Votre météo par ville

Légumes de conserve : un marché domestique en plein essor

16-11-2020

Actualité

Culture

Lors du premier confinement, le marché des conserves a bondi. Faciles à préparer, les légumes conditionnés sous cette forme ont compensé les pertes du marché des surgelés, principalement utilisés pour la restauration hors foyer.

Le marché domestique de la conserve a explosé pendant le confinement. © Pixabay

Le marché des légumes d’industrie est, depuis le premier confinement, complètement déstabilisé. Alors que la consommation à domicile se porte bien, la restauration hors foyer est très fortement ralentie.

« À l’annonce du premier confinement, les Français se sont rués vers les conserves, note Delphine Pierron, directrice du Cénaldi, l’association qui regroupe les organisations de producteurs de légumes à destination de l’industrie. Les industries ont dû s’adapter à ce déséquilibre en conditionnant leurs légumes dans des boîtes de format plus petit. »

Délaissant ainsi le marché du surgelé, plus traditionnellement destiné aux cantines et restaurants.

À lire aussi : Unilet presse la distribution de répartir «équitablement» la valeur en 2021

Besoin de marchandise

Les volumes transformés et conditionnés en petits format ont ainsi augmenté. Les surgelés étaient à l’arrêt et la marchandise a dû être réorientée, sauf pour les produits typés restauration collective. « Arrivés à la récolte des légumes, les industries avaient épuisés leurs stocks, il y avait de la demande« , rappelle la directrice.

Même si la consommation domestique a plus ou moins compensé celle de la restauration hors foyer, certains produits ont été perdants. « Nous exportons beaucoup de conserves, explique Delphine Pierron. Mais nous en importons beaucoup également. »

Les conserves consommées par les Français ne contiennent pas toutes des légumes cultivés en France. Par exemple, les légumes de ratatouille, les artichauts, asperges et coeurs de palmiers ne sont pas produits dans l’Hexagone.

Par ailleurs, avec les exportations en berne, les ventes de certains produits franco-français, que sont les petits pois ou haricots vert notamment ont flanché.

Prudence pour les prochaines années

Depuis, la production est repartie à une cadence habituelle. La totalité des volumes sont transformés et conditionnés.

« La mauvaise récolte de cette année, et la conjoncture instable va forcément pousser les industriels à revoir leurs stratégies, annonce la directrice. J’imagine qu’ils vont faire un point en évaluant leurs stocks et en définissant leur demande. »

La filière toute entière reste prudente, d’autant plus que les négociations entre les producteurs et industriels vont débuter dans quelques semaines.

Lucie Debuire

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Des moutons boulonnais « écopâturent » à Genech et Pont-à-Marcq
Le troupeau de moutons boulonnais de l’établissement agricole Institut de Genech va valoriser des espaces verts d [...]
Lire la suite ...

Le lin fait sa fashion week
La filière mondiale du Lin se mobilise en lançant à partir d'aujourd'hui pour la "Fashion Revolution week". Objectif [...]
Lire la suite ...

Pommes de terre : quels sont les atouts des cultures intermédiaires ?
Au-delà d’être une obligation réglementaire, les couverts avant la culture de pommes de terre sont préconisés par [...]
Lire la suite ...

Groupama aide les agriculteurs à s’équiper de sondes connectées pour le fourrage
Groupama Nord-Est propose un accompagnement financier pour inciter les agriculteurs à s’équiper de sondes de tem [...]
Lire la suite ...

Éléonore Peretti : « Créer du lien est la raison d’être du MusVerre »
Éléonore Peretti est la nouvelle directrice du MusVerre de Sars-Poteries (59). Elle défend les atouts et le rôl [...]
Lire la suite ...

Bruxelles et les États membres entendent numériser le secteur agricole
Dans le cadre de la révision du plan coordonné 2021 sur l’intelligence artificielle publiée le 21 avril, la Commiss [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires