Votre météo par ville

Les grains 2021 passés au peigne fin

17-09-2021

Diapos photo

Culture

Terminée il y a seulement deux semaines, la moisson 2021 restera dans les annales mais pour de mauvaises raisons. Peu de rendement, grains humides, PS faibles et temps de chute d’Hagberg trop bas donnent du pain sur la planche aux organismes stockeurs . Reportage au silo de Saleux (80).

Au silo de Saleux (80), 140 000 tonnes de grains vont être triés et séchés cette année. © LD

Les grains de 2021 ne récoltent pas beaucoup de bons points cette année. Si la moisson est terminée depuis début septembre dans notre région, c’est bien le signe qu’elle a été très longue. Trop longue. Laissant le temps au grain de s’abîmer et de perdre toute la qualité potentielle générée au mois de juin.

Pour le moment, chez les organismes stockeurs, l’heure est au constat. « On analyse la qualité des grains que nous avons reçus, annonce Jean Deray, responsable collecte au groupe Carré. C’est assez inédit puisque cette année, la plupart des grains sont trop humides, et ont un PS (poids spécifique) et un temps de chute d’Hagberg trop bas. D’habitude, le problème ne concerne qu’un seul critère. » À l’échelle de la parcelle, voire de l’épi, la qualité des grains est très hétérogène selon les relevés sur le terrain.

Valoriser au mieux

Pour pouvoir accéder aux marchés, les grains vont devoir être allotés, transportés vers des silos équipés de séchoirs et subir une petite métamorphose. Première étape au silo de Saleux (80) où 140 000 tonnes de grains vont transiter (cliquer sur le diaporama ci-dessous).

Finalement, les coopératives et négoces se veulent rassurants : « On va faire notre travail. Grâce aux investissements réalisés dans les outils de travail du grain, nous avons pour objectif de les valoriser au mieux ». Phase primordiale pour pouvoir accéder à certains marchés plus rémunérateurs.

L’enjeu réside également dans la fourniture de grains de qualité identique tout au long de la campagne. « Il ne s’agit pas de vendre les blés aux normes habituelles et de rester avec de la marchandise de moindre qualité sur les bras », précise Geoffrey Saintyves. Les marchés sont en pleine adaptation au cru 2021.

Lucie Debuire

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Dunkerque-Port inaugure son terminal à destination de l’Irlande
La nouvelle ligne maritime Dunkerque-Irlande a été célébréeau terminal du port de Dunkerque lundi 11 octobre, en p [...]
Lire la suite ...

Édouard Chouteau veut décrocher l’étoile
Depuis juin 2020, Édouard Chouteau est le nouveau chef du restaurant La Laiterie à Lambersart (59). Amoureux des prod [...]
Lire la suite ...

Des agriculteurs excédés par les dégâts de sangliers
À l'initiative de la FDSEA du Pas-de-Calais, une rencontre a été organisée mercredi 6 octobre avec le directeur de [...]
Lire la suite ...

Abattoir de Valenciennes : « La sous-préfecture nous a posé un lapin »
La sous-préfecture de Valenciennes s’est engagée, jeudi 14 octobre, à entamer des discussions avec la direction [...]
Lire la suite ...

Elles croquent le sexisme à la ferme
La bande dessinée « Il est où le patron ? », réalisée par cinq paysannes et la dessinatrice Maud Bénézit, redo [...]
Lire la suite ...

Ces femmes qui font vivre le territoire
À l'occasion de la Journée internationale des femmes rurales ce 15 octobre, nous vous proposons de prendre des nouvel [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires