Votre météo par ville

Émilie roibet, itinéraire d’une reconversion bien pensée

30-11-2023

Actualité

#Tracetonsillon

Architecte paysagiste de formation, Émilie Roibet a quitté ses bureaux lillois pour créer sa ferme florale “À l’ombre des fougères”, à Camphin-en-Pévèle. Après une période de test concluante, elle est désormais en quête d’un terrain définitif, avec des critères très précis.

Les reconversions en agriculture, d’autant plus lorsqu’elles concernent des actifs non issus du milieu, sont parfois perçues comme étant des ” lubies passagères “, qui vacilleront, voire céderont à la réalité des champs. “ Au tout, tout début, avant que je ne me sois lancée et que je prouve mon assiduité, certains ont pu ne pas y croire “, confirme Émilie Roibet.

Il faut alors, pour les nouveaux venus comme elle, redoubler d’efforts afin d’être crédible. La jeune trentenaire est l’heureuse propriétaire de la ferme florale ” À l’ombre des fougères “, située à Camphin-en-Pévèle (59). Elle y fait, depuis deux ans, une promesse engagée : des fleurs de qualité, locales, de saison, cultivées sans pesticides au rythme de la nature. Durant sa première année de vente, en 2023, ses quelque 30 000 à 40 000 tiges se sont écoulées pour la moitié sur les marchés environnants et pour l’autre, chez des fleuristes du coin. Des résultats ” concluants “, sourit la jeune femme. ” Ceux qui me connaissent vraiment savent que je ne fais jamais les choses à moitié “, dit-elle, fière d’avoir “fait ses preuves”.

Renouer avec la terre

Après le baccalauréat, parce qu’elle a ” toujours aimé le végétal “, Émilie Roibet se lance dans un BTS en aménagement paysager à Lyon, dont elle est originaire. Elle intègre ensuite l’école d’architecte paysagiste de Villeneuve-d’Ascq et découvre le Nord qu’elle ne quittera plus. Ou alors très peu.

En sortie d’école, elle rejoint un bureau d’études, à Lille, et déchante rapidement : ” En ce qui concerne la palette végétalisée des projets dans l’espace public, en général s’il y a quatre arbres à mettre, ça inclut trois arbustes, et ce sont toujours les mêmes qui reviennent… “, regrette-t-elle. Elle démissionne au bout de deux ans. C’est au cœur de l’entreprise horticole familiale Les Serres du Carembault, installée à Camphin-en-Pévèle, qu’elle renoue avec la terre. ” La semaine, on fait de la production et le samedi, on vend la même production. On sait parler de ce qu’on vend”, dit-elle saluant le “concret” du travail.

Le woofing comme apprentissage

Émilie Roibet y travaille comme saisonnière puis salariée, le temps d’acquérir les bases de l’horticulture, puis part sillonner la France en woofing (ou wwoofing, le fait d’être nourri et logé en échange de petites tâches sur une exploitation, ndlr), à la découverte de la production de fleurs coupées. De ferme en ferme, elle est témoin des réussites des uns et des échecs des autres. “C’est une expérience extrêmement instructive”, commente la jeune femme.

C’est finalement son histoire d’amour et une belle opportunité qui la rappellent dans le Nord : ses anciens patrons, qu’elle apprécie beaucoup, cèdent Les Serres du Carembault et lui proposent ” le petit bout de terrain “ du fond, en prêt d’usage. Pas de quoi hésiter longtemps : Émilie Roibet y monte sa ferme florale en avril 2022. Et parce que, ses années d’apprentissage l’auront prouvé, la Lyonnaise prend le temps de la prudence, elle débute en “test”, au sein de la couveuse d’entreprises À petits pas.

En quête du terrain idéal

Les pieds dans la boue et le sourire jusqu’aux oreilles, elle présente le terrain qu’elle occupe depuis un an et demi : 4 000 m2, dont 1 500 cultivés, une serre de 300 m2 et une plus petite de 80 m2 environ, pour les semis. ” Le contrat avec À petits pas prévoit que j’y reste trois ans. Le temps de voir ce que donnent les chiffres et la réalité travail”, explique la trentenaire.

C’est durant cet automne, qu’elle a réalisé, par exemple, l’étendue du nettoyage auquel elle avait échappé à ses débuts, puisqu’elle s’était lancée ” sur du neuf “, avec, entre autres, l’arrachage des fleurs annuelles mortes. Déterrer les énormes bulbes de dahlia notamment, autour desquels s’agglomère une terre lourde et argileuse, lui est assez pénible.

Quant aux chiffres, il lui fallait attendre cette première année de vente, pour déterminer si oui ou non elle rentrait dans ses frais. ” Et c’est le cas. Le piège, en revanche, c’est qu’ici je ne paie ni la location du terrain, ni l’assurance du hangar, ni l’eau… “, nuance-t-elle. Mais elle sait, grâce à son année de woofing, à combien chiffrent ces coûts et reste très confiante.

Un choix conforté

” Cette année m’a confortée dans mon choix. Maintenant que l’hiver approche, il me faut trouver un terrain définitif “, explique la jeune femme. C’était d’ailleurs la raison de sa présence au Farm’dating, le 17 novembre dernier, à la rencontre de cédants. Si l’expérience s’est révélée ” hyper intéressante “, elle n’a pas été concluante pour autant, malgré de très belles propositions.

Il faut dire que la Lyonnaise ” fait la fine bouche “ en ce début de recherches, avec un éventail de critères fort précis : le terrain doit se situer à une distance de 30 à 40 minutes de route autour de Lille, car elle s’y rend tous les samedis pour le marché, idéalement au sud, à côté de Camphin-en-Carembault où elle se sent si bien et où le pouvoir d’achat est suffisamment élevé. Car ” les fleurs, dit-elle, ça a un certain prix “. “Il me faut au moins l’eau et l’électricité. Et soit un bâtiment déjà existant, soit la possibilité de construire”, abonde la trentenaire. Appel aux cédants du coin qui liront ces lignes, ou aux maraîchers qui auraient un bout de terrain inutilisé : ” On pourra même mutualiser le tracteur ! “, rit la floricultrice.

Marion Lecas

Lire aussi notre article : Floa Poa, des fleurs séchées naturelles et du Nord

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Tags
Noël autrement (4/4). De garde avec les soignants
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Noël autrement (3/4). Une fête aux accents d’ailleurs
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Émilie roibet, itinéraire d’une reconversion bien pensée
Architecte paysagiste de formation, Émilie Roibet a quitté ses bureaux lillois pour créer sa ferme florale "À l'ombr [...]
Lire la suite ...

Une Cuma qui a le sens de l’accueil
Localisée à Bois-Bernard, la Cuma " L'accueillante " est confrontée aux départs en retraite de ses membres, souvent [...]
Lire la suite ...

DOSSIER ÉNERGIE. À la centrale de Lens, le bois devient énergies
Unique dans la région, par son genre et sa taille, la centrale de cogénération de Lens produit à la fois de l'élect [...]
Lire la suite ...

Inondations : après la pluie, se reconstruire
Une semaine après les premières crues, le Pas-de-Calais tente d'émerger peu à peu, malgré la menace de nouvelles in [...]
Lire la suite ...

Inondations : 50 millions d’euros pour les collectivités sinistrées
Le chef de l'État en déplacement à Saint-Omer et à Blendecques, le mardi 14 novembre, a annoncé un plan d'aide pou [...]
Lire la suite ...

À la ferme du Major, “on crée de l’énergie”
La ferme d'insertion du Major, à Raismes, emploie 40 hommes et femmes éloignés de l'emploi pour leur permettre, en ac [...]
Lire la suite ...

Jean-Marie Vanlerenberghe : « L’attentat à Arras a souligné les failles du dispositif »
Ancien maire d'Arras et doyen du Sénat, Jean-Marie Vanlerenberghe réclame « une réponse ferme » mais dans le resp [...]
Lire la suite ...

Changer de goût et agir pour le futur
Plus saine, plus durable, plus accessible, l'alimentation de demain doit répondre à d'innombrables défis. À l'occasi [...]
Lire la suite ...

Retour sur la première édition du championnat international de la frite
Le premier championnat international de la frite s'est déroulé à Arras le samedi 7 octobre 2023. Soleil et ambiance [...]
Lire la suite ...

Jean-Paul Dambrine, le patron sensas’
Il est l'icône de la frite nordiste. À 75 ans, Jean-Paul Dambrine, fondateur des friteries Sensas et président du jur [...]
Lire la suite ...

Quatre lycéennes d’Anchin à la conquête de l’Andalousie
Iris, Angèle, Louise et Eulalie, lycéennes à l'Institut d'Anchin, ont passé trois semaines caniculaires près de Sé [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Nord, plusieurs nuances de rose, plusieurs nuances de bleu : l’éparpillement façon puzzle
Avec 11 sièges à pourvoir, c’est le département à renouveler le plus grand nombre de sièges derrière Paris : le [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Pas-de-Calais, la droite (presque) unie, la gauche en ordre dispersé et l’éventualité du Rassemblement National :
Pour les prochaines élections sénatoriales, les gauches ne font pas bloc dans le Pas-de-Calais. La droite, elle, table [...]
Lire la suite ...

Numéro 364 : 10 mai 2024

À Coulogne, aquaculture et ouverture
Le lycée agricole de Coulogne accueille près de 500 élèves et apprenants dans l'une de ses formations initiale, cont [...]
Lire la suite ...

L’Atelier Citronnelle ou les fruits et légumes simplement
Dans les locaux de Pom'Cannelle, à Boulogne-sur-Mer, une nouvelle marque a fait son entrée : Atelier Citronnelle. Der [...]
Lire la suite ...

Bien-être animal : investissements gagnants sur tous les plans
Ludovic Bouillet est éleveur à Bousbecque. Depuis son installation en 2006, l'agriculteur a fait, au fil des années, [...]
Lire la suite ...

Européennes 2024 : Les programmes des huit principales listes
22 listes de partis français ont été déposées dans le cadre des élections européennes qui se dérouleront le dima [...]
Lire la suite ...

Christophe Lépine : « Dans la région, nous avons des espaces naturels exceptionnels »
Christophe Lépine, président du Conservatoire d'espaces naturels Hauts-de-France, a deux passions : la nature et la r [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires