie roibet, itinéraire d’une reconversion bien pensée
Architecte paysagiste de formation, Émilie Roibet a quitté ses bureaux lillois pour créer sa ferme florale "À l'ombr [...]
Lire la suite ...

Une Cuma qui a le sens de l’accueil
Localisée à Bois-Bernard, la Cuma " L'accueillante " est confrontée aux départs en retraite de ses membres, souvent [...]
Lire la suite ...

DOSSIER ÉNERGIE. À la centrale de Lens, le bois devient énergies
Unique dans la région, par son genre et sa taille, la centrale de cogénération de Lens produit à la fois de l'élect [...]
Lire la suite ...

Inondations : après la pluie, se reconstruire
Une semaine après les premières crues, le Pas-de-Calais tente d'émerger peu à peu, malgré la menace de nouvelles in [...]
Lire la suite ...

Inondations : 50 millions d’euros pour les collectivités sinistrées
Le chef de l'État en déplacement à Saint-Omer et à Blendecques, le mardi 14 novembre, a annoncé un plan d'aide pou [...]
Lire la suite ...

À la ferme du Major, “on crée de l’énergie”
La ferme d'insertion du Major, à Raismes, emploie 40 hommes et femmes éloignés de l'emploi pour leur permettre, en ac [...]
Lire la suite ...

Jean-Marie Vanlerenberghe : « L’attentat à Arras a souligné les failles du dispositif »
Ancien maire d'Arras et doyen du Sénat, Jean-Marie Vanlerenberghe réclame « une réponse ferme » mais dans le resp [...]
Lire la suite ...

Changer de goût et agir pour le futur
Plus saine, plus durable, plus accessible, l'alimentation de demain doit répondre à d'innombrables défis. À l'occasi [...]
Lire la suite ...

Retour sur la première édition du championnat international de la frite
Le premier championnat international de la frite s'est déroulé à Arras le samedi 7 octobre 2023. Soleil et ambiance [...]
Lire la suite ...

Jean-Paul Dambrine, le patron sensas’
Il est l'icône de la frite nordiste. À 75 ans, Jean-Paul Dambrine, fondateur des friteries Sensas et président du jur [...]
Lire la suite ...

Quatre lycéennes d’Anchin à la conquête de l’Andalousie
Iris, Angèle, Louise et Eulalie, lycéennes à l'Institut d'Anchin, ont passé trois semaines caniculaires près de Sé [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Nord, plusieurs nuances de rose, plusieurs nuances de bleu : l’éparpillement façon puzzle
Avec 11 sièges à pourvoir, c’est le département à renouveler le plus grand nombre de sièges derrière Paris : le [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Pas-de-Calais, la droite (presque) unie, la gauche en ordre dispersé et l’éventualité du Rassemblement National :
Pour les prochaines élections sénatoriales, les gauches ne font pas bloc dans le Pas-de-Calais. La droite, elle, table [...]
Lire la suite ...

Terres en fête : on a testé… être membre d’un jury de produits laitiers
Un concours de produits laitiers fermiers est organisé à chaque édition de Terres en fête. Cette année, la rédacti [...]
Lire la suite ...

Le potager exemplaire du lycée Louis-Pasteur de Lille
Depuis plusieurs années, les adhérents du club Nature et culture du lycée Louis-Pasteur de Lille travaillent et entre [...]
Lire la suite ...

Bonne fête à toutes les mares !
Du 1e au 9 juin, dans le cadre de la fête des mares, plusieurs évènements sont organisés dans le Nord et le Pas-de-C [...]
Lire la suite ...

Recyclage : Bons élèves les agriculteurs ?
Films plastiques, ficelles, bidons vides, big-bags, produits hors d'usage, ferrailles, huiles usagées, déchets de soin [...]
Lire la suite ...

La nature colorée du Jardin des Lianes
Du 31 mai au 2 juin, les Rendez-vous aux jardins proposent à tous de visiter les jardins et parcs du Nord et Pas-de-C [...]
Lire la suite ...

Lait prairies du Boulonnais : Les secrets d’un fromage blanc médaillé
Créée en 2014, la coopérative Lait prairies du Boulonnais ne cesse d'étendre sa gamme de desserts laitiers. Du yaour [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires