Votre météo par ville

Jardin : Chez André Diéval, l’hortensia est roi

11-08-2022

Actualité

Les sorties

Cet été, nous partons explorer des jardins de passionnés dans le Nord et le Pas-de-Calais. À Villers-au-Bois, le jardin d’André Diéval est un écrin de verdure ponctué de rose et de bleu d’une collection de plus de 300 variétés d’hortensias. Une plante à laquelle il voue ses journées.

André Diéval à côté d’un hortensia grimpant, l’un de ses préférés. © LD

À peine arrivé au pas de son jardin qu’André Diéval vous plonge dans l’histoire des hortensias… ou il faudrait dire hydrangeas. Ces fleurs roses, bleues, blanches ou rouges occupent l’esprit de ce retraité depuis plus de 30 ans.

En 1984, il achète une pâture de plus de 3 000 m² à Villers-au-bois (62), où il construit sa maison et y plante des arbres, arbustes, vivaces et plantes annuelles. Horticulteur de formation et jardinier de métier, André Dieval ne se voit pas sans jardin et sans fleurs autour de lui. « J’ai baigné là-dedans depuis que j’étais jeune, mon père s’occupait d’une grande propriété près d’ici. J’ai d’abord planté des arbres de haute tige pour créer un écrin, se souvient-il. Une fois le décor planté, j’ai ajouté des touches de couleurs et d’exotisme en essayant d’associer les couleurs et les reliefs. »

Tour du monde et retour dans le temps

Le jardin d’André Diéval se veut structuré avec des mélanges de couleurs et de reliefs. © L.D.

Déambuler dans le jardin de ce passionné, c’est comme rendre visite à une famille. « Ici c’est Mme Emile Mouillère qui a plus de 110 ans », lance-t-il devant l’une des 300 variétés d’hydrangeas. « Là, c’est Anabelle, une variété très connue », ici « on trouve Mme Chaubert ! » Quelques pas plus loin, « c’est un hortensia qui vient de Nouvelle-Zélande, celui-là vient d’Asie, celui-ci d’Amérique du nord… Voyez, on fait le tour du monde rapidement !  »

Un voyage dans de nombreux pays… tout en révisant son Histoire. « Les hydrangeas sont originaires du Japon, explique André Diéval qui regrette de ne s’y être jamais rendu. Ça y pousse comme le sureau chez nous. Mais c’est l’explorateur Philibert Commerson envoyé par le roi Louis XIV qui a découvert cette plante sur l’île de France, devenue île Maurice depuis. Il n’a pas pu revenir, il est mort en voyage, mais son herbier est revenu en France grâce à Monsieur Bougainville. »

Conseils d’un expert

Ce retraité ne tarit pas non plus de connaissances sur la culture des hortensias et aime les transmettre. « C’est une plante qui vient d’une île volcanique, elle aime donc les sols acides et drainant, explique-t-il en cassant les préjugés sur les besoins en eau de la plante. Si la couleur des fleurs varie, c’est selon les variétés mais aussi l’acidité du sol. »

En ce qui concerne leur taille, il faut privilégier la période du 15 février au 15 mars. Mais attention, la taille, c’est tout un art. « Certains, ont une floraison sur deux ans, ce sont les variétés les plus communes, alerte le jardinier. Si on veut avoir des fleurs, il faut uniquement couper la fleur et les branches abîmées. Pour ceux qui ont une floraison sur un an, il y a moins de précautions à prendre. »

Outre les hortensias, André Diéval milite pour la reconnaissance des bambous, présents en nombre dans son jardin. « Tout le monde pense à tort que c’est une espèce envahissante, s’insurge-t-il. Mais ce n’est pas toujours le cas, il faut simplement bien savoir le choisir. Si on ne veut pas que les bambous prennent toute la place, il faut en choisir un cespiteux qui restera en souche pas avec des rhizomes. Il faut redorer les lettres de noblesse de ces plantes. »

Des compagnons

Hêtre pleureur, conifères taillés en nuages, fleurs à bulbes et autres arbustes et vivaces permettent une floraison continue. « Mais le jardin, ce n’est pas que des plantes », aime-t-il rappeler. Ce sont aussi des oiseaux, des bouvreuils qui font leur nid à l’abri des prédateurs, des insectes et des mammifères.

En ce temps de sécheresse, le jardinier a rempli des petites coupelles d’eau pour tous les réhydrater. « La sécheresse, c’est quand même embêtant, reconnaît André Dieval, qui essaye d’arroser ses plantes avec l’eau de pluie récupérée. Mais c’est aussi l’occasion de voir comment les plantes s’adaptent et de sélectionner celles qui sont les plus résistantes. »

De belles surprises peuvent aussi éclore. « On ne sait jamais vraiment où les attendre, les plantes. On croit parfois que tout est perdu et elle reprend vigueur. »

Pépiniériste

Une pépinière lui permet de développer certaines variétés et d’en échanger avec d’autres jardiniers. © LD

La visite ne serait pas complète si on ne passait pas voir les « bébés » d’André, comme il les appelle. Pour développer les variétés d’hortensias, il a improvisé une pépinière avec les boutures et plants de quelques années. « C’est pour faire des échanges avec d’autres passionnés et promouvoir les hortensias. C’est aussi un moyen de tisser des liens et de nouvelles amitiés. »

Quand on demande à André s’il a le temps de profiter de son jardin, il répond qu’il y passe tout son temps mais ne s’arrête pas. Et de glisser des conseils pour réussir son jardin : « Il faut y passer du temps, être attentif, comprendre que rien n’est statique. Il faut aussi aimer ses plantes, je leur parle tous les jours… enfin, pas quand il y a des visiteurs, on me prendrait pour un fou ! »  

Lucie Debuire

Lire aussi : Jardin : Quand la tradition rencontre l’exotisme

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Le job est dans le pré !
Terres et Territoires c’est aussi l’emploi agricole, bientôt retrouvez toutes les offres de la région ! Mais en at [...]
Lire la suite ...

Betterave : Alors, ça donne quoi cette bataille contre les pucerons ?
Pour réduire l'usage des pesticides, Martin Gosse de Gorre a confié une partie de sa production à l'Institut techniqu [...]
Lire la suite ...

Mérite agricole : Une conférence sur la PAC
Pour sa conférence annuelle, l'Amicale des membres du mérite agricole accueille Philippe Tabary. Le spécialiste des q [...]
Lire la suite ...

MSA, « l’amortisseur social »
La Mutualité sociale agricole Nord-Pas de Calais tenait son assemblée générale vendredi 16 septembre sur fond de cri [...]
Lire la suite ...

L’ONF réitère l’opération « Tous en forêt ! »
Les forestiers se rendent tous sur le terrain et invitent les usagers à venir les rencontrer mercredi 28 septembre à p [...]
Lire la suite ...

Frappadingue : une course de collégiens dédiée aux abeilles à la Casseline
Vendredi 23 septembre de 8h30 à 17h00, La Frappadingue traversera le site de La Casseline située sur le flanc sud du M [...]
Lire la suite ...

Numéro 280 : 16 septembre 2022

Au cœur des terres

#terresetterritoires