Votre météo par ville

« Le dialogue passe d’abord par le respect mutuel »

03-03-2020

Actualité

C’est tout frais

Philippe Loyez est maire de la commune de Noyelles-sur-Escaut, dans le Nord. Pour lui, les bonnes relations au sein des communes rurales entre le monde agricole et le reste des administrés passent par un respect des règles et des lois pour assurer le vivre ensemble. Un article issu de notre grand format sur les municipales 2020.

Philippe Loyez. © DR

« Il y’a une urgence à créer du dialogue », estime Philippe Loyez, maire de Noyelles-sur-Escaut (59) depuis 2010 et candidat à sa succession. Cette commune du Cambrésis compte 800 habitants et encore cinq sièges d’exploitation. Si, comme l’affirmait dernièrement le président de l’Association des maires ruraux Luc Waymel, le dialogue est au rendez-vous dans la plupart des communes, le « vivre ensemble » n’est parfois pas si simple.

Pour Phillipe Loyez, « le dialogue passe d’abord par le respect mutuel » : « D’un côté, ceux qui choisissent de vivre à la campagne doivent assumer leur choix, de l’autre, les agriculteurs doivent tenir compte de la présence des habitants à proximité dans le cadre de leur travail ». Il constate notamment, parfois, un manque de respect des règles de sécurité routière.

L’agriculture, maillon essentiel du territoire

Pour améliorer le dialogue et la prise en compte des contraintes de chacun, Philippe Loyez compte un agriculteur dans son conseil municipal. « J’y tiens, avance-t-il, c’est important d’avoir son retour pour connaître les difficultés qu’ils peuvent avoir ».

Il reconnaît aussi l’importance de l’agriculture, de l’amont à l’aval, pour l’économie et l’emploi des territoires ruraux. Il compte en effet sur sa commune deux industriels de premier plan : le fabricant d’aliments pour animaux Novial et le constructeur de matériel agricole Holmer Exacct.

L’élu est également vice-président du Sage (Schéma d’aménagement des eaux) de l’Escaut. Il se dit enfin inquiet de constater des retournements de prairies sur son territoire et estime qu’il y a un enjeu à maintenir l’activité économique atour de l’élevage et du pâturage.

Virginie Charpenet

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Une enquête sur l’impact économique du Covid-19 dans la filière équine
La filière cheval a élaboré un questionnaire pour mesurer l’impact économique de la crise sanitaire sur les en [...]
Lire la suite ...

Fleurs cherchent débouchés pour s’épanouir
Privés de vente depuis l'instauration du confinement le 17 mars, les horticulteurs continuent de chérir leurs plantes [...]
Lire la suite ...

Elle assiste à son premier vêlage à 22 mois
Confinement oblige, Chiara, 22 mois, vient d'assister à son premier vêlage à la ferme de ses parents située dans le [...]
Lire la suite ...

En direct : la Région élabore son plan de crise
C’est dans des circonstances tout à fait inédites, comme tout ce que nous vivons actuellement d’ailleurs, [...]
Lire la suite ...

Carte interactive, solidaire et agricole
En cette période de crise, les habitudes sont chamboulées. Des agriculteurs cherchent de nouveaux canaux de distributi [...]
Lire la suite ...

Covid-19 : Un numéro vert pour les agriculteurs
Les chambres d’agriculture des Hauts-de-France ont lancé un numéro vert pour accompagner les agriculteurs dans l [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires