Votre météo par ville

Pommes de terre : le constructeur AVR agrandit sa gamme (vidéo)

12-05-2020

Actualité

Machinisme

La société belge AVR a présenté sa nouvelle gamme de planteuses Ceres 200 M, 200 H et 440. Disponibles en deux ou quatre rangs, elles cumulent de nombreuses options. Les détails.

La démonstration s’est déroulée en ligne, et non dans les champs. Jeudi 7 mai 2020, le constructeur belge AVR a présenté trois nouveaux types de planteuses à pommes de terre : la Ceres 200 M, 200 H et 440. Chacune ayant ses spécificités et ses atouts.

La première, la Ceres 200 M, a une portée de deux rangs. Le système de plantation est identique à celui de la gamme des Ceres mais a été simplifié. Des options telles que l’éclairage, le choix des trémies, les secoueurs électriques des bandes à godets, les capes de buttage et les fertiliseurs sont également disponibles.

« Cette planteuse a de nombreux avantages, indique tout d’abord Pieter Galle, chef produit chez AVR lors de la vidéoconférence de présentation. Le fond est réglable du côté de l’alimentation. Les socs dans le parallélogramme et de plantation sont fixes. Les secoueurs mécaniques sont réglables. »

Un boîtier de commande

La Ceres 2 000 H a, quant à elle, d’autres atouts. Même si c’est une planteuse à deux rangs, elle est entièrement entraînée hydrauliquement et est également équipée d’une trémie plus grande.

Les nouvelles technologies sont aussi au rendez-vous sur ce modèle : écran tactile moderne de cinq pouces avec des icônes claires et un boîtier de commande configuré à la demande.

Toutefois, le constructeur le rappelle : « Ce modèle est préconisé pour des sols où se trouvent peu de pierresCette planteuse bénéficie de roues assez larges, de socs étroits et les tôles glissières au sol conservent la terre à l’intérieur, énumère le chef du produit. La grande trémie, de 2,85 mètres de large, est facile à remplir. »


Retrouvez la vidéo de présentation des nouvelles Ceres :

Tailles de trémies variables

En haut de la gamme, il y a la planteuse Ceres 440. Cette dernière est équipée du système AVR Connect. Toutefois, celle-ci a en plus une interface Isobus, et le panneau de commande du GPS ou du tracteur peut être utilisé pour utiliser la planteuse. De plus, l’entraînement est hydraulique et individualisé à chaque rang. La trémie large permet un déchargement sans à-coups.

« La plantation variable ou la fertilisation à l’aide des cartes GPS permet à la planteuse de charger automatiquement les doses souhaitées, explique Pieter Galle. Si la machine bénéficie d’un entraînement hydraulique, chaque rang est équipé d’un moteur séparé. Cela permet d’avoir un système d’arrêt de rang fiable, rapide et qui nécessite peu d’entretien. Les disques recouvreurs ont un diamètre de 51 cm et les roues de jauge sont réglables à l’aide d’une manivelle. » Quant aux trémies, les tailles sont variables, allant de 1,5 à 1,9 tonne.

Lucie Debuire

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Découverte d’un nouveau foyer d’influenza aviaire ce week-end
Ce week-end, un nouveau foyer d’influenza aviaire a été découvert sur la commune de Winnezeele. Le 26 novembre, un [...]
Lire la suite ...

David Saelens, nouveau président de la section Nutrition Animale de La Coopération Agricole
A l’issue d’un conseil de section, les membres de La Coopération Agricole Nutrition Animale ont élu, le 1er décem [...]
Lire la suite ...

L’assurance récolte officiellement lancée
Le Gouvernement a présenté le 1er décembre, le projet de loi sur l’assurance récolte en Conseil des ministres. Av [...]
Lire la suite ...

La Flandre mise sur la pomme de terre
Lors de son assemblée générale annuelle, la coopérative La Flandre a présenté ses résultats, adossés au groupe N [...]
Lire la suite ...

Annulation de la fête de la dinde à Licques
La Covid-19 aura eu raison de la fête de la dinde pour la deuxième année consécutive. En effet, l’événement, [...]
Lire la suite ...

« L’Union européenne veut devenir une puissance normative »
Lors de la session de la chambre d'agriculture du Nord-Pas de Calais organisée le 29 novembre, Thierry Pouch, économi [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires