Votre météo par ville

Noël autrement (4/4). De garde avec les soignants

21-12-2023

Actualité

C’est tout frais

À l’approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différente à l’instar des urgentistes du centre hospitalier de Béthune-Beuvry qui, comme chaque année, passeront jour et nuit au travail.

Chaque année, des cadeaux sont distribués aux enfants contraints de passer Noël aux urgences du centre hospitalier de Béthune-Beuvry. © COMU 59 62

Fêtes de fin d’année ou pas, il y a des secteurs dont l’activité doit être maintenue. C’est le cas des services d’urgence des hôpitaux, qui restent ouverts de jour comme de nuit. Les 24 et 25 décembre, tout comme, d’ailleurs, les 31 décembre et 1er janvier, sont des jours « toujours particuliers », confirme Alain-Eric Dubart, chef du service des urgences au centre hospitalier de Béthune-Beuvry, dans le Pas-de-Calais.

« Ce sont des fêtes très familiales, on sait que nos proches réveillonnent ensemble et nous, on se retrouve au travail », détaille le médecin. Chaque année, quatre médecins urgentistes – sur 17 au total – sont de garde la journée, trois la nuit. Une garde dure 24 h, les soignants en font six par mois. Celles qui ont lieu à Noël ou au Nouvel an ne sont pas mieux rémunérées que les gardes ordinaires.

Mais elles ont un petit quelque chose en plus : « Spontanément, pour compenser, une ambiance familiale se crée entre les agents », explique Alain-Eric Dubart. L’hôpital prévoit, pour les patients comme pour les soignants, un repas spécial. L’équipe médicale reçoit aussi la visite des ambulanciers, d’un agent de la préfecture et d’un autre de la mairie qui leur offre un panier garni de produits du terroir. « Chacun essaie de ramener un amélioré, c’est-à-dire un gâteau, une pâtisserie, que l’on essaie de déguster ensemble dans la nuit, aux alentours de 2 heures du matin », explique encore le médecin.

Être attentif aux autres

Si, certaines années, les agents trouvent le temps de célébrer, d’autres années l’activité est trop intense. L’hiver, de fait, est une période très chargée en milieu hospitalier, les virus sont nombreux : bronchiolite, gastro, grippe, covid… Le 24 au soir, le schéma est presque toujours le même : les urgences sont calmes de 16 à 17 h, jusqu’à 22 h environ. Puis, le nombre d’entrées explose. « À Noël il y a aussi, c’est cliché mais c’est vrai, les gens qui s’alcoolisent trop, ceux qui se blessent en ouvrant des huîtres… Mais aussi ceux qui souffrent d’une pathologie et qui font un peu trop d’excès et décompensent aussitôt », rapporte Alain-Eric Dubart.

Plutôt que de répéter une énième fois les consignes de prévention classiques – boire avec modération, porter des gants pour ouvrir des huîtres – le médecin insiste : soyez attentif aux autres. « On oublie les personnes isolées qui se retrouvent seules alors que tout le monde festoie autour. La tristesse et la détresse psychologique peuvent atteindre des pics ces soirs-là », rappelle-t-il.

Les gardes qui l’ont le plus marqué sont celles durant lesquelles il a dû affronter des décès. « On compte 200 morts par an aux urgences, c’est énorme, donc on se doit de mettre l’affect de côté. Mais quand cela arrive le soir de Noël, ça touche forcément… », témoigne Alain-Eric Dubart.

Un père Noël en hélicoptère

Heureusement, il y a aussi de belles histoires, et un peu de légèreté, dans le service, grâce aux initiatives des soignants. Ainsi l’hôpital organise depuis dix ans une distribution de cadeaux pour chaque enfant contraint de passer par les urgences le 24 ou le 25 décembre. Les jouets sont neufs, à la norme CE, milieu hospitalier oblige. À l’origine de cette opération, mise en œuvre dans tous les services d’urgence du Nord et du Pas-de-Calais, le collège de médecine d’urgence 59-62, d’ailleurs présidé par Alain-Eric Dubart. « Il y a deux ans, à l’hôpital Jeanne de Flandre, on a eu un Père Noël qui est venu livrer ses cadeaux dans l’hélicoptère du Samu », décrit le médecin, photos à l’appui.

Pour la première année depuis 25 ans de service, Alain-Eric Dubart ne sera pas de garde à Noël. Il profitera de sa famille mais gardera, « sans aucun doute », une pensée pour ses collègues du centre hospitalier.

Marion Lecas


Retrouvez aussi l’épisode 1 de notre série Noël autrement : Un moment de solidarité

L’épisode 2 de notre série Noël autrement : Des fêtes (presque) zéro déchet

L’épisode 3 de notre série Noël autrement : Une fête aux accents d’ailleurs

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Noël autrement (4/4). De garde avec les soignants
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Noël autrement (3/4). Une fête aux accents d’ailleurs
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Émilie roibet, itinéraire d’une reconversion bien pensée
Architecte paysagiste de formation, Émilie Roibet a quitté ses bureaux lillois pour créer sa ferme florale "À l'ombr [...]
Lire la suite ...

Une Cuma qui a le sens de l’accueil
Localisée à Bois-Bernard, la Cuma " L'accueillante " est confrontée aux départs en retraite de ses membres, souvent [...]
Lire la suite ...

DOSSIER ÉNERGIE. À la centrale de Lens, le bois devient énergies
Unique dans la région, par son genre et sa taille, la centrale de cogénération de Lens produit à la fois de l'élect [...]
Lire la suite ...

Inondations : après la pluie, se reconstruire
Une semaine après les premières crues, le Pas-de-Calais tente d'émerger peu à peu, malgré la menace de nouvelles in [...]
Lire la suite ...

Inondations : 50 millions d’euros pour les collectivités sinistrées
Le chef de l'État en déplacement à Saint-Omer et à Blendecques, le mardi 14 novembre, a annoncé un plan d'aide pou [...]
Lire la suite ...

À la ferme du Major, “on crée de l’énergie”
La ferme d'insertion du Major, à Raismes, emploie 40 hommes et femmes éloignés de l'emploi pour leur permettre, en ac [...]
Lire la suite ...

Jean-Marie Vanlerenberghe : « L’attentat à Arras a souligné les failles du dispositif »
Ancien maire d'Arras et doyen du Sénat, Jean-Marie Vanlerenberghe réclame « une réponse ferme » mais dans le resp [...]
Lire la suite ...

Changer de goût et agir pour le futur
Plus saine, plus durable, plus accessible, l'alimentation de demain doit répondre à d'innombrables défis. À l'occasi [...]
Lire la suite ...

Retour sur la première édition du championnat international de la frite
Le premier championnat international de la frite s'est déroulé à Arras le samedi 7 octobre 2023. Soleil et ambiance [...]
Lire la suite ...

Jean-Paul Dambrine, le patron sensas’
Il est l'icône de la frite nordiste. À 75 ans, Jean-Paul Dambrine, fondateur des friteries Sensas et président du jur [...]
Lire la suite ...

Quatre lycéennes d’Anchin à la conquête de l’Andalousie
Iris, Angèle, Louise et Eulalie, lycéennes à l'Institut d'Anchin, ont passé trois semaines caniculaires près de Sé [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Nord, plusieurs nuances de rose, plusieurs nuances de bleu : l’éparpillement façon puzzle
Avec 11 sièges à pourvoir, c’est le département à renouveler le plus grand nombre de sièges derrière Paris : le [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Pas-de-Calais, la droite (presque) unie, la gauche en ordre dispersé et l’éventualité du Rassemblement National :
Pour les prochaines élections sénatoriales, les gauches ne font pas bloc dans le Pas-de-Calais. La droite, elle, table [...]
Lire la suite ...

Bonne fête à toutes les mares !
Du 1e au 9 juin, dans le cadre de la fête des mares, plusieurs évènements sont organisés dans le Nord et le Pas-de-C [...]
Lire la suite ...

Recyclage : Bons élèves les agriculteurs ?
Films plastiques, ficelles, bidons vides, big-bags, produits hors d'usage, ferrailles, huiles usagées, déchets de soin [...]
Lire la suite ...

La nature colorée du Jardin des Lianes
Du 31 mai au 2 juin, les Rendez-vous aux jardins proposent à tous de visiter les jardins et parcs du Nord et Pas-de-C [...]
Lire la suite ...

Lait prairies du Boulonnais : Les secrets d’un fromage blanc médaillé
Créée en 2014, la coopérative Lait prairies du Boulonnais ne cesse d'étendre sa gamme de desserts laitiers. Du yaour [...]
Lire la suite ...

Adivalor : Objectif 100 % de déchets collectés et recyclés d’ici 2030
Adivalor est l'acteur incontournable en matière de collecte et valorisation des déchets agricoles. L'éco-organisme s' [...]
Lire la suite ...

Numéro 365 : 17 mai 2024

Au cœur des terres

#terresetterritoires