Votre météo par ville

Agriculture : Soutenir les services rendus

23-06-2022

Actualité

Environnement

Depuis deux ans, l’association Campagnes vivantes travaille sur la mise en place d’un système de paiement pour services environnementaux. Des entreprises peuvent désormais financer des projets d’agriculteurs à vocation environnementale.

Karel Lesaffre, président de Campagnes vivantes, lors de l’assemblée générale de l’association qui s’est tenue vendredi 10 juin sur le site de Terres en fête. © V.CH.

« C’est une reconnaissance de notre action d’accompagnement des agriculteurs. » En préambule de l’assemblée générale de Campagnes vivantes, qui s’est tenue à Terres en fête le 10 juin, Karel Lesaffre, son président se félicite : en septembre 2021, l’association a été reconnue d’intérêt général par les pouvoirs publics pour son travail auprès des agriculteurs pour les accompagner dans leurs démarches de progrès en lien avec la gestion du paysage et la protection de la biodiversité.

Trouver le bon système

C’est dans cette logique que l’association, animée par Sandrine Joubert, travaille depuis près de deux ans à l’élaboration d’un projet autour des paiements pour services environnementaux (PSE). « Historiquement, l’association Campagnes vivantes travaille sur la préservation du patrimoine bâti, puis petit à petit, nous avons accompagné la mise en place d’actions en faveur de l’environnement et de la biodiversité », explique Emmanuel Leveugle, vice-président de Campagnes vivantes. Des actions qui ont un coût pour les agriculteurs.

Les grandes lignes de la mise en œuvre d’un système de PSE ont été présentées lors de l’AG. En 2021, Campagnes vivantes a bénéficié du soutien de l’Agence de l’eau pour mener une expérimentation, identifier les leviers et les freins des différents dispositifs existants en France et en Europe en matière de PSE, et définir une méthode. « L’objectif était de trouver un système qui fonctionne », avance Emmanuel Leveugle. Le travail mené a permis d’éliminer la piste de l’accompagnement public pour financer les PSE. « On s’est aperçu qu’il était plus pertinent de partir sur une logique de financement privé avec les entreprises », avance le responsable.

Agir concrètement

Différentes entreprises du territoire ont été rencontrées pour connaître leurs besoins et leurs attentes. Le même travail a été mené auprès des agriculteurs. Pour l’entreprise, s’engager dans une logique de PSE avec un agriculteur s’inscrit dans une démarche de Responsabilité sociétale des entreprises (RSE). « C’est une manière d’afficher ses valeurs et de s’impliquer concrètement en faveur de la biodiversité, cela permet d’impliquer ses collaborateurs, tout en aidant les agriculteurs de son territoire à agir pour l’environnement et le climat », énumère Emmanuel Leveugle. Dans le cadre du partenariat établi entre l’entreprise et l’agriculteur, celui-ci est donc rémunéré « au juste prix pour services environnementaux. »

Campagnes vivantes cible notamment les petites et moyennes entreprises car les plus grandes structures semblent avoir d’autres stratégies RSE basées sur l’évitement, la réduction, voire la compensation de leur empreinte carbone. Une première expérimentation a été menée avec l’entreprise Actemium Maintenance à Dunkerque qui souhaitait contribuer à la plantation d’arbres au niveau local. Une première plantation de haies financée par l’entreprise a été réalisée chez un agriculteur. Cela a permis de peaufiner le dispositif pour qu’il réponde au mieux aux attentes de chacun.

« Nous avons mis en route beaucoup de projets ces dernières années, l’enjeu est désormais de mener à bien toutes les actions lancées pour continuer à jouer notre rôle auprès des agriculteurs », conclut Karel Lesaffre. 

Des fleurs en ferme

Parmi les actions menées par Campagnes vivantes, figure l’opération « Fleurs en ferme ». En 2021, une opération de mise en place de bandes fleuries pour les abeilles a été imaginée. « Nous avons proposé à près de 10 000 agriculteurs d’implanter un mélange mellifère dans leurs bordures de champs ou leurs zones de non-traitement », explique Jean-Pierre Clipet, administrateur de l’association. Au final, en 2021, 240 agriculteurs se sont mobilisés pour implanter 373 bandes fleuries sur 146 hectares. En 2022, ce sont 103 agriculteurs qui ont implanté 220 bandes sur près de 82 hectares. Des panneaux de communication sont positionnés aux abords des bandes fleuries et des documents explicatifs sont distribués aux riverains pour leur expliquer la démarche.

