Votre météo par ville

Le lycée aux quinze jardins

24-08-2022

Actualité

C’est tout frais

Médiéval ou japonais, permacole ou aquatique, classique ou contemporain : le lycée agricole de Coulogne, à quelques kilomètres de Calais, compte près de quinze jardins à thèmes. On boucle notre série de l’été par une balade à travers cette vitrine végétale.

Le jardin médiéval, inspiré de ceux que l’on trouvait dans les monastères,
est reconnaissable par ses carrés délimitant les zones nourricières, médicinales ou encore florales.

Lorsqu’ils déambulent dans les jardins, les lycéens de Coulogne voient les plantes et les arbustes, les fleurs et les légumes, les arbres et les aromates évoluer au rythme des saisons. « On estime entre 600 et 800 le nombre de variétés de plantes recensées sur l’établissement il y a deux ans, indique Armel Hochart, adjoint à la direction de l’établissement scolaire. Certaines apparaissent, d’autres disparaissent. »

Formant ses 360 élèves aux métiers des travaux paysagers, aux productions horticoles et aquacoles, en animalerie, jardinerie et environnement, l’école dispose de dix hectares, dont la moitié est aménagée en une quinzaine de jardins thématiques, « qui font la richesse de notre site », se réjouit Armel Hochart.

Connaissance et reconnaissance de végétaux

Un couple d’oies et quelques moutons participent à l’entretien des jardins, qui se passent de désherbage chimique depuis 2006, en équipe avec les élèves qui consacrent chaque semaine entre quatre à six heures aux travaux pratiques. « On insiste lourdement sur la connaissance et la reconnaissance des végétaux », précise Armel Hochart. Si l’heure est encore aux vacances des élèves, l’enseignant profite des allées désertées pour enfiler la casquette de guide et faire découvrir les créations végétales.

La roseraie est l’un des quinze jardins thématiques, fruit du travail des élèves et enseignants, qui embellissent le lycée agricole de Coulogne.

Du jardin du temps à la roseraie

À l’entrée du lycée, se trouve le jardin du temps, qui représente les âges de la vie, de la naissance à l’adolescence, puis l’âge adulte et enfin la vieillesse. « Il a été conçu et créé par les baccalauréats technologiques au retour d’un voyage en Angleterre », remarque Armel Hochart. Un cadran gradué en douze parties entoure les quatre zones dont chacune affiche une couleur dominante.

Un peu plus loin, le jardin médiéval est inspiré de ceux que l’on observait dans les monastères, les abbayes, les châteaux forts. « Charlemagne avait défini une liste de 93 plantes que l’on devait trouver dans les jardins du domaine royal dans Le Capitulaire de Villis », explique Armel Hochart. Avec ses allées perpendiculaires, le jardin est très ordonné et entouré de haies, en référence aux cloîtres. Différentes parties sont délimitées en carrés : nourricière pour le potager, florale pour embellir les autels ou encore médicinale pour soigner les hommes et les femmes.

À quelques pas de là, une roseraie compte 350 à 400 variétés, différentes par leurs couleurs, leurs floraisons, leurs formes, du rosier grimpant au rosier polyantha multifleurs.

Le pont rouge du jardin japonais symbolise la transition entre le monde terrestre et l’audelà. © L. T.

Du jardin japonais au bassin

Les azalées, érables et bruyères invitent à traverser le globe et à pénétrer dans le jardin japonais et ses différentes saynètes. Un bassin d’est en ouest est traversé par un pont rouge représentant la transition entre le monde terrestre et l’au-delà.

Le voyage est ensuite temporel avec le jardin classique à la française qui associe tables et broderies végétales, développées sous Louis XIV pour afficher sa puissance.

Devant les bâtiments, un jardin contemporain rend hommage à l’abbé Dupuy, fondateur de l’école en 1954, d’abord réservée aux orphelins.

« Le clou du spectacle est notre jardin aquatique, confie Armel Hochart. Avec sa filtration naturelle et bio, il a été le plus gros chantier de l’école entre 2010 et 2013 et a demandé de se remettre en question sur la technique, les contraintes. »

La balade invite également à découvrir un jardin naturel – réunissant des « espèces champêtres qui donnent une touche colorée à l’automne » – et un verger – 22 hautes tiges qui ont permis de cueillir et transformer les pommes en 350 bouteilles de jus vendues au magasin. De plus petits jardins ici et là se trouvent attenant aux bâtiments : senteurs, ombre, économe (réhabilité avec uniquement de la récupération), permacole, méditerranéen (avec ses plantes aromatiques), parachèvent un éventail de jardins en tous genres.

À l’avenir, « il va falloir s’adapter », prévient Armel Hochart. Il y a dix ans, le lycée a imaginé un module pour penser un « jardin sans eau » et cultiver plantes et légumes sans arroser. Choix des variétés, du substrat, mode de conduite : entre les périodes trop humides ou trop sèches, la maladie du frêne, ou encore l’arrivée d’insectes de régions plus chaudes, le jardinage demande d’être « de plus en plus vigilant dans ses choix », conclut Armel Hochart. 

Louise Tesse

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Le job est dans le pré !
Terres et Territoires c’est aussi l’emploi agricole, bientôt retrouvez toutes les offres de la région ! Mais en at [...]
Lire la suite ...

Nord-Pas de Calais : Succès pour l’opération d’abandon simplifié d’armes
Le bilan de l’opération nationale d’abandon simplifié d’armes à l’Etat est positif pour le No [...]
Lire la suite ...

Sécheresse : fin des mesures de restriction dans le Pas-de-Calais
Compte tenu des pluies parfois importantes de ces dernières semaines, le préfet du Pas-de-Calais a décidé de lever t [...]
Lire la suite ...

Numéro 290 : 25 novembre 2022

Sapins : Une saison qui se joue en un mois
C'est officiel : la saison des fêtes a commencé. Après les cadeaux, il est temps de penser au menu et au sapin. À l [...]
Lire la suite ...

Porcs : Une période compliquée dans les Hauts-de-France
L'Union régionale des groupements de producteurs de porcs et Interporc Nord-Picardie ont tenu leur assemblée général [...]
Lire la suite ...

Comment imaginer l’élevage porcin de demain ?
L’assemblée générale de l’Union régionale des groupements de producteurs de porcs et Interporc Nord-Pica [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires