Votre météo par ville

Noël autrement (1/4) : Un moment de solidarité

30-11-2023

Actualité

Articles

À l’approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différente, à l’image de Raphaël Bucciantini. Ce restaurateur invite chaque année une quarantaine de personnes démunies dans son établissement pour passer un réveillon magique.

Raphaël Bucciantini, gérant du restaurant Mama Maria à Croix, organise, tous les ans, un Noël solidaire. Pour que chaque enfant ait aussi un cadeau à ouvrir lors de cette soirée, il organise une collecte de jouets. © H. G.

« Noël, ce n’est pas seulement se gaver de foie gras et manger de la dinde », sourit Raphaël Bucciantini. Pour ce restaurateur à la tête du restaurant Mama Maria, situé rue de la Gare, à Croix (59), Noël rime avant tout avec partage, solidarité et générosité.

Alors, chaque année depuis l’ouverture de son établissement en 2018, le Croisien et sa compagne, Amélie, accueillent des familles dans le besoin le soir du réveillon. « Pour moi, c’est ça l’esprit de Noël, c’est comme cela que j’ai été élevé. Quand j’étais plus jeune, il y avait toujours quelqu’un que je ne connaissais pas à la table de mes parents. C’était impensable pour eux de laisser une personne seule pour cette fête, alors ils l’invitaient. »

En lien avec les Restos du cœur

Pour organiser cette soirée, Raphaël Bucciantini se met en relation avec des associations afin de pouvoir offrir ce moment à des personnes dans le besoin. Cette année, il s’est tourné vers l’antenne des Restos du cœur de Wattrelos : « Nous avions déjà collaboré avec eux la première année, et ça c’était super bien passé. Puis avec les difficultés qu’ils connaissent, c’était normal pour moi de leur filer un coup de main. » Le soir du 24 décembre prochain, le couple aidé de quelques membres de leur famille, devrait donc accueillir une quarantaine de personnes, dont la moitié d’enfants, au sein de son restaurant.

Raphaël Bucciantini et sa compagne offrent le repas : « Généralement, on propose une pizza pour les enfants, c’est ce qu’ils aiment. Pour les adultes, on cuisine quelque chose de plus festif, mais sans chichi », détaille le restaurateur qui est encore en pleine réflexion sur ce qu’il proposera à ses convives pour le soir du réveillon de Noël. Pour le dessert, ils demandent à des confrères de lui prêter main-forte, « je ne suis pas pâtissier », confie le cuisinier.

À la recherche de jouets 

Une soirée qui a pour seul objectif de faire plaisir : « C’est un moment de partage, où les gens peuvent mettre de côté leurs soucis du quotidien, où ils se font servir, d’autant que pour la plupart ils ne vont que très rarement au restaurant. On prend aussi le temps de discuter », souligne Amélie.

Noël ne serait pas Noël si les enfants n’avaient pas de cadeaux à ouvrir… Et bien évidemment Raphaël Bucciantini et Amélie le savent. Alors pour pouvoir offrir, aussi, ce moment aux plus jeunes, le couple organise une collecte de jouets. « Nous sommes à la recherche de jouets neufs, mais aussi de livres ou encore de jeux de société, pour des enfants âgés de 0 à 11-12 ans », explique Raphaël Bucciantini.

Appel aux dons

Pour organiser cette soirée, le couple espère aussi pouvoir compter sur des âmes généreuses. « Pour le repas, nous prenons tout à notre charge mais si des magasins ou encore des agricultures veulent faire un don, ils sont évidemment les bienvenus ! » Même chose pour les jouets : « Une année, la boutique lilloise Le Bonhomme de bois nous en avait donné des dizaines. J’avais contacté d’autres grandes enseignes, mais je n’ai malheureusement jamais eu de retour. L’an dernier, c’est l’un de nos fidèles clients qui était venu nous déposer une quarantaine de cadeaux », indique le gérant du Mama Maria.

Un réveillon de Noël magique pour tous

Une soirée très attendue pour les familles mais aussi pour le restaurateur : « Organiser ce réveillon est aussi un plaisir égoïste, c’est un vrai bonheur de voir la joie sur les visages des enfants lorsqu’ils ouvrent leurs cadeaux ! » Et il se murmure même que le Père Noël pourrait passer faire un coucou au Mama Maria avant de débuter sa tournée…

Voici une liste, non exhaustive, d’autres opérations solidaires

L’opération Boîte à chaussures à Calais
Le concept ? Remplir une boîte à chaussures d’une dizaine de douceurs afin d’apporter soutien et réconfort aux personnes sans abri. On peut y glisser des chocolats et autres confiseries, fruits secs, biscuits sucrés et salés, canettes de soda ou jus de fruits, compotes, salades composées en conserve, terrines, sardines, thon… Des conserves qui doivent être à ouverture facile. Il est aussi possible d’y mettre des produits d’hygiène tels que du savon, dentifrice, brosse à dents, shampooing ou encore lingettes, ainsi que des petites lampes, stylos, carnets, livres… Une carte de vœux ou un petit mot pour personnaliser la boîte sont également les bienvenus. La collecte a lieu jusqu’au 17 décembre. Rendez-vous sur operationboitesachaussures.fr pour trouver les points de dépôt.

Un cadeau à Noël pour les plus démunis à Arras
C’est le même principe que l’opération Boîte à chaussures organisée à Calais. Ces boîtes seront ensuite distribuées aux familles défavorisées et aux SDF. Infos sur la page Facebook Arras : Un cadeau à Noël pour les plus démunis.

Le Perno festival à Lille
Le principe de ce festival solidaire est simple : « 1 place de concert = 1 jouet acheté = 1 enfant heureux ». Chaque place vendue permet d’offrir un cadeau à un enfant défavorisé de la métropole lilloise. Le festival se déroule jusqu’au samedi 2 décembre. Infos et réservations sur www.leperenoelestilunrocker.com.

Hélène Graffeuille

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Noël autrement (4/4). De garde avec les soignants
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Noël autrement (3/4). Une fête aux accents d’ailleurs
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Émilie roibet, itinéraire d’une reconversion bien pensée
Architecte paysagiste de formation, Émilie Roibet a quitté ses bureaux lillois pour créer sa ferme florale "À l'ombr [...]
Lire la suite ...

Une Cuma qui a le sens de l’accueil
Localisée à Bois-Bernard, la Cuma " L'accueillante " est confrontée aux départs en retraite de ses membres, souvent [...]
Lire la suite ...

DOSSIER ÉNERGIE. À la centrale de Lens, le bois devient énergies
Unique dans la région, par son genre et sa taille, la centrale de cogénération de Lens produit à la fois de l'élect [...]
Lire la suite ...

Inondations : après la pluie, se reconstruire
Une semaine après les premières crues, le Pas-de-Calais tente d'émerger peu à peu, malgré la menace de nouvelles in [...]
Lire la suite ...

Inondations : 50 millions d’euros pour les collectivités sinistrées
Le chef de l'État en déplacement à Saint-Omer et à Blendecques, le mardi 14 novembre, a annoncé un plan d'aide pou [...]
Lire la suite ...

À la ferme du Major, “on crée de l’énergie”
La ferme d'insertion du Major, à Raismes, emploie 40 hommes et femmes éloignés de l'emploi pour leur permettre, en ac [...]
Lire la suite ...

Jean-Marie Vanlerenberghe : « L’attentat à Arras a souligné les failles du dispositif »
Ancien maire d'Arras et doyen du Sénat, Jean-Marie Vanlerenberghe réclame « une réponse ferme » mais dans le resp [...]
Lire la suite ...

Changer de goût et agir pour le futur
Plus saine, plus durable, plus accessible, l'alimentation de demain doit répondre à d'innombrables défis. À l'occasi [...]
Lire la suite ...

Retour sur la première édition du championnat international de la frite
Le premier championnat international de la frite s'est déroulé à Arras le samedi 7 octobre 2023. Soleil et ambiance [...]
Lire la suite ...

Jean-Paul Dambrine, le patron sensas’
Il est l'icône de la frite nordiste. À 75 ans, Jean-Paul Dambrine, fondateur des friteries Sensas et président du jur [...]
Lire la suite ...

Quatre lycéennes d’Anchin à la conquête de l’Andalousie
Iris, Angèle, Louise et Eulalie, lycéennes à l'Institut d'Anchin, ont passé trois semaines caniculaires près de Sé [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Nord, plusieurs nuances de rose, plusieurs nuances de bleu : l’éparpillement façon puzzle
Avec 11 sièges à pourvoir, c’est le département à renouveler le plus grand nombre de sièges derrière Paris : le [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Pas-de-Calais, la droite (presque) unie, la gauche en ordre dispersé et l’éventualité du Rassemblement National :
Pour les prochaines élections sénatoriales, les gauches ne font pas bloc dans le Pas-de-Calais. La droite, elle, table [...]
Lire la suite ...

Numéro 368 : 7 juin 2024

Terres en fête. Dans les pas des champions du Savoir vert
Terres en fête, c'est l'occasion pour le grand public de découvrir un monde parfois trèèèèès inconnu. Des dizaine [...]
Lire la suite ...

Terres en fête : 85 000 visiteurs, 550 exposants et des organisateurs contents
Terres en fête s'est déroulé du vendredi 7 au dimanche 9 juin à Tilloy-lès-Mofflaines. 85 000 visiteurs ont arpen [...]
Lire la suite ...

Flandre : Florian Djebouri a transformé sa passion pour les chiens en métier
Sur Terres en fête, Florian Djebouri faisait des démonstrations de chiens de troupeau. L'occasion de rencontrer ce tou [...]
Lire la suite ...

Élections européennes et dissolution : avec quelles conséquences ?
Quelles conséquences sur le monde agricole vont avoir les élections européennes et la dissolution de l'Assemblée nat [...]
Lire la suite ...

« Il n’y a pas d’ambiguïté, notre objectif est de produire »
Pour Agnès Pannier-Runacher, « si on nie le dérèglement climatique - comme le fait l'extrême-droite - on tue l'agr [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires