Votre météo par ville

Guerre en Ukraine : quelles répercussions pour les agriculteurs français ?

08-06-2022

Actualité

C’est tout frais

Alors que des aides pour soutenir les éleveurs sont débloquées par le gouvernement afin d’absorber la flambée des cours des matières premières et l’impact sur les coûts de production, Ipsos a interrogé pour Réussir les agriculteurs français sur leur situation dans cette période instable marquée par le conflit en Ukraine.

© Pixabay

Moins d’1 agriculteur sur 10 se dit optimiste

Le pessimisme des agriculteurs se maintient à un niveau élevé (même si un peu en-deçà de 2021) : la moitié (50%) se disent pessimistes dans le contexte actuel. Les opinions positives sur le contexte actuel continuent de s’effriter et passent sous la barre des 10 % des avis exprimés (9 %, soit -4 points par rapport à 2021).

Un pessimisme plus marqué auprès des éleveurs qui sont plus de 6 sur 10 à se dire pessimistes (61 % contre 51 % en 2021). Les agriculteurs en grandes cultures sont eux plus attentistes avec environ la moitié (47 %) qui se dit ni pessimiste ni optimiste, et une part d’avis négatif à 41 % qui a tendance à se réduire par rapport à la dernière édition (-12 points qu’en 2021).

« On sent des exploitants qui subissent de plein fouet la flambée des cours des matières premières, hausse qui va directement impacter leur outil de production et mettre en péril pour certains leur activité, avec énormément d’incertitudes pour garantir la pérennité de l’exploitation » analyse Nicolas Vogel, spécialiste Agriculture chez Ipsos France.

Hausse des coûts des carburants et des intrants : les deux principales conséquences directes de la Guerre en Ukraine

Les raisons de ce pessimisme ? Sans surprise, les inquiétudes se concentrent sur la hausse des coûts de production et des charges, avec en parallèle la crainte de ne pouvoir répercuter ces hausses sur le prix de vente de leurs productions en dégradant de fait la rentabilité de l’exploitation : 48% des répondants citent spontanément la hausse des coûts de production, des approvisionnements et des charges comme raison d’être pessimiste.

Les agriculteurs ressentent des conséquences directes de la guerre en Ukraine à leur niveau depuis le mois de février. Ils font face à une multitude de hausses des coûts, avec deux principaux postes identifiés : la hausse des prix du carburant citée par 95% des exploitants, et la hausse du coût des engrais pour 8 agriculteurs sur 10 (81%). A noter que 84% des éleveurs doivent aussi composer avec la montée des coûts pour les aliments destinés à nourrir leurs animaux.

En face seul un agriculteur sur 2 arrive à amortir quelque peu cet effet haussier, déclarant bénéficier de prix de vente revalorisés par le contexte économique (53%).

Produire de l’électricité, une solution pour soutenir l’activité ?

Les agriculteurs ont peu d’options pour faire face à la crise ukrainienne : 26% déclarent n’avoir aucune solution lorsque 39% se disent obligés de réduire voire de stopper la consommation d’intrants (engrais, produits de protection des cultures, carburant…) et anticipent des rendements pour la récolte 2022 en recul.

Les agriculteurs en grandes cultures sont à nouveau plus susceptibles de faire face à la situation en diversifiant leur assolement (76%) ou en augmentant leur production de manière générale pour plus de la moitié d’entre eux (54%). La production d’électricité sur l’exploitation est envisagée par plus d’un agriculteur sur deux (56%).

Un avenir chaotique en attendant le coup de pouce financier

La campagne de l’année prochaine s’annonce difficile pour les agriculteurs : plus de 8 sur 10 (86%) anticipent une flambée des coûts de production, une baisse du pouvoir d’achat (70%) des Français et des situations de pénurie pour les engrais ou produits de protection des cultures (64%).

Les agriculteurs attendent de la filière ou des acteurs publics des aides principalement financières. Parmi les mesures plébiscitées : la répartition des coûts sur l’ensemble de la filière (47%), une baisse exceptionnelle des impôts (42%) ou encore un blocage des prix d’achat d’intrants et d’aliments (42%). Les priorités diffèrent cependant du type d’exploitation. Assurer la livraison des produits commandés (intrants, matériel agricole) est l’attente n°1 des agriculteurs en grandes cultures (56%). Pour les éleveurs, c’est la répartition des coûts de production sur l’ensemble de la filière qui est prioritaire (53%), mais aussi le blocage des prix des aliments pour animaux (43%). Le conseil et l’aide à l’exportation n’intéressent à l’inverse que 6% des répondants, avec une grande disparité entre les répondants : 12% des exploitants en grande culture, contre 3% des éleveurs.

« Les exploitants agricoles se retrouvent aujourd’hui en grande précarité pour un certain nombre d’entre eux, et plus encore totalement démunis face au contexte haussier : ils sont amenés à devoir amortir la hausse des coûts de production à leur niveau, et réclament d’urgence un soutien de la part de l’ensemble de la filière et du gouvernement pour soutenir l’activité et les aider à passer cette période difficile, en prévision notamment de la campagne 2022/2023 » souligne Damien Barnier, Directeur de département en charge des études Agriculture et Industrie-service chez Ipsos France.

Quelques chiffres clés :

  • 50% des agriculteurs interrogés se déclarent pessimistes et seuls 9% se déclarent optimistes dans le contexte actuel
  • 53% déclarent bénéficier de prix de vente revalorisés par le contexte économique
  • 56% envisagent de produire de l’énergie sur leur exploitation
  • 86% anticipent une hausse des coûts de production à l’avenir
  • Pour y remédier, ils sont 47% à plébisciter une répartition des coûts sur l’ensemble de la filière et 42% à demander une baisse exceptionnelle des impôts

Lire aussi : Santé mentale dans l’agriculture : une enquête est réalisée auprès des agriculteurs des Hauts-de-France

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Noël autrement (4/4). De garde avec les soignants
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Noël autrement (3/4). Une fête aux accents d’ailleurs
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Émilie roibet, itinéraire d’une reconversion bien pensée
Architecte paysagiste de formation, Émilie Roibet a quitté ses bureaux lillois pour créer sa ferme florale "À l'ombr [...]
Lire la suite ...

Une Cuma qui a le sens de l’accueil
Localisée à Bois-Bernard, la Cuma " L'accueillante " est confrontée aux départs en retraite de ses membres, souvent [...]
Lire la suite ...

DOSSIER ÉNERGIE. À la centrale de Lens, le bois devient énergies
Unique dans la région, par son genre et sa taille, la centrale de cogénération de Lens produit à la fois de l'élect [...]
Lire la suite ...

Inondations : après la pluie, se reconstruire
Une semaine après les premières crues, le Pas-de-Calais tente d'émerger peu à peu, malgré la menace de nouvelles in [...]
Lire la suite ...

Inondations : 50 millions d’euros pour les collectivités sinistrées
Le chef de l'État en déplacement à Saint-Omer et à Blendecques, le mardi 14 novembre, a annoncé un plan d'aide pou [...]
Lire la suite ...

À la ferme du Major, “on crée de l’énergie”
La ferme d'insertion du Major, à Raismes, emploie 40 hommes et femmes éloignés de l'emploi pour leur permettre, en ac [...]
Lire la suite ...

Jean-Marie Vanlerenberghe : « L’attentat à Arras a souligné les failles du dispositif »
Ancien maire d'Arras et doyen du Sénat, Jean-Marie Vanlerenberghe réclame « une réponse ferme » mais dans le resp [...]
Lire la suite ...

Changer de goût et agir pour le futur
Plus saine, plus durable, plus accessible, l'alimentation de demain doit répondre à d'innombrables défis. À l'occasi [...]
Lire la suite ...

Retour sur la première édition du championnat international de la frite
Le premier championnat international de la frite s'est déroulé à Arras le samedi 7 octobre 2023. Soleil et ambiance [...]
Lire la suite ...

Jean-Paul Dambrine, le patron sensas’
Il est l'icône de la frite nordiste. À 75 ans, Jean-Paul Dambrine, fondateur des friteries Sensas et président du jur [...]
Lire la suite ...

Quatre lycéennes d’Anchin à la conquête de l’Andalousie
Iris, Angèle, Louise et Eulalie, lycéennes à l'Institut d'Anchin, ont passé trois semaines caniculaires près de Sé [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Nord, plusieurs nuances de rose, plusieurs nuances de bleu : l’éparpillement façon puzzle
Avec 11 sièges à pourvoir, c’est le département à renouveler le plus grand nombre de sièges derrière Paris : le [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Pas-de-Calais, la droite (presque) unie, la gauche en ordre dispersé et l’éventualité du Rassemblement National :
Pour les prochaines élections sénatoriales, les gauches ne font pas bloc dans le Pas-de-Calais. La droite, elle, table [...]
Lire la suite ...

Numéro 364 : 10 mai 2024

À Coulogne, aquaculture et ouverture
Le lycée agricole de Coulogne accueille près de 500 élèves et apprenants dans l'une de ses formations initiale, cont [...]
Lire la suite ...

L’Atelier Citronnelle ou les fruits et légumes simplement
Dans les locaux de Pom'Cannelle, à Boulogne-sur-Mer, une nouvelle marque a fait son entrée : Atelier Citronnelle. Der [...]
Lire la suite ...

Bien-être animal : investissements gagnants sur tous les plans
Ludovic Bouillet est éleveur à Bousbecque. Depuis son installation en 2006, l'agriculteur a fait, au fil des années, [...]
Lire la suite ...

Européennes 2024 : Les programmes des huit principales listes
22 listes de partis français ont été déposées dans le cadre des élections européennes qui se dérouleront le dima [...]
Lire la suite ...

Christophe Lépine : « Dans la région, nous avons des espaces naturels exceptionnels »
Christophe Lépine, président du Conservatoire d'espaces naturels Hauts-de-France, a deux passions : la nature et la r [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires