Votre météo par ville

Jean-Paul Dambrine, le patron sensas’

04-10-2023

Actualité

C’est tout frais

Il est l’icône de la frite nordiste. À 75 ans, Jean-Paul Dambrine, fondateur des friteries Sensas et président du jury du championnat de la frite, raconte son histoire.

Jean-Paul Dambrine dans sa pose favorite : large sourire et casquette Sensas. © M. L.

Jean-Paul Dambrine reçoit dans son restaurant à Liévin, l’Auberge liévinoise, qui sert plus d’une centaine de couverts chaque service. Sur les murs des couloirs, des clichés de lui, posant avec une ribambelle de personnages médiatiques : Jean-Luc Reichmann, Dany Boon, Stéphane Plaza, Élie Semoun… Le Nordiste a trouvé sa pose fétiche, immuable au fil des photos : un pouce levé, un sourire large et une casquette Sensas, du nom de ses friteries, vissée sur la tête. “Ça a été très dur pour moi d’apprendre à sourire devant l’appareil”, confie le restaurateur. Mais il n’a pas eu le choix : il ne peut pas faire un pas, à Lens, sans être pris en photo. “Il faut voir comme les gens l’interpellent tout le temps !” insiste sa belle-sœur, Séverine, de passage à l’Auberge liévinoise.

Un fils de mineur

Jean-Paul Dambrine nourrit les supporters lensois (de frites, bien sûr) depuis 1976. Chaque soir de match, les fans du RC Lens entonnent un chant en son honneur. Il en est fier, oui, mais préfère rester modeste. “Toute mon histoire, ça a été une bonne partie de coïncidences et de chances”, entame-t-il. Bon conteur, les souvenirs frais comme si c’était hier, Jean-Paul Dambrine, 75 ans depuis peu, raconte. Il naît un 9 septembre à Neuville-Saint-Vaast, dans le Pas-de-Calais. Fils de mineurs parmi des tcho’ d’agriculteurs. “Eux recevaient des vélos, des mobylettes ou des voitures à leurs anniversaires”, se rappelle le septuagénaire. À lui, son père dit : “Tu veux un vélo ? R’monte tes manches.”

Jean-Paul Dambrine est friteur professionnel depuis 1969.

Il travaille dans les fermes du coin, en parallèle de l’école, dont il sort à 14 ans, certificat d’études en poche. “Mais je n’étais pas souvent dans les classes, nuance Jean-Paul Dambrine. Je m’occupais du chauffage, je faisais le jardin du directeur…” En lui serrant la main, on l’a sentie, la poigne des gens manuels, la corne sur les doigts. Après l’école, son père l’envoie à Saint-Laurent-Blangy (62), près d’Arras, faire de la mécanique de précision dans un garage. Il passe son CAP et se marie à 19 ans tout pile.

“Quel plat de nouilles le cuistot !”

Un dimanche, alors qu’il est en quartier libre durant son service militaire, Jean-Paul Dambrine se rend à la ducasse d’Arras. Pris d’une soudaine envie de frites, il s’arrête devant une baraque et commande un cornet. Il attend. Dix minutes. Quinze minutes. Une demi-heure. “Quel plat de nouilles c’était, le cuistot à l’intérieur”, s’écrit-il, l’émotion encore intacte aujourd’hui. Il assure à son épouse qu’il ferait mieux lui-même. “T’as qu’à le faire alors”, répond-elle du tac au tac. Et c’est aussi simplement, la faim mêlée à l’ego, que Jean-Paul Dambrine est devenu Jean-Paul Dambrine, l’icône de la frite nordiste.

En parallèle de ses heures au garage, il achète une remorque à 3 600 francs, qu’il retape assez facilement. Il sert ses premières frites le 30 avril 1969, au bal du muguet d’Ablain-Saint-Nazaire (62). “À l’époque, parmi le peu de marchands de frites qu’il y avait, beaucoup servaient avec des pulls jusqu’aux genoux et des mégots à la bouche”, décrit Jean-Paul Dambrine. Lui, son épouse, leurs blouses blanches et leurs looks de professionnels détonnent : “On a ramassé tout le marché.”

Fort de son succès, il possédera jusqu’à onze camions en 1976. Puis il acquiert son premier magasin en dur à Lens, en 1981, qu’il revendra 26 ans plus tard, en 2007. Son beau-père, sa belle-mère, son frère, son épouse, son beau-fils et même sa petite-fille : toute la famille passe derrière les friteuses. Il possède aujourd’hui cinq sociétés, embauche 50 salariés et 80 vacataires, et sort plus de 100 tonnes de frites annuelles.

L’âme d’un bosseur

Le groupe Sensas, c’est une affaire qui tourne, admet Jean-Paul Dambrine, “mais je ne suis pas riche comme certains le disent, nuance-t-il. On m’appelle le milliardaire de la frite, c’est faux, les gens n’ont pas conscience de ce que c’est, un milliard !” Lui a l’âme d’un bosseur : il n’a jamais délégué, n’a jamais pris de vacances, il n’a même jamais vu un match à Bollaert, trop occupé à y servir des frites tous les soirs. Il y a peu, le président du RC Lens l’a invité en corbeille un dimanche soir, peut-être qu’il ira, quand même. La restauration événementielle nécessite d’être au boulot jour et nuit. Il y a le travail préparatoire, le service puis le nettoyage. “Et encore, avant j’écumais les fermes, j’y ramassais des patates, je rentrais à la maison, j’épluchais à la main, je découpais à la main”, explique le patron, qui désormais se fournit auprès de l’entreprise de frites fraîches épluchées et découpées Pom’Lorette (SARL Savary). 

Du haut de ses 75 ans, il continue de s’agiter en cuisine. Sa chance, assume-t-il, c’est d’avoir la santé : “Je ne bois pas, je ne fume pas. Bon, je mange bien par contre, dit-il en se touchant le ventre. J’adore faire des frites. Je suis en contact avec les jeunes, je rigole, je blague. C’est un métier passionnant : vous travaillez quand les gens sont de sortie, quand ils rient.” Le bonhomme a une bonne humeur communicative. “Y’en a plus, des patrons comme lui”, assure sa belle-sœur, qui le rejoint derrière la friteuse de temps en temps, “pour se détendre”.

Président du championnat mondial de la frite

Consécration pour le patron des établissements Sensas : il présidera le jury du premier championnat mondial de la frite, ce samedi 7 octobre à Arras. Il promet d’être un juge sévère, mais juste et passionné surtout – “Je vous parle là, mais j’entends mes frites qui précuisent et qui m’appellent”, lance-t-il au milieu de l’interview. D’après ses critères, une bonne frite est une frite tendre à l’intérieur et dorée à l’extérieur. “Il ne faut pas vouloir aller plus vite que la musique et bien prendre le temps de précuire”, enjoint-il, ajoutant qu’on fait des frites “avec des pommes de terre grosses comme des œufs d’autruche, pas comme des œufs de pigeon”. À Arras, il exposera aussi la friterie “Momo”, qu’il a conçue spécialement pour le film “Bienvenue chez les Ch’tis”, un succès, là aussi, pur produit du Nord.

Marion Lecas

Lisez aussi notre article sur la candidature du lycée Savary d’Arras, en lice pour les meilleures frites du monde.

Retrouvez l’intégralité du programme du championnat international de la frite ici.

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Noël autrement (4/4). De garde avec les soignants
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Noël autrement (3/4). Une fête aux accents d’ailleurs
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Émilie roibet, itinéraire d’une reconversion bien pensée
Architecte paysagiste de formation, Émilie Roibet a quitté ses bureaux lillois pour créer sa ferme florale "À l'ombr [...]
Lire la suite ...

Une Cuma qui a le sens de l’accueil
Localisée à Bois-Bernard, la Cuma " L'accueillante " est confrontée aux départs en retraite de ses membres, souvent [...]
Lire la suite ...

DOSSIER ÉNERGIE. À la centrale de Lens, le bois devient énergies
Unique dans la région, par son genre et sa taille, la centrale de cogénération de Lens produit à la fois de l'élect [...]
Lire la suite ...

Inondations : après la pluie, se reconstruire
Une semaine après les premières crues, le Pas-de-Calais tente d'émerger peu à peu, malgré la menace de nouvelles in [...]
Lire la suite ...

Inondations : 50 millions d’euros pour les collectivités sinistrées
Le chef de l'État en déplacement à Saint-Omer et à Blendecques, le mardi 14 novembre, a annoncé un plan d'aide pou [...]
Lire la suite ...

À la ferme du Major, “on crée de l’énergie”
La ferme d'insertion du Major, à Raismes, emploie 40 hommes et femmes éloignés de l'emploi pour leur permettre, en ac [...]
Lire la suite ...

Jean-Marie Vanlerenberghe : « L’attentat à Arras a souligné les failles du dispositif »
Ancien maire d'Arras et doyen du Sénat, Jean-Marie Vanlerenberghe réclame « une réponse ferme » mais dans le resp [...]
Lire la suite ...

Changer de goût et agir pour le futur
Plus saine, plus durable, plus accessible, l'alimentation de demain doit répondre à d'innombrables défis. À l'occasi [...]
Lire la suite ...

Retour sur la première édition du championnat international de la frite
Le premier championnat international de la frite s'est déroulé à Arras le samedi 7 octobre 2023. Soleil et ambiance [...]
Lire la suite ...

Jean-Paul Dambrine, le patron sensas’
Il est l'icône de la frite nordiste. À 75 ans, Jean-Paul Dambrine, fondateur des friteries Sensas et président du jur [...]
Lire la suite ...

Quatre lycéennes d’Anchin à la conquête de l’Andalousie
Iris, Angèle, Louise et Eulalie, lycéennes à l'Institut d'Anchin, ont passé trois semaines caniculaires près de Sé [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Nord, plusieurs nuances de rose, plusieurs nuances de bleu : l’éparpillement façon puzzle
Avec 11 sièges à pourvoir, c’est le département à renouveler le plus grand nombre de sièges derrière Paris : le [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Pas-de-Calais, la droite (presque) unie, la gauche en ordre dispersé et l’éventualité du Rassemblement National :
Pour les prochaines élections sénatoriales, les gauches ne font pas bloc dans le Pas-de-Calais. La droite, elle, table [...]
Lire la suite ...

Bonne fête à toutes les mares !
Du 1e au 9 juin, dans le cadre de la fête des mares, plusieurs évènements sont organisés dans le Nord et le Pas-de-C [...]
Lire la suite ...

Recyclage : Bons élèves les agriculteurs ?
Films plastiques, ficelles, bidons vides, big-bags, produits hors d'usage, ferrailles, huiles usagées, déchets de soin [...]
Lire la suite ...

La nature colorée du Jardin des Lianes
Du 31 mai au 2 juin, les Rendez-vous aux jardins proposent à tous de visiter les jardins et parcs du Nord et Pas-de-C [...]
Lire la suite ...

Lait prairies du Boulonnais : Les secrets d’un fromage blanc médaillé
Créée en 2014, la coopérative Lait prairies du Boulonnais ne cesse d'étendre sa gamme de desserts laitiers. Du yaour [...]
Lire la suite ...

Adivalor : Objectif 100 % de déchets collectés et recyclés d’ici 2030
Adivalor est l'acteur incontournable en matière de collecte et valorisation des déchets agricoles. L'éco-organisme s' [...]
Lire la suite ...

Numéro 365 : 17 mai 2024

Au cœur des terres

#terresetterritoires