Votre météo par ville

Pommes de terre : la filière en quête de débouchés

22-04-2020

Actualité

Culture

En lien avec la crise sanitaire en cours, la filière pommes de terre se retrouve confrontée à un surplus de production. Elle s’organise pour trouver des solutions.

En lien avec la crise sanitaire en cours, la filière pommes de terre se retrouve confrontée à un surplus de production. Elle s'organise pour trouver des solutions.
Sans la restauration collective, c’est environ 500 000 tonnes de pommes de terre qui se retrouvent sans débouchés. © DR

Les industriels de la transformation sont contraints depuis maintenant plusieurs semaines de mettre leurs usines quasiment à l’arrêt, en raison de la fermeture du débouché de la restauration hors foyer (RHF).

Conséquence : les stocks s’accumulent chez les producteurs. Pour connaître le niveau réel de ces stocks, l’Union nationale des producteurs de pommes de terre (UNPT) invite d’ailleurs les producteurs à participer à une enquête en ligne.

Au-delà des reports qui vont se faire sur la prochaine campagne, les responsables de la filière recherchent des alternatives pour valoriser les pommes de terre en surplus : féculerie, alimentation animale, méthanisation, stockage de produits finis, destructions de lots… 

« L’alimentation animale est la piste privilégiée », précise Alain Dequeker, président du Comité technique de la pomme de terre Nord-Pas de Calais, bien que cette solution ne soit pas sans contraintes, notamment en raison de coûts de transport qui peuvent être élevés. 

Alimentation animale

Quand cela est possible, « il faut aussi aller voir individuellement les éleveurs pour leur proposer des volumes », précise Nicolas LoingevilleL’UNPT et la Fédération nationale des producteurs de lait (FNPL) ont d’ailleurs mis en ligne un questionnaire commun pour mettre en relation éleveurs et producteurs de pommes de terre d’une même région.

Lire aussi : La Draaf lance un site dédié à la production de pommes de terre

Côté féculerie, il faudra attendre le redémarrage des usines, au plus tôt le 15 août, pour espérer y écouler des volumes. Pour ce qui est du marché du frais, les volumes de l’industrie ne pourront être reportés vers cette destination qu’à la marge. Reste enfin l’export, pour lequel le marché se maintient sur la très bonne marchandise.

Virginie Charpenet

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Agtech : Samsys, le boîtier de plus en plus connecté
Créée en 2017, l'entreprise Samsys propose des boîtiers connectés permettant un suivi du matériel agricole. Derriè [...]
Lire la suite ...

Virginie Cugnez : créatrice de savons respectueux de l’environnement
Ancienne designer textile pour la haute couture, Virginie Cugnez s'est lancée dans la fabrication, à La Bassée, de sa [...]
Lire la suite ...

Diversification : L’exemple de la famille Duchateau
La diversification des activités est une solution pour sécuriser son exploitation. Dans la famille Duchateau, on l'a b [...]
Lire la suite ...

Carnaval de Dunkerque : les temps forts de l’événement
Le carnaval de Dunkerque est une véritable institution. Chaque année, des milliers de masquelours participent aux band [...]
Lire la suite ...

Économie : Artisanat, industrie et agriculture au service du territoire
La cérémonie des vœux aux forces économiques de la communauté urbaine de Dunkerque a offert une tribune, mardi 24 j [...]
Lire la suite ...

Énergie : Des boulangers-pâtissiers très inquiets sur leur avenir
Alors que des dizaines de boulangers et artisans ont manifesté, ce lundi 23 janvier, dans les rues de Saint-Omer ( [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires