Votre météo par ville

Activité en hausse pour La Charrette, le blablacar des producteurs

31-03-2020

Actualité

C’est tout frais

Depuis le début de la crise sanitaire, le réseau de co-livraison La Charrette enregistre une forte hausse du nombre de producteurs inscrits sur son site de mutualisation de service.

Terres et Territoires - La Charrette service logistique dédié aux producteurs
600 producteurs et commerçants se sont récemment inscrits sur Facebook ©LaCharrette

Face à l’épidémie de coronavirus, les temps sont difficiles pour les producteurs mais les opportunités se multiplient pour les prestataires de service. C’est le cas du réseau d’entraide La Charrette. Le nombre de producteurs inscrits sur la plateforme a fortement augmenté depuis le début de la crise.

En plus de cela, deux nouvelles tournées de transporteurs ont été organisées. « Depuis le début de la crise sanitaire, nous avons une forte demande pour organiser les tournées de ramassage auprès des producteurs », remarque Laura Giacherio, co-fondatrice de la startup. Avant d’ajouter que son but premier est de « continuer à apporter un service logistique pour faciliter l’organisation des co-livraisons en circuit-court« .

Le covoiturage (il reste autorisé, ndlr), en plus d’être un moyen de transport écologique, permet aux producteurs de gagner du temps et de l’argent. Pour accélérer les démarches, une carte interactive vient d’être mise en place. « Nous avons créé cette carte pour favoriser le contact direct entre les producteurs qui vendent en livraison ou à la ferme, et les commerçants qui cherchent à écouler leurs stocks », explique-t-elle.

Un service qui sert aussi bien au producteurs qu’aux consommateurs. En effet, les particuliers peuvent voir où acheter leurs aliments près de chez eux : épiceries, initiatives locales, maraîchers et commerces de proximité…

La solidarité s’organise autour des circuits-courts

« Mutualiser les livraisons, ce n’est pas nouveau à la campagne ou en famille par exemple. Mais nous permettons de mettre en lien des personnes qui ne se connaissent pas », précise l’entrepreneuse. La Charrette apporte aussi un cadre pratique (assurance pour le remboursement des marchandises, paiement en amont sur Internet, heure précise de départ…).

« Aujourd’hui, une cinquantaine de producteurs du Nord de la France utilise notre plateforme collaborative »

laura Giacherio, COFONDATRICE
Terres et Territoires - startup La Charrette
Une tournée avec un transporteur ©LaCharrette

« Ensuite les producteurs livrent où ils veulent. Notre objectif est de leur fournir une solution pour faciliter leurs livraisons et contribuer à optimiser leurs ventes ». Le service concerne aussi la grande distribution (E.Leclerc, Super U, Biocoop…). « Circuit-court signifie n’avoir qu’un seul intermédiaire. Or, il arrive qu’un supermarché choisisse de se fournir exclusivement auprès d’un producteur local pour tel ou tel aliment », poursuit-elle.

Nouveauté dans le Nord

La Charrette a été créée en 2017 en région Auvergne-Rhône-Alpes. « Aujourd’hui, une cinquantaine de producteurs du Nord de la France utilise notre plateforme collaborative », affirme la cofondatrice. Des « villages virtuels » de discussions sur Facebook facilitent l’organisation entre producteurs : « Il y en a 19. Celui des Hauts-de-France a vu le jour fin 2019 ».

Prochain objectif dans la région : favoriser la co-livraison dans les cantines scolaires de la Métropole lilloise. Pour cela, un partenariat est en cours de construction avec la chambre d’agriculture des Hauts-de-France afin d’aider les producteurs qui utilisent déjà l’outil Approlocal.

Autre nouveauté mise en place cette année : faire appel aux transporteurs professionnels indépendants pour les livraisons en centre-ville. Encore une solution qui facilite la vie des producteurs locaux, surtout en ce moment.

Lauren Muyumba

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Aker : retour sur huit ans de recherche (vidéo)
Le programme Aker, qui avait pour but de booster la recherche en betteraves sucrières, s’est clôturé le 18  [...]
Lire la suite ...

Carbone : lancement d’un programme européen de rémunération en grandes cultures
Avec un prix minimal de 27,50 euros la tonne de carbone, Soil Capital souhaite « rémunérer les pratiques qui réduise [...]
Lire la suite ...

La cantine à l’heure des hauts-de-France
Du 28 septembre au 2 octobre, dans le cadre de l'opération Invitez les saveurs des Hauts-de-France à votre table, Séb [...]
Lire la suite ...

Des solutions pour limiter la pollution. Les images des essais Épand’air.
La chambre d'agriculture Nord-Pas de Calais et Atmo Hauts-de-France ont présenté, après trois années d'études, le b [...]
Lire la suite ...

Cévinor renforce son partenariat avec Bigard
Lors de son assemblée générale du 24 septembre 2020, la coopérative Cevinor a annoncé son rapprochement avec l&rsqu [...]
Lire la suite ...

Néonicotinoïdes : un amendement vise la création d’un conseil de surveillance
En commission des Affaires économiques, les députés ont voté le 23 septembre pour la création d’un conseil de [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires