Votre météo par ville

Les grains 2021 passés au peigne fin

17-09-2021

Diapos photo

Culture

Terminée il y a seulement deux semaines, la moisson 2021 restera dans les annales mais pour de mauvaises raisons. Peu de rendement, grains humides, PS faibles et temps de chute d’Hagberg trop bas donnent du pain sur la planche aux organismes stockeurs . Reportage au silo de Saleux (80).

Au silo de Saleux (80), 140 000 tonnes de grains vont être triés et séchés cette année. © LD

Les grains de 2021 ne récoltent pas beaucoup de bons points cette année. Si la moisson est terminée depuis début septembre dans notre région, c’est bien le signe qu’elle a été très longue. Trop longue. Laissant le temps au grain de s’abîmer et de perdre toute la qualité potentielle générée au mois de juin.

Pour le moment, chez les organismes stockeurs, l’heure est au constat. « On analyse la qualité des grains que nous avons reçus, annonce Jean Deray, responsable collecte au groupe Carré. C’est assez inédit puisque cette année, la plupart des grains sont trop humides, et ont un PS (poids spécifique) et un temps de chute d’Hagberg trop bas. D’habitude, le problème ne concerne qu’un seul critère. » À l’échelle de la parcelle, voire de l’épi, la qualité des grains est très hétérogène selon les relevés sur le terrain.

Valoriser au mieux

Pour pouvoir accéder aux marchés, les grains vont devoir être allotés, transportés vers des silos équipés de séchoirs et subir une petite métamorphose. Première étape au silo de Saleux (80) où 140 000 tonnes de grains vont transiter (cliquer sur le diaporama ci-dessous).

Finalement, les coopératives et négoces se veulent rassurants : « On va faire notre travail. Grâce aux investissements réalisés dans les outils de travail du grain, nous avons pour objectif de les valoriser au mieux ». Phase primordiale pour pouvoir accéder à certains marchés plus rémunérateurs.

L’enjeu réside également dans la fourniture de grains de qualité identique tout au long de la campagne. « Il ne s’agit pas de vendre les blés aux normes habituelles et de rester avec de la marchandise de moindre qualité sur les bras », précise Geoffrey Saintyves. Les marchés sont en pleine adaptation au cru 2021.

Lucie Debuire

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Salon Génération #HDF, 3 jours pour dessiner son avenir, un salon à destination des jeunes en 100% numérique
La Région Hauts-de-France organise du mardi 1er au jeudi 3 février un Salon Génération #HDF à destination des jeune [...]
Lire la suite ...

Fin du phosmet : une possibilité de dérogation pour un autre insecticide (ministère) 
Le ministère de l'Agriculture voit d'un bon œil la mise en place d'une dérogation pour utiliser l'insecticide cyantra [...]
Lire la suite ...

Origine des viandes en RHD : affichage obligatoire étendu aux viandes autres que bovines 
Un décret paru au Journal officiel le 27 janvier étend aux viandes porcines, ovines et de volailles l'obligation d'aff [...]
Lire la suite ...

BioDemain : Une émission pour sensibiliser le public
L'entreprise nordiste BioDemain a participé à l'émission de M6 "Qui veut être mon associé ?". Une occasion de sensi [...]
Lire la suite ...

Sols : Une web télé pour creuser la question
Animée par le journaliste nordiste Frédéric Denhez, la « Pecnot'Lab TV » rassemble chaque mois, en direct et en rep [...]
Lire la suite ...

Reportage photo : Un retour aux sources… et vers le futur pour Safilin!
25 ans après sa délocalisation en Pologne en 2005, la dernière filature de lin française est de retour sur ses terre [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires