Accueil/Actualité, Vendre/PORT DE DUNKERQUE. DONNER DE LA VOIX AUTOUR DU PROJET CAP 2020

PORT DE DUNKERQUE. DONNER DE LA VOIX AUTOUR DU PROJET CAP 2020

Le Port de Dunkerque consultera fin septembre les habitants du territoire au sujet de son projet d’extension. Objectif : doper la capacité en conteneurs et ainsi rivaliser avec Anvers ou Hambourg.

« Ce sera une première pour le port », se félicitait lundi 18 septembre Stéphane Raison, président du directoire du grand port maritime de Dunkerque (GPMD). Celui-ci lancera, fin septembre, une série de réunions publiques de consultation des habitants et usagers du territoire, sous un format inédit et interactif. En ligne de mire, l’extension du quai de Flandres sur deux kilomètres, afin d’augmenter la capacité du bassin à conteneurs de Dunkerque.

Le débat public « permettra de raccrocher les citoyens, le territoire et le port autour d’un projet d’avenir qui les engagera pour les prochaines décennies », détaille Erwan Le Bris, directeur aménagement et environnement au GPMD. Cinq réunions publiques se tiendront dans quatre villes du littoral : Dunkerque, Loon-Plage, Gravelines et Grande-Synthe, afin d’informer les citoyens mais aussi de recueillir leurs interro- gations, craintes et objections avant le début des travaux.

À cette organisation classique s’ajoute un format inédit, voulu par le port de Dunkerque et piloté par la Commission nationale du débat public (CNDP) : une vingtaine de réunions supplémentaires, menées par des experts, sur quatre thématiques : transport maritime, report multimodal, emploi, et avenir industriel.

« Nous voulions ouvrir une autre forme de débat, très impliquant pour la population, ajoute Stéphane Raison. Avec les problèmes de sûreté, les ports se sont détachés des villes. Ce débat est un moyen de faire revenir les habi- tants et de leur présenter un projet structurant pour le modèle économique du territoire. » À l’issue de ces discussions, le pro- jet Atlantique sera ou non adopté. À défaut, une variante, baptisée « Baltique », est également envisagée.

16 000 emplois à la clé

Créer de la valeur grâce aux citoyens, c’est la pierre angulaire du projet qui prévoit la création de 16 000 emplois dans le secteur logistique et de la transformation en plus des autres emplois indirects ou induits. De quoi faire de Dunkerque-Port un véritable pôle de compétitivité pour le transport de conteneurs face à ses concurrents belges et hollandais, capables de faire transiter entre 10 et 16 millions d’équivalents vingt pieds (EVP), soit entre 380 et 608 millions de mètres cubes de marchandises.

« L’idée est de convaincre les opérateurs du Nord qu’il est intéressant de passer par Dunkerque, pour des raisons économiques et de développement du territoire, plutôt que par les ports du Nord », commente le président. Son atout différenciant : le prix, forcément moins cher lorsque le port se trouve à près de 150 km de la frontière belge. Pas de guerre des prix donc, ni de concurrence vis-à-vis des autres grands ports français, comme celui du Havre. « Nous irons chercher les trafics naturels transitant au Nord car nous aurons les infrastructures adéquates », réplique Stéphane Raison.

Les résultats de la concertation publique devraient être connus à la fin de l’année avant de faire prendre au projet sa forme défi- nitive. « Les choses peuvent encore bouger » a résumé Sté- phane Raison.

Iléana Heranger

2017-09-22T10:31:45+00:00 24 septembre 2017|Categories: Actualité, Vendre|Mots clés: , , |