Virginie Charpenet

Lire aussi : Animation : Le Pas-de-Calais bourdonne au son des pollinisateurs

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Noël autrement (4/4). De garde avec les soignants
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Noël autrement (3/4). Une fête aux accents d’ailleurs
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Émilie roibet, itinéraire d’une reconversion bien pensée
Architecte paysagiste de formation, Émilie Roibet a quitté ses bureaux lillois pour créer sa ferme florale "À l'ombr [...]
Lire la suite ...

Une Cuma qui a le sens de l’accueil
Localisée à Bois-Bernard, la Cuma " L'accueillante " est confrontée aux départs en retraite de ses membres, souvent [...]
Lire la suite ...

DOSSIER ÉNERGIE. À la centrale de Lens, le bois devient énergies
Unique dans la région, par son genre et sa taille, la centrale de cogénération de Lens produit à la fois de l'élect [...]
Lire la suite ...

Inondations : après la pluie, se reconstruire
Une semaine après les premières crues, le Pas-de-Calais tente d'émerger peu à peu, malgré la menace de nouvelles in [...]
Lire la suite ...

Inondations : 50 millions d’euros pour les collectivités sinistrées
Le chef de l'État en déplacement à Saint-Omer et à Blendecques, le mardi 14 novembre, a annoncé un plan d'aide pou [...]
Lire la suite ...

À la ferme du Major, “on crée de l’énergie”
La ferme d'insertion du Major, à Raismes, emploie 40 hommes et femmes éloignés de l'emploi pour leur permettre, en ac [...]
Lire la suite ...

Jean-Marie Vanlerenberghe : « L’attentat à Arras a souligné les failles du dispositif »
Ancien maire d'Arras et doyen du Sénat, Jean-Marie Vanlerenberghe réclame « une réponse ferme » mais dans le resp [...]
Lire la suite ...

Changer de goût et agir pour le futur
Plus saine, plus durable, plus accessible, l'alimentation de demain doit répondre à d'innombrables défis. À l'occasi [...]
Lire la suite ...

Retour sur la première édition du championnat international de la frite
Le premier championnat international de la frite s'est déroulé à Arras le samedi 7 octobre 2023. Soleil et ambiance [...]
Lire la suite ...

Jean-Paul Dambrine, le patron sensas’
Il est l'icône de la frite nordiste. À 75 ans, Jean-Paul Dambrine, fondateur des friteries Sensas et président du jur [...]
Lire la suite ...

Quatre lycéennes d’Anchin à la conquête de l’Andalousie
Iris, Angèle, Louise et Eulalie, lycéennes à l'Institut d'Anchin, ont passé trois semaines caniculaires près de Sé [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Nord, plusieurs nuances de rose, plusieurs nuances de bleu : l’éparpillement façon puzzle
Avec 11 sièges à pourvoir, c’est le département à renouveler le plus grand nombre de sièges derrière Paris : le [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Pas-de-Calais, la droite (presque) unie, la gauche en ordre dispersé et l’éventualité du Rassemblement National :
Pour les prochaines élections sénatoriales, les gauches ne font pas bloc dans le Pas-de-Calais. La droite, elle, table [...]
Lire la suite ...

Numéro 368 : 7 juin 2024

Terres en fête. Dans les pas des champions du Savoir vert
Terres en fête, c'est l'occasion pour le grand public de découvrir un monde parfois trèèèèès inconnu. Des dizaine [...]
Lire la suite ...

Terres en fête : 85 000 visiteurs, 550 exposants et des organisateurs contents
Terres en fête s'est déroulé du vendredi 7 au dimanche 9 juin à Tilloy-lès-Mofflaines. 85 000 visiteurs ont arpen [...]
Lire la suite ...

Flandre : Florian Djebouri a transformé sa passion pour les chiens en métier
Sur Terres en fête, Florian Djebouri faisait des démonstrations de chiens de troupeau. L'occasion de rencontrer ce tou [...]
Lire la suite ...

Élections européennes et dissolution : avec quelles conséquences ?
Quelles conséquences sur le monde agricole vont avoir les élections européennes et la dissolution de l'Assemblée nat [...]
Lire la suite ...

« Il n’y a pas d’ambiguïté, notre objectif est de produire »
Pour Agnès Pannier-Runacher, « si on nie le dérèglement climatique - comme le fait l'extrême-droite - on tue l'agr [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires