Accueil/Actualité/Politique. Un député tacle le ministre de l’Agriculture, Stéphane Travert, sans le citer

Politique. Un député tacle le ministre de l’Agriculture, Stéphane Travert, sans le citer

Un député de l’opposition demande à Emmanuel Macron de nommer « un vrai ministre de l’Agriculture » au sein de son gouvernement.

C’est quoi un « faux » ministre de l’agriculture ? Nicolas Forissier a peut être la réponse. Député (LR) de la deuxième circonscription de l’Indre, il adresse sur son blog http://www.huffingtonpost.fr/author/nicolas-forissier/, le 13 février, un message au président de la République, Emmanuel Macron, dans lequel il lui demande de nommer « un vrai ministre de l’Agriculture ».

« Le ministère de l’Agriculture est certainement géré avec application, mais sans vision », dénonce le député. Sans le citer, il regrette par exemple que l’actuel locataire de la Rue de Varennes « ne prépare pas les éléments d’une vraie stratégie pour l’agriculture, non seulement pour assurer notre souveraineté alimentaire nationale, dans sa diversité, mais aussi pour permettre à la France de jouer un rôle majeur face au défi alimentaire mondial ».

Tout en reconnaissant que « tous les agriculteurs n’ont pas vocation à produire pour exporter », il invite le gouvernement à soutenir « les produits de proximité, les circuits-courts dans la restauration collective, les multiples signes de qualité ».

Le projet de loi traduisant les engagements issus des États Généraux de l’Alimentation (EGA) pas plus que la redéfinition des zones défavorisées ne trouvent grâce à ses yeux.

« Déçu » des vœux adressés par le président de la République au monde agricole, le député de l’Indre regrette de ne pas trouver « une volonté forte, une vision, une stratégie nationale (…) pour l’agriculture et l’agroalimentaire français ».

Le ministre de l’Agriculture, Stéphane Travert fait l’objet de critiques acerbes de la part de l’opposition. Crédit : Ministère de l’Agriculture

« Il y a urgence », tonne Nicolas Forissier

A la place de l’actuel ministre de l’Agriculture, comme au sein de sa famille politique, Nicolas Forissier entend faire de la future politique agricole commune « une priorité dans les mois à venir ». Et de citer en vrac un certain nombre de mesures : mise en place d’un outil financier de précaution pour les exploitations agricoles, instauration d’un moratoire sur les normes et les contrôles, modernisation des systèmes de financement du foncier, effort massif en faveur de l’innovation et des investissements de modernisation des exploitations, plan de structuration des filières…

« Il y a urgence, bon sang », tempête l’élu, pour qui « il faut sonner le tocsin et agir immédiatement ».

Entre mars 2004 et mai 2005, Nicolas Forissier a endossé la fonction de Secrétaire d’État chargé de l’agriculture, de l’alimentation et de la pêche, dans le gouvernement Raffarin. De 2005 à 2007, il sera délégué interministériel aux industries agroalimentaires et à l’agro-industrie, puis médiateur national pour le plan de soutien à l’agriculture (2009). Il est aujourd’hui député de la deuxième circonscription de l’Indre.

Vincent Fermon

2018-02-13T10:01:06+00:00 13 février 2018|Categories: Actualité|Mots clés: , , , , |