Votre météo par ville

Témoignage : dans la peau d’une saisonnière agricole

11-08-2022

Actualité

Société

Dans les champs, la récolte des fruits et légumes bat son plein. Une période toujours délicate pour les agriculteurs qui ont besoin d’une main-d’œuvre saisonnière pour les aider. Rencontre avec une saisonnière dans un champ de Zegerscappel, dans les Flandres, pour la cueillette de la courgette.

Sur l’exploitation de l’EARl Licour, les saisonniers cueillent les courgettes puis les posent sur le tapis qui fait tomber les fruits dans les palox. © C.B.

6 h 30 dans la campagne flamande. À Zegerscappel (59), dans un champ, ils sont une dizaine le dos courbé en train de ramasser les courgettes. Un travail quotidien et minutieux car la récolte n’attend pas. Antoine Licour, agriculteur dans l’EARL Licour qui possède trois hectares de courgettes, supervise ses neuf saisonniers venus travailler 3 h à 3 h 30. Comme Léa Fauquembergue, 19 ans, qui y travaille plusieurs fois par semaine.

Lire aussi : Travailleurs saisonniers : un agriculteur qui embauche témoigne

Étudiante en Staps, licence de sciences et techniques des activités physiques et sportives, Léa Fauquembergue a décidé de travailler pour la première fois en tant que saisonnière agricole cet été. “Je préfère le travail manuel et je n’avais pas du tout envie de me retrouver assise sur une chaise dans un bureau tout l’été.”

Des tâches plus ou moins diversifiées

“Au début de l’été, j’ai travaillé à la ferme Hamez, à Zegerscappel, où on a coupé des brocolis. Maintenant, je ramasse les courgettes environ deux à trois fois par semaine, ici. Et je travaille aussi chez un maraîcher, à Clairmarais, avec ma cousine. J’y fais davantage de missions : on enlève les mauvaises herbes, on pose des tuyaux, on travaille dans les serres, on plante des légumes, comme des choux et des salades, mais principalement on ramasse les pommes de terre à la main”, souligne l’étudiante.

La récolte de courgettes, assez redondante, décourage parfois d’autres saisonniers. Quelles que soient les conditions météorologiques, les courgettes n’attendent pas. Qu’il pleuve, qu’il vente ou qu’il fasse canicule, les saisonniers doivent récolter. Physiquement, “au début il faut prendre le coup de main, mais comme j’ai l’habitude de faire du sport à côté ça se passe bien. Et puis je dirais que je me dépense bien, je bouge et ça me permet de faire quelque chose de ma journée. Ça évite de me lever à des 12 h ou 13 h”, plaisante la jeune femme, qui ne voit pas de “contrainte” à ce job d’été.

C’est souvent ce que les jeunes – les saisonniers ont souvent entre 16 ans et 20 ans – viennent faire : s’occuper, travailler pour avoir un peu d’argent de poche ou pour financer leurs études, un permis de conduire, des vacances et leurs projets par la suite. Souvent, les saisonniers agricoles entendent parler des récoltes par le bouche-à-oreille, ou connaissent d’autres saisonniers travaillant dans l’exploitation. “Ils viennent souvent entre copains“, explique Christine Licour, agricultrice dans l’EARL.

Une expérience de vie enrichissante

Que ce soit un premier emploi ou pas, être saisonnier agricole apporte une expérience importante. “Ça permet d’apprendre ce qu’est le travail, qu’il faut le faire correctement, être régulier”, liste Léa Fauquembergue, mais aussi le respect, la ponctualité. Cela permet aussi à certains jeunes de savoir ce qu’ils veulent faire ou ne pas faire de leur vie professionnelle.

Léa Fauquembergue, elle, est déjà prête à retravailler l’an prochain comme saisonnière agricole. “Si je trouve un travail qui corresponde davantage à mon choix de carrière pour plus tard, par exemple de l’animation en centre aéré, je privilégierai ça, sinon je candidaterai à nouveau pour être saisonnière agricole”, souligne-t-elle, prête à être la VRP du métier auprès d’autres jeunes. “Je leur dirai que l’ambiance de travail est plutôt bonne, les dirigeants pensent à leurs employés en leur proposant des pauses et en offrant boissons et gâteaux. J’en parle à mon entourage, à mes amis et à d’autres personnes de mon âge parce que c’est un travail intéressant pour nous, les horaires sont peu prenants et puis il est facile d’être embauché”, conclut la saisonnière.

Célia Bouriez

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Le job est dans le pré !
Terres et Territoires c’est aussi l’emploi agricole, bientôt retrouvez toutes les offres de la région ! Mais en at [...]
Lire la suite ...

Nord-Pas de Calais : Succès pour l’opération d’abandon simplifié d’armes
Le bilan de l’opération nationale d’abandon simplifié d’armes à l’Etat est positif pour le No [...]
Lire la suite ...

Sécheresse : fin des mesures de restriction dans le Pas-de-Calais
Compte tenu des pluies parfois importantes de ces dernières semaines, le préfet du Pas-de-Calais a décidé de lever t [...]
Lire la suite ...

Numéro 290 : 25 novembre 2022

Sapins : Une saison qui se joue en un mois
C'est officiel : la saison des fêtes a commencé. Après les cadeaux, il est temps de penser au menu et au sapin. À l [...]
Lire la suite ...

Porcs : Une période compliquée dans les Hauts-de-France
L'Union régionale des groupements de producteurs de porcs et Interporc Nord-Picardie ont tenu leur assemblée général [...]
Lire la suite ...

Comment imaginer l’élevage porcin de demain ?
L’assemblée générale de l’Union régionale des groupements de producteurs de porcs et Interporc Nord-Pica [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires