Votre météo par ville

“Les femmes apicultrices sont de plus en plus nombreuses”

09-03-2020

Actualité

Bien dans ses bottes

Hélène Hébert-Fiers est apicultrice à Hoymille dans le Nord. Elle a été élue, pour la deuxième année consécutive, présidente de l’association APPNP (Apiculteurs professionnels en pays du Nord-Picardie).  

Hélène Hébert-Fiers. © DR

Lunettes, jean, baskets… Hélène Hébert-Fiers s’avance d’un pas décidé. À la Miellerie du Zyckelin, dans les Flandres, elle est chez elle. Elle s’est installée au sein de la ferme familiale, où travaille également son frère, qui a repris l’exploitation des terres, et son mari.

Entrepreneuse dans l’âme et passionnée par l’apiculture, Hélène Hébert-Fiers a su trouver un équilibre entre vie personnelle et professionnelle. À 37 ans, elle est mère de deux enfants. Son mari, Mathieu, elle l’a rencontré lorsqu’ils travaillaient tous deux dans le journalisme.

Inspiration familiale

Son père, ancien polyculteur-éleveur aujourd’hui retraité, avait mis en route une petite activité apicole de 70 colonies. “Grâce à cette diversification, j’ai pu ouvrir mes premières ruches à la ferme familiale en 2009. La complexité du travail d’apicultrice m’a attiré. J’aime les abeilles et l’activité de production m’intéresse, de l’élevage des reines jusqu’à la vente du miel”, raconte Hélène qui choisit alors de quitter l’univers de la presse.

L’année 2011 est un tournant : elle obtient un BPREA (Brevet professionnel responsable d’exploitation agricole) après deux ans de formation et une saison chez un collègue de l’APPNP, le principal réseau professionnel apicole du Nord de la France qui favorise, depuis l’an 2000, l’accompagnement technique des apiculteurs. Un premier pas pour elle dans ce réseau…

Retour aux sources

Au départ, elle choisit de s’installer en entreprise individuelle au sein de la ferme familiale. C’est à la fois une reconversion professionnelle et un retour aux sources. “La reconversion dans l’apiculture est plus accessible, pas techniquement mais économiquement parlant”, témoigne-t-elle en rappelant que le matériel est moins coûteux que celui d’autres filières agricoles.

L’essentiel de la vente de sa production se fait en “demi-gros” dans des magasins de producteurs, magasins à la ferme ou épiceries. Elle dispose aussi d’un point de vente directe à la miellerie. En revanche, elle propose peu de vente d’essaims d’abeilles.

“L’apiculture, c’est aussi de l’humain. On ne peut pas exercer ce métier sans se former auprès des confrères et sans échanger avec eux ».

Hélène Hébert-Fiers

Les reines sont élevées “principalement pour renouveler le cheptel, souligne Hélène qui continue de tenir les rênes, sans rien lâcher. L’activité de producteur est très chronophage. Seule, ça ne devenait plus tenable”. De fait, son mari Mathieu l’épaule depuis 2019, après avoir lui aussi effectué une reconversion professionnelle.

Transhumance

À la tête de 350 colonies, Hélène et Mathieu sont apiculteurs sédentaires et transhumants, ce qui consiste à déplacer les ruches pour diversifier la production. Celles-ci sont réparties sur une quinzaine d’emplacements dans les Flandres et en Picardie : “transhumer nous permet de produire différents types de miel et en volume suffisant pour pouvoir vivre de notre activité”. Ils produisent ainsi entre 8 et 13 tonnes de miel par an.

“Le développement de l’exploitation a été plus rapide qu’espéré. Même si le nord de la France n’est pas une région traditionnellement apicole, il y a un fort potentiel, notamment en Picardie avec le miel de tilleul”, relève la présidente de l’APPNP qui œuvre pour que ce miel mono floral, intense au niveau du goût, soit reconnu IGP (Indication géographique protégée).

Hélène est sur tous les fronts en s’investissant depuis plusieurs années au sein de l’APPNP. Ce fut un autre conseil de son père : intégrer ce réseau dont il faisait lui-même partie. “L’apiculture, c’est aussi de l’humain. On ne peut pas exercer ce métier sans se former auprès des confrères et sans échanger avec eux”, explique Hélène qui est passée du statut d’adhérente de l’APPNP à celui de présidente récemment.

