Votre météo par ville

Calaisis. Un éleveur en or

15-01-2020

Actualité

Élevage

Albert Roussez, éleveur de rouges des prés à Nielles-lès-Calais (62), a reçu le Sabot d’or. Une récompense qui distingue les meilleurs éleveurs de France.

Albert Roussez éleveur Terres et Territoires
© DR

Derrière ce discret fermier du Pas-de-Calais se cache un éleveur-sélectionneur aiguisé, aux petits soins de ses 30 animaux à la robe pourpre. Albert Roussez vient de recevoir le Sabot d’or. Cette récompense, remise par le réseau Bovins croissance à l’automne 2019, est le fruit de toute une carrière. Rencontre.

Des rouges suivies de près

« Mes premières rouges des prés sont arrivées en 1990 sur la ferme, explique l’éleveur. Cette race, anciennement appelée Maine-Anjou, est originaire de l’ouest de la France. Les bovins sont calmes et dociles. Ils donnent de très bonnes viandes ».

Recevoir cet honneur une deuxième fois, c’est une petite fierté, une gratitude qui montre que tous les efforts que l’on fait au quotidien ne sont pas vains. Élever des animaux représente des sacrifices en temps et beaucoup de surveillance ».

Albert Roussez

À condition de les choyer. Ceux d’Albert Roussez paissent dans les prairies alentours, non loin de la zone des wateringues, et sont suivis de près par l’organisme de sélection (Sica Rouge des près) ainsi que par Bovins croissance (service de la chambre d’agriculture).

« Cela permet de progresser en compagnie d’autres éleveurs, d’échanger sur les techniques, de comparer les cheptels », indique-t-il. Avec la réussite que l’on connaît pour l’Earl Roussez : une conduite de troupeau et des valeurs génétiques qui se trouvent être les meilleures du pays.

Le doublé

Albert Roussez avoue avoir été « surpris » par l’annonce de la nouvelle de son titre. « La ferme a déjà reçu le Sabot d’or en 2010, je ne m’attendais pas du tout à en recevoir un nouveau ! confie l’éleveur. Recevoir cet honneur une deuxième fois, c’est une petite fierté, une gratitude qui montre que tous les efforts que l’on fait au quotidien ne sont pas vains. Élever des animaux représente des sacrifices en temps et beaucoup de surveillance ».

Simon Playoult

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Fung feed va faire manger des insectes à vos animaux de compagnie
Alors que la start-up Ynsect est en train de construire en périphérie d'Amiens, à Poulainville, ce qui deviendra la p [...]
Lire la suite ...

Textile : « On a perdu le sens du prix »
Qui dit février dit Salon de l'agriculture et... fashion week. Sarah Bourgois, fille d'agriculteur, a lancé sa marque [...]
Lire la suite ...

Le meilleur du Salon de l’agriculture en images
Rencontre au détour d’un stand, situation cocasse, instant mignon… Le meilleur du Salon. La rédaction [...]
Lire la suite ...

Sucre : un marché haussier malgré la morosité ambiante
Le prix du sucre blanc a franchi la barre des 420 $/t (387 euros) sur le marché londonien cette semaine. De bonne augur [...]
Lire la suite ...

La vraie vie de Cyrille, éleveur, se dévoile en grand
Cyrille n'est pas acteur, mais éleveur en Auvergne. Un jour sa route croise celle de Rodolphe Marconi, réalisateur. C [...]
Lire la suite ...

Agriculteurs retraités : porte fermée pour le projet de loi de retraites
Lors de sa visite au Salon de l’agriculture, le 22 février, le président de la République Emmanuel Macron est r [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires