Accueil/Magazine/Marais audomarois. Nez à nez avec une couleuvre à collier

Marais audomarois. Nez à nez avec une couleuvre à collier

Avec l’été et les fortes chaleurs, il n’est pas rare de voir certaines couleuvres à collier rechercher un peu de fraîcheur dans les jardins des particuliers ou à proximité des habitations et des garages.

Couleuvre, couleuvre à collier, nature
La couleuvre à collier est facilement repérable dans le marais audomarois, mais elle ne représente pas de danger particulier. © PNRCMO

Que faire lorsque l’on se retrouve nez à nez avec une couleuvre à collier (Natrix natrix) dans son jardin ? Difficile de ne pas paniquer, même s’il est bon de rappeler que ce serpent est complètement inoffensif. S’il s’agit bien d’une espèce propre à notre région vivant à l’état sauvage, c’est le seul serpent connu sur le marais audomarois.

Comment la reconnaître ?
L’animal est reconnaissable à l’espèce de collier (majoritairement de blanc à jaune) que l’on peut voir derrière sa tête d’où son nom « à collier ». Son corps est de couleur variable, généralement gris. La couleuvre à collier mesure quelque 70 cm pour les mâles et jusqu’à 120 cm pour les femelles. Le mâle peut peser jusqu’à 100 g alors que le poids de la femelle peut aller jusqu’à 300 g. Les couleuvres naissent durant le mois d’août. Elles font 10 centimètres à la naissance. Son lieu de vie est situé à proximité de milieux humides, mares et cours d’eau. Elle est une bonne nageuse. Sa nourriture, c’est essentiellement dans l’eau qu’elle la trouve puisqu’elle raffole de grenouilles, de crapauds et de tritons et, plus rarement, de poissons ou de petits mammifères. Quand il fait chaud, les couleuvres aiment se réchauffer au soleil.

Faut-il s’inquiéter ?
La couleuvre à collier n’est pas venimeuse. Ce serpent n’est pas du tout agressif et même plutôt craintif. Lorsque la couleuvre à collier se retrouve acculée, elle peut tout au plus donner des coups de tête. Le plus souvent, elle fait la morte puis attend que le calme soit revenu pour partir. Dans le marais audomarois, l’espèce est en expansion. Si vous la croisez chez vous, le mieux est de la laisser partir. Comme tous les reptiles, la couleuvre à collier est une espèce protégée. Toutefois, si elle est entrée dans votre habitation, prenez un ramasse-poussière et une balayette ou prenez un sac ou un gant pour l’attraper et la mettre dehors. En quelques ondulations, elle aura rapidement fait de se mettre à l’abri. 

Pratique

Vos observations sont précieuses, pensez à transmettre vos informations au Parc naturel régional des caps
et marais d’Opale ou à Eden 62 aux adresses suivantes :
observateurs@parc-opale.fr
contact@eden62.fr

2018-07-26T09:30:27+00:00 27 juillet 2018|Categories: Magazine|Mots clés: , , , , |