Elle vient d’ailleurs d’être réélue par le conseil d’administration le 7 janvier 2020 à Bergues (59) pour une durée d’un an. “Nous étions deux adhérentes à mon arrivée, aujourd’hui il y en a presque dix. Les femmes apicultrices sont de plus en plus nombreuses”, observe-t-elle.

Lauren Muyumba

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Noël autrement (4/4). De garde avec les soignants
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Noël autrement (3/4). Une fête aux accents d’ailleurs
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Émilie roibet, itinéraire d’une reconversion bien pensée
Architecte paysagiste de formation, Émilie Roibet a quitté ses bureaux lillois pour créer sa ferme florale "À l'ombr [...]
Lire la suite ...

Une Cuma qui a le sens de l’accueil
Localisée à Bois-Bernard, la Cuma " L'accueillante " est confrontée aux départs en retraite de ses membres, souvent [...]
Lire la suite ...

DOSSIER ÉNERGIE. À la centrale de Lens, le bois devient énergies
Unique dans la région, par son genre et sa taille, la centrale de cogénération de Lens produit à la fois de l'élect [...]
Lire la suite ...

Inondations : après la pluie, se reconstruire
Une semaine après les premières crues, le Pas-de-Calais tente d'émerger peu à peu, malgré la menace de nouvelles in [...]
Lire la suite ...

Inondations : 50 millions d’euros pour les collectivités sinistrées
Le chef de l'État en déplacement à Saint-Omer et à Blendecques, le mardi 14 novembre, a annoncé un plan d'aide pou [...]
Lire la suite ...

À la ferme du Major, “on crée de l’énergie”
La ferme d'insertion du Major, à Raismes, emploie 40 hommes et femmes éloignés de l'emploi pour leur permettre, en ac [...]
Lire la suite ...

Jean-Marie Vanlerenberghe : « L’attentat à Arras a souligné les failles du dispositif »
Ancien maire d'Arras et doyen du Sénat, Jean-Marie Vanlerenberghe réclame « une réponse ferme » mais dans le resp [...]
Lire la suite ...

Changer de goût et agir pour le futur
Plus saine, plus durable, plus accessible, l'alimentation de demain doit répondre à d'innombrables défis. À l'occasi [...]
Lire la suite ...

Retour sur la première édition du championnat international de la frite
Le premier championnat international de la frite s'est déroulé à Arras le samedi 7 octobre 2023. Soleil et ambiance [...]
Lire la suite ...

Jean-Paul Dambrine, le patron sensas’
Il est l'icône de la frite nordiste. À 75 ans, Jean-Paul Dambrine, fondateur des friteries Sensas et président du jur [...]
Lire la suite ...

Quatre lycéennes d’Anchin à la conquête de l’Andalousie
Iris, Angèle, Louise et Eulalie, lycéennes à l'Institut d'Anchin, ont passé trois semaines caniculaires près de Sé [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Nord, plusieurs nuances de rose, plusieurs nuances de bleu : l’éparpillement façon puzzle
Avec 11 sièges à pourvoir, c’est le département à renouveler le plus grand nombre de sièges derrière Paris : le [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Pas-de-Calais, la droite (presque) unie, la gauche en ordre dispersé et l’éventualité du Rassemblement National :
Pour les prochaines élections sénatoriales, les gauches ne font pas bloc dans le Pas-de-Calais. La droite, elle, table [...]
Lire la suite ...

Numéro 368 : 7 juin 2024

Terres en fête. Dans les pas des champions du Savoir vert
Terres en fête, c'est l'occasion pour le grand public de découvrir un monde parfois trèèèèès inconnu. Des dizaine [...]
Lire la suite ...

Terres en fête : 85 000 visiteurs, 550 exposants et des organisateurs contents
Terres en fête s'est déroulé du vendredi 7 au dimanche 9 juin à Tilloy-lès-Mofflaines. 85 000 visiteurs ont arpen [...]
Lire la suite ...

Flandre : Florian Djebouri a transformé sa passion pour les chiens en métier
Sur Terres en fête, Florian Djebouri faisait des démonstrations de chiens de troupeau. L'occasion de rencontrer ce tou [...]
Lire la suite ...

Élections européennes et dissolution : avec quelles conséquences ?
Quelles conséquences sur le monde agricole vont avoir les élections européennes et la dissolution de l'Assemblée nat [...]
Lire la suite ...

« Il n’y a pas d’ambiguïté, notre objectif est de produire »
Pour Agnès Pannier-Runacher, « si on nie le dérèglement climatique - comme le fait l'extrême-droite - on tue l'agr [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires