Votre météo par ville

Noël autrement (3/4). Une fête aux accents d’ailleurs

14-12-2023

Actualité

C’est tout frais

À l’approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différente. L’association Solidarité Artois Ukraine permet aux réfugiés ukrainiens du Pas-de-Calais de se réunir le temps d’un déjeuner, et d’ainsi retrouver un peu de légèreté.

Avant Noël, le 7 décembre 2022, l’association avait déjà organisé un goûter pour la Saint-Nicolas. “Un franc succès”. © Olivier Tourtois

En Ukraine, Ganna Kozoroz était dentiste. Son époux, Serhiy Kozoroz, exerçait dans l’industrie pharmaceutique. Désormais, ils travaillent l’ail au sein de la ferme Potdevin-Caron, à Cuincy dans le Nord. Ils ont fui Kiev ensemble en mai 2022, pour rejoindre leur fils, Ivan, installé dans le Pas-de-Calais.

Cet emploi, ils l’ont trouvé grâce à l’association Solidarité Artois Ukraine, qui intervient “exclusivement auprès des familles ukrainiennes sur l’Arrageois et le territoire Lens-Hénin-Beaumont”, précise son fondateur, Alain Petit. Il estime être en contact avec 90 familles environ, bien que les chiffres “fluctuent beaucoup”, du fait de l’incessant ballet entre ceux qui arrivent et ceux qui repartent.

Des familles dispersées

Solidarité Artois Ukraine n’accompagne pas directement les familles mais soutient le réseau de professionnels qui le font. L’association a ainsi des interlocutrices Ukraine chez Pôle Emploi Arras et Pôle Emploi Lens, des contacts auprès des différents centres d’hébergements et d’autres structures, à l’instar du Secours catholique. L’association répond à différents besoins exprimés par les familles ukrainiennes, dont le plus prégnant est celui de se réunir. “Les familles sont dispersées partout sur le territoire, certaines, en milieu rural notamment, souffrent d’isolement car elles ne possèdent pas de voiture. Plus que tout, leur souhait est de se retrouver entre Ukrainiens, de parler ukrainien, de parler du pays…”, détaille Alain Petit.

L’association s’apprête donc à organiser un déjeuner de Noël, le samedi 23 décembre. La réception aura lieu dans “la magnifique salle polyvalente”, avec cuisine toute équipée, d’un petit village au sud d’Arras*, de moins de 200 habitants. Jusqu’à 120 couverts peuvent être servis, bien que le fondateur de l’association table pour l’instant sur 60 à 80 convives. Le déjeuner, fourni par un traiteur, sera complètement gratuit, grâce à une subvention de la Fondation de France – “que l’on remercie tous les jours”, insiste Alain Petit. Trois communes du Pas-de-Calais ont également apporté une petite aide pécuniaire, qui permettra à l’association de louer un bus, allant de Lens au village en question, en passant par Arras et le bassin minier.

Un goûter à la Saint-Nicolas

Déjà, le 7 décembre 2022, à l’occasion de la Saint-Nicolas, un goûter avait rencontré “un franc succès” selon Alain Petit. Ganna Kozoroz confirme et témoigne d’un événement “qui a fait beaucoup de bien”: “Les tables étaient dressées, les enfants recevaient de petits cadeaux et de nombreuses friandises, ils chantaient des chansons et récitaient des poèmes. Les Français nous ont traités avec beaucoup de soin. Nous leur sommes très reconnaissants”, décrit celle qui rêve désormais de rester en France et d’y exercer dans le secteur médical.

Pour Noël, de nouveau, une distribution de jouets offerts par un fabricant français devrait avoir lieu. Et côté musical, les jeunes Ukrainiens sont en charge de la playlist.

Un mix entre les deux cultures

Contrairement au Noël chrétien, fêté le 25 décembre, Noël en Ukraine est fêté le 7 janvier selon le calendrier orthodoxe.

Si l’association demeure “attentive” aux dates, elle assume ne pas toujours pouvoir “coller au calendrier ukrainien”: “Pour la société française, cette première semaine de janvier est une période de creux, il y a peu d’activité. On est en permanence entre l’Ukraine et la France, on tient compte des deux, on tente de faire un mix”, explique Alain Petit, qui espère pouvoir fêter Pâques, très suivie en Ukraine. L’important, ajoute le retraité, c’est de laisser la possibilité aux réfugiés de “passer un moment festif, durant lequel ils oublient un peu”. Tous, de fait, ont vécu des épisodes dramatiques, qu’il s’agisse de voir bombarder sa maison, de ne plus avoir de nouvelles de membres de sa famille ou de perdre des proches. “Nous avons une dame qui est veuve de guerre”, soupire Alain Petit.

Ce 23 décembre, les Français prévoient donc de faire table à part, pour “ne pas leur gâcher le plaisir en les obligeant à parler français”, rit le fondateur de l’association. Le moment sera ukrainien, mais il sera surtout celui d’un partage culturel. “En 2021, je ne savais rien de l’Ukraine. J’en apprends tous les jours à leurs côtés”, souligne Alain Petit.

L’insertion par l’emploi

Parmi ses autres missions, l’association Solidarité Artois Ukraine promeut l’insertion par l’emploi en organisant notamment des Job dating Ukraine. Le dernier en date a eu lieu à Arras, le 5 décembre, et a réuni 77 Ukrainiens et 15 entreprises régionales. Afin d’étoffer son réseau, l’association lance un appel “aux structures qui font la même chose ailleurs”. Plus ils seront nombreux, plus les associatifs pourront donner de la voix aux histoires qui le méritent.

À l’instar de celle des joliment nommés Valentyn et Valentyna, respectivement âgés de 74 et 71 ans, qui recherchent une solution de logement durable dans l’Arrageois**. Une propriété à garder, à sécuriser, contre petits travaux que Valentyn, menuisier de métier, pourrait réaliser. Le couple, de fait, n’est pas dans la possibilité de payer : ils disposent d’une allocation pour les demandeurs d’asile (ADA) de 17,20 euros par jour, quand Valentyn touche une retraite de 70 euros par mois. “On aimerait tellement qu’ils trouvent quelque chose. On sait que c’est mission quasi impossible mais…”, dit Alain Petit, laissant sa phrase en suspension, comme pour signifier que les miracles de Noël, ça n’arrive pas que dans les films.

Marion Lecas

* Pour toute information, contacter Alain Petit : 07 49 36 99 73.
** Pour toute information, contacter Alla Zalizny (leur fille) : 06 59 29 07 00

Retrouvez l’épisode 1 de notre série Noël autrement : Un moment de solidarité

Retrouvez l’épisode 2 de notre série Noël autrement : Des fêtes (presque) zéro déchet

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Noël autrement (4/4). De garde avec les soignants
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Noël autrement (3/4). Une fête aux accents d’ailleurs
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Émilie roibet, itinéraire d’une reconversion bien pensée
Architecte paysagiste de formation, Émilie Roibet a quitté ses bureaux lillois pour créer sa ferme florale "À l'ombr [...]
Lire la suite ...

Une Cuma qui a le sens de l’accueil
Localisée à Bois-Bernard, la Cuma " L'accueillante " est confrontée aux départs en retraite de ses membres, souvent [...]
Lire la suite ...

DOSSIER ÉNERGIE. À la centrale de Lens, le bois devient énergies
Unique dans la région, par son genre et sa taille, la centrale de cogénération de Lens produit à la fois de l'élect [...]
Lire la suite ...

Inondations : après la pluie, se reconstruire
Une semaine après les premières crues, le Pas-de-Calais tente d'émerger peu à peu, malgré la menace de nouvelles in [...]
Lire la suite ...

Inondations : 50 millions d’euros pour les collectivités sinistrées
Le chef de l'État en déplacement à Saint-Omer et à Blendecques, le mardi 14 novembre, a annoncé un plan d'aide pou [...]
Lire la suite ...

À la ferme du Major, “on crée de l’énergie”
La ferme d'insertion du Major, à Raismes, emploie 40 hommes et femmes éloignés de l'emploi pour leur permettre, en ac [...]
Lire la suite ...

Jean-Marie Vanlerenberghe : « L’attentat à Arras a souligné les failles du dispositif »
Ancien maire d'Arras et doyen du Sénat, Jean-Marie Vanlerenberghe réclame « une réponse ferme » mais dans le resp [...]
Lire la suite ...

Changer de goût et agir pour le futur
Plus saine, plus durable, plus accessible, l'alimentation de demain doit répondre à d'innombrables défis. À l'occasi [...]
Lire la suite ...

Retour sur la première édition du championnat international de la frite
Le premier championnat international de la frite s'est déroulé à Arras le samedi 7 octobre 2023. Soleil et ambiance [...]
Lire la suite ...

Jean-Paul Dambrine, le patron sensas’
Il est l'icône de la frite nordiste. À 75 ans, Jean-Paul Dambrine, fondateur des friteries Sensas et président du jur [...]
Lire la suite ...

Quatre lycéennes d’Anchin à la conquête de l’Andalousie
Iris, Angèle, Louise et Eulalie, lycéennes à l'Institut d'Anchin, ont passé trois semaines caniculaires près de Sé [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Nord, plusieurs nuances de rose, plusieurs nuances de bleu : l’éparpillement façon puzzle
Avec 11 sièges à pourvoir, c’est le département à renouveler le plus grand nombre de sièges derrière Paris : le [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Pas-de-Calais, la droite (presque) unie, la gauche en ordre dispersé et l’éventualité du Rassemblement National :
Pour les prochaines élections sénatoriales, les gauches ne font pas bloc dans le Pas-de-Calais. La droite, elle, table [...]
Lire la suite ...

Bonne fête à toutes les mares !
Du 1e au 9 juin, dans le cadre de la fête des mares, plusieurs évènements sont organisés dans le Nord et le Pas-de-C [...]
Lire la suite ...

Recyclage : Bons élèves les agriculteurs ?
Films plastiques, ficelles, bidons vides, big-bags, produits hors d'usage, ferrailles, huiles usagées, déchets de soin [...]
Lire la suite ...

La nature colorée du Jardin des Lianes
Du 31 mai au 2 juin, les Rendez-vous aux jardins proposent à tous de visiter les jardins et parcs du Nord et Pas-de-C [...]
Lire la suite ...

Lait prairies du Boulonnais : Les secrets d’un fromage blanc médaillé
Créée en 2014, la coopérative Lait prairies du Boulonnais ne cesse d'étendre sa gamme de desserts laitiers. Du yaour [...]
Lire la suite ...

Adivalor : Objectif 100 % de déchets collectés et recyclés d’ici 2030
Adivalor est l'acteur incontournable en matière de collecte et valorisation des déchets agricoles. L'éco-organisme s' [...]
Lire la suite ...

Numéro 365 : 17 mai 2024

Au cœur des terres

#terresetterritoires