Accueil/Actualité, Vendre/VENTE. LES AGRICULTEURS JOUENT LA CARTE DU COLLECTIF

VENTE. LES AGRICULTEURS JOUENT LA CARTE DU COLLECTIF

La vente directe de produits alimentaires reste la principale forme de diversification dans le Nord-Pas de Calais.

La vente en circuit court permet au producteur de valoriser son métier, de maîtriser tous les maillons de son activité, de la production à la commercialisation, de promouvoir son savoir-faire et de fédérer autour de son activité son conjoint ou ses enfants.

Si les pionniers se sont installés il y a plus de 30 ans, il faudra attendre les années 1990 pour que le concept fasse des émules. Nombreux sont aujourd’hui les producteurs qui ont créé un point de vente sur leur exploitation, l’idée n’est donc pas nouvelle. Mais les points de vente collectifs (PVC), répondent, eux, à une démarche différente.

Ces magasins conçus et gérés par les producteurs qui pro- posent à la vente des produits du producteur directement au consommateur. Les agriculteurs décident ensemble de créer un espace où ils pourront commercialiser tout un panel de produits issus de leurs exploitations. L’intérêt est évidemment d’offrir au consommateur une gamme plus large mais aussi de s’organiser pour la vente, partager les différentes tâches, les responsabilités et de mettre en commun des moyens humains et matériels. Ce qui fait la différence pour le consommateur ? La présence des agriculteurs eux-mêmes sur le lieu de vente.

Une formule qui fait tilt

Les autres avantages de ce mode de commercialisation pour les agriculteurs sont nombreux. Le PVC est avant tout une aventure humaine. C’est aussi une meilleure valorisation des produits, la mise en place de nouveaux débouchés fiables et réguliers ainsi que la construction d’un lien social fort. « Les clients aiment venir chez nous pour discuter directement avec le producteur, ils savent qu’ils auront les informations sur le produit », témoigne un agriculteur engagé dans un point de vente collectif.

Le magasin collectif est une porte d’entrée pour maintenir le lien avec le public et les informer de la réalité du métier d’agriculteur et ainsi lutter contre les idées reçues. C’est aussi un bon moyen de répondre aux attentes des consommateurs : recherche de qualité, d’authenticité des produits et d’une relation commerciale de confiance. La formule plaît. Les différentes affaires de fraudes liées à la viande et l’augmentation du nombre de locavores (personnes qui n’achètent et ne mangent que des produits locaux et de saison) contribuent à ce succès. Ces magasins sont donc en totale adéquation avec les nouvelles tendances des consommateurs actuels et offrent de nouveaux débouchés pour les productions agricoles. Aujourd’hui, dans le Nord-Pas de Calais, on recense une dizaine de PVC et autant de groupes d’agriculteurs qui partagent le même objectif.

S’informer, s’entourer avant de se lancer

Pour réussir un projet de point de vente collectif, plusieurs conditions doivent être remplies : être attentif au lieu d’implantation : accessibilité, signalisation du magasin et places de stationnement sont à intégrer dès le début de la réflexion, cela conditionne en partie la réussite du projet ;

  • proposer une gamme de produits diversifiée ;
  • être rigoureux dans l’organisation et le respect des règles définies en commun ;
  • avoir une bonne entente et partager une même éthique au sein du groupe de producteurs ;
  • avoir de la motivation et être acteur de la vie du groupe ;
  • être disponible : présence obligatoire d’au moins un producteur quand le magasin est ouvert.

Pour y voir plus clair, les porteurs de projets ont la possibilité de se faire accompagner dans leur démarche par la chambre d’agriculture. L’objectif est d’apporter toutes les informations nécessaires, de donner un maximum de clés pour permettre aux agriculteurs de constituer un groupe et de transposer les objectifs individuels vers une dimension collective. Le service Diversification et innovation économique peut accompagner le groupe à aller plus loin et apporter un appui complet à toutes les étapes de vie des points de vente collectifs, qu’ils soient en projet ou déjà lancés (aide à la réalisation des études de faisabilité économique et commerciale, règles de fonctionnement et vie de groupe, organisation marchande, communication, formations…). Renseignez-vous !

2017-08-08T10:38:55+00:00 10 août 2017|Categories: Actualité, Vendre|Mots clés: , , |