Accueil/Actualité, S’équiper/Machinisme. 40 ans pour le CRA de Blendecques et toujours vert

Machinisme. 40 ans pour le CRA de Blendecques et toujours vert

La succursale audomaroise de Claas fête les 40 ans de son implantation à Blendecques (62) sur les bases de Renault Agriculture et dévoile ses ambitions.

 Les portes ouvertes annuelles du CRA (Claas Réseau Agricole) de Blendecques pour la Saint-Eloi auront forcément une tonalité particulière ces vendredi 30 novembre et samedi 1er décembre puisqu’il s’agit en même temps du quarantième anniversaire de la succursale audomaroise du constructeur allemand. Quelques jours avant l’événement, la rencontre avec son directeur, Valéry Garnier, est l’occasion d’évoquer le marché du tracteur et des machines de récolte sur une zone qui s’étend du littoral à la Flandre (Hondeghem) à l’ouest, jusqu’au Ternois (Beauvois) au sud. Au cœur de cette zone se trouve le site historique du CRA Blendecques, à quelques minutes de Saint-Omer.

Fort sur les machines de récolte

Succursale du constructeur Claas comme un peu moins d’une dizaine d’autres à travers la France – on y ajoute une cinquantaine de concessions privées -, le CRA Blendecques emploie 44 salariés – commerciaux, techniciens, chefs d’atelier, responsables service après-vente, spécialiste des nouvelles technologies et personnels administratifs – et mise sur l’intégration d’alternants (4) : « C’est quelque chose auquel nous sommes attachés, explique M. Garnier, puisqu’on considère qu’il faut plusieurs années de pratique avant d’être expert d’une marque ».

Claas, c’est aujourd’hui une marque leader sur les marchés des matériels de récolte : « 53% des ensileuses et 40% des moissonneuses-batteuses vendues en France sont de marque Claas, rapporte Valéry Garnier. En Europe, Claas est la marque numéro un en moissonneuse et elle est numéro un mondial dans les ensileuses ». Sur la zone couverte par le CRA de Blendecques, celui-ci explique en avoir vendu 10 sur les 31 livrées en 2017, soit une part de marché de 32,2%. En ensileuses, c’est quasiment un carton plein, avec 6 machines sur 8. En tracteurs, jusqu’au 31 octobre 2018 il détaille en avoir vendu 49 tracteurs ; ce qui lui confère 16,07% de parts de marchés, contre 9,5% l’an dernier (2017).

 Faire plus en tracteurs

Pour justifier un taux de pénétration sur le marché du tracteur encore peu conséquent, le responsable audomarois de la marque rappelle qu’il s’agit d’une activité relativement récente pour Claas, initiée seulement avec la reprise de Renault Agriculture (2004). Depuis qu’on lui a confié la direction de la succursale en avril 2017, Valéry Garnier s’emploie donc à développer les ventes de tracteurs : « Le tracteur, explique-t-il, c’est l’image de la marque à travers la campagne. C’est ce qui se voit le plus et c’est aussi ce qui fait le business après-vente ». Aussi, poursuit-il, « nos marges de progrès se trouvent sur le marché des tracteurs, même si l’on constate comme tout le monde que le nombre d’exploitations diminue d’année en année ». Signe positif en ce qui le concerne, Claas représenterait déjà en 2018 quelque 18% des ventes de tracteurs de grosse puissance, autrement dit supérieurs à 200 chevaux.

Des services plus pointus

Si le responsable du CRA Blendecques se montre sensible aux ventes de matériels (neufs ou d’occasion), il n’oublie pas que le gros de la marge de son entreprise se réalise avec le service après-vente. « A l’avenir, explique-t-il, les marques représenteront toujours quelque chose pour les clients, mais la différence se fera par les services que l’on saura proposer ». Sur le marché de l’occasion, Valéry Garnier peut ainsi s’appuyer sur le déploiement par la marque du portail First Claas Used (FCU) ; lequel promet à ses utilisateurs l’accès à une base internationale de matériels garantis par le constructeur et ses distributeurs, notés en fonction de leur état et du niveau d’équipement.

Parmi d’autres nouveautés, le CRA de Blendecques s’intéresse depuis cette année au matériel robotisé de désherbage : « On passe d’une technologie qui a d’abord intéressé les maraîchers, mais que l’on pourrait rapidement retrouver en grandes cultures ».

365Farmnet, un grand pas dans la gestion de données

Enfin, difficile pour M. Garnier de ne pas évoquer le partenariat récent entre Claas et la start-up 365FarmNet. « Si beaucoup d’agriculteurs travaillent encore avec un carnet et un crayon, les jeunes générations sont beaucoup plus sensibles au numérique et l’intègrent à leur façon de gérer leur ferme. Chaque machine produit aussi des données que l’on ne sait pas forcément exploiter, mais des solutions sont en train d’être inventées ».

Se présentant comme « un service gratuit de cartographie qui permet de gérer toutes les activités agricoles, depuis la ferme jusque dans les parcelles », 365Farmnet regroupe en un seul logiciel toutes les informations concernant les activités d’une ferme. Il peut ainsi s’agir de la planification des cultures à la récolte, du champ à l’étable, de la documentation à l’analyse opérationnelle. Sa participation au dernier congrès de l’Axema a convaincu le responsable du CRA de Blendecques de la direction à prendre. Lors du prochain SIMA, c’est sur le stand de Claas que l’on devrait pouvoir retrouver la startup prometteuse.

Vincent Fermon

Vincent Fermon 2018-11-28T16:19:48+00:00 28 novembre 2018|Categories: Actualité, S’équiper|Mots clés: , , , , , |