Accueil/Actualité/Tropicalia. « Nous avons la volonté de travailler avec des producteurs locaux »

Tropicalia. « Nous avons la volonté de travailler avec des producteurs locaux »

Les porteurs du projet Tropicalia, cette serre tropicale géante qui doit voir le jour à Rang-du-Fliers (62) en 2022, souhaitent « travailler avec des producteurs locaux et le monde agricole en général ». Joint par Terres et Territoires pour connaître l’avancée du projet, Nicolas Fourcroy, l’un des associés en charge des partenariats, assure : « Nous voulons mettre en avant les produits et savoir-faire locaux. Nous avons aussi envie de travailler en circuit court pour le service de restauration. » Les premières rencontres ont déjà eu lieu et un appel à manifestation d’intérêt devrait être lancé à l’automne 2019. 

© Coldefy & Associés Architectes Urbanistes

La cave du Perlé Delobel & fils, située à Loison-sur-Créquoise (62) et qui produit notamment l’apéritif le Perlé de groseille, a en effet été contactée par les acteurs de Tropicalia. « Ils sont venus me rencontrer, visiter l’établissement et goûter nos produits, confirme Romain Delobel, qui dirige l’entreprise avec son frère. J’ai fait part de mon envie de participer au projet, notamment à travers leur boutique de produits régionaux. » Il évoque aussi d’autres partenariats possibles pour peut-être, à terme, « faire des produits autour du thème de la serre, dans un esprit tropical. »

Pour le dirigeant, ce projet est une véritable opportunité : « Plus le territoire sera dynamique, plus il sera une destination intéressante pour le tourisme », souligne-t-il. 

© Coldefy & Associés Architectes Urbanistes

Le projet

Imaginée par le cabinet Coldefy & Associés architectes urbanistes, l’édifice devrait s’étendre sur une surface de 20 000 m2. Qualifiée par ses fondateurs de « plus grande serre au monde », celle-ci accueillera des plantes tropicales mais aussi des oiseaux, des papillons ou encore des poissons et des reptiles. La température intérieure prévue sera de 28 °C.

L’ensemble du projet devrait occuper 9,3 hectares de terrain, sur la ZAC (zone d’aménagement concerté) du « Champ Gretz ». Tout autour du bâtiment, qui se veut intégré au paysage, des plantes locales devraient être plantées. 

 Laura Béheulière

Laura Béheulière 2019-08-28T07:34:46+00:00 27 août 2019|Categories: Actualité|Mots clés: , , , |