Votre météo par ville

Sains-lès-Marquion s’est jeté à l’eau

06-01-2020

Grand format

C’est tout frais

En octobre 2019, la commune de Sains-lès-Marquion (62) inaugurait le début d’un chantier pour le moins inattendu : celui du raccordement à l’eau potable. Impensable, pourrait-on dire à l’aube des années 2020.

La commune de Sains-lès-Marquion. © DR

9 octobre 2019. Sains-Lès-Marquion (62) continue d’écrire son Histoire. Autour d’une foule d’habitants réunis pour l’occasion, Guy-de Saint-Aubert, maire de la commune, saisit une pioche. Sous les crépitements des flashs pour immortaliser la scène. À l’instar des habitants, la presse locale ne veut pas manquer une miette de l’évènement.

Toujours affublé de ses larges lunettes qui lui barrent le visage, Guy de Saint-Aubert creuse symboliquement un trou dans lequel est installé un tuyau. Le premier d’un réseau de raccordement qui, ici à la fin du printemps 2020, fait entrer Sains-lès-Marquion dans une nouvelle ère : celle de l’eau potable.

Lire l’histoire du raccordement de Sains-lès-Marquion : « Il n’est pas possible de mettre ma population en danger »

Révolution

Une « petite révolution » qui a mis sous les feux des projecteurs cette commune discrète d’à peine 350 habitants. Ici, aucun commerce, si ce n’est une discothèque et un stand de tir.

Sains-lès-Marquion baigne dans une quiétude, légèrement chamboulée depuis par, selon les mots de Guy-de Saint-Aubert, ce « micro-évènement » qu’est la réception prochaine de l’eau potable. À l’aube des années 2020, Sains-lès-Marquion faisait figure d’exception en France. Une commune résistante, malgré elle.

Après la presse locale, les journaux nationaux en ont fait leurs choux gras. Tout le monde veut savoir comment peut-on vivre sans eau potable aujourd’hui. Le maire est questionné, les habitants interrogés.

Retrouver le témoignage d’un agriculteur de Sains-lès-Marquion : « Utiliser l’eau potable représenterait un coût conséquent pour mon activité »

Pompage individuel

À Sains-lès Marquion, maire et habitants expliquent qu’ils sont heureux de la sorte, tout en se réjouissant, pour la majorité, du futur accès à une eau propre à l’ingestion. Pendant quelques mois encore, l’eau qui s’écoule du robinet, de la douche et des toilettes, est gérée par un système de pompage individuel. Et jusqu’ici, cela ne posait pas grandement problème.

Lire le témoignage de Josette Laguilliez : « Je me suis tout de suite inscrite pour l’eau »

Tout de même, le maire s’est résolu à faire les démarches nécessaires pour faciliter la vie de ses administrés. « Pour des questions sanitaires d’abord, explique Guy de Saint-Aubert. Même si la qualité de l’eau n’a jamais été mise en cause, mon devoir de maire était de prendre les précautions nécessaires ».

Et ensuite par opportunité. « Nous avons obtenu le financement qu’il nous manquait pour se mettre à la page, ajoute-t-il. Nous avons attendu 100 ans pour obtenir l’eau potable, et maintenant nous serons tranquilles pour les cent prochaines années ». De quoi se dire d’ici quelque temps, que de l’eau a coulé sous les ponts, à Sains-lès-Marquion.

Simon Henry

Facebook Twitter LinkedIn Google Email

Au cœur des terres

#terresetterritoires