Votre météo par ville

« Avec le réchauffement climatique, la gestion de l’eau prend tout son sens ! »

17-06-2019

Actualité

Culture

Le gouvernement a décidé de généraliser la méthode des projets de territoires pour la gestion de l’eau (PTGE). Objectif : « Garantir une démarche concertée localement avec tous les usagers de l’eau pour améliorer la résilience des territoires face aux changements climatiques et mieux partager les ressources en eau. »

© VEVCHIC – STOCK.ADOBE.COM

Trois questions à …
Alain Dequecker
Secrétaire général de l’UNPT et producteur dans le Nord

Comment réagissez-vous à cette annonce par le gouvernement de la généralisation des projets de territoire pour la gestion de l’eau ? On ne peut que saluer cette décision qui va dans le sens de ce que la profession défend. C’est une bonne note d’intention. Cependant, tout reste à faire, comme construire des retenues d’eau – même si ce n’est pas possible partout – pour pouvoir utiliser l’eau en irrigation l’été. Cela dit, si on associe souvent l’irrigation à la gestion de l’eau, elle ne représente, en réalité, qu’une partie du sujet.
Quels sont les exemples à suivre ? Des pays comme l’Espagne, déjà confrontés au manque d’eau, ont mis en place des solutions innovantes. Mais en France aussi, dans le Puy-de-Dôme notamment, les eaux issues des stations d’épuration peuvent être utilisées en agriculture alors qu’ici elles sont rejetées dans les rivières et rejoignent doucement la mer. Un certain nombre d’usines agroalimentaires ont aussi des projets collectifs intéressants. Dans certaines sucreries, comme à Boiry-Sainte-Rictrude dans le Nord ou Sainte-Émilie dans la Somme, l’eau des bassins de lavage des betteraves est réutilisée pour l’irrigation l’été.
Pourquoi la gestion de l’eau est-elle un sujet si crucial aujourd’hui ? Comme nous l’avons vu, en décembre 2018, à l’assemblée générale de l’UNPT (Union nationale des producteurs de pommes de terre) en présence d’un climatologue que nous avions invité : le réchauffement climatique nous apportera très certainement des étés plus secs et des hivers davantage pluvieux. Nous aurons donc des excès d’eau l’hiver et de la sécheresse l’été. Partant de ce constat, réfléchir à la gestion de l’eau trouve tout son sens !
Propos recueillis par Lucie De Gusseme

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
« Je cultive du topinambour depuis quatre ans »
Plante rustique peu connue, le topinambour est un tubercule qui se montre facile au champ mais dont l'arrachage demande [...]
Lire la suite ...

Sortie du glyphosate : besoin de cinq ans de transition pour l’agroéquipement
Axema (industriels de l’agroéquipement) a publié le 15 juillet 2020 une étude réalisée à la demande du ministèr [...]
Lire la suite ...

Moisson 2020 : les premiers échos de la plaine
Qui dit premières bennes de grains livrées, dit premières estimations. Aucune catastrophe n'est à prévoir cette ann [...]
Lire la suite ...

Dans les Hauts-de-France, la permaculture « fait partie des pistes d’avenir »
Peu développée de manière professionnelle dans la région, la permaculture trouve plutôt sa place en milieu urbain. [...]
Lire la suite ...

Agribiolien : le site des petites annonces pour producteurs bio
Il a été créé par la Fédération nationale de l’agriculture biologique des régions de France (Fnab) pour fav [...]
Lire la suite ...

Pommes : le ministère de l’Agriculture prévoit un net repli de la production en 2020
La production française de pommes de 2020 est estimée inférieure de 8 % à la moyenne quinquennale, a indiqué le 10 [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires