Votre météo par ville

Ici la terre, des agriculteurs à l’autre bout de la ligne

25-02-2021

Actualité

C’est tout frais

Après avoir lancé en 2019 un numéro vert pour répondre aux questions des citoyens sur l’agriculture, le collectif « Ici la terre » lance une nouvelle opération: « un agriculteur dans votre répertoire ».

 Il y a un an, le collectif Ici la terre proposait aux visiteurs du Salon de l'agriculture un speed dating pour rencontrer des agriculteurs et agricultrices, et leur poser leurs questions en quelques minutes.
Il y a un an, le collectif Ici la terre proposait aux visiteurs du Salon de l’agriculture un speed dating pour rencontrer des agriculteurs et agricultrices. ©LDG

« Des questions sur l’agriculture et l’alimentation ? Demandez à être rappelé par un agriculteur ! » Après avoir lancé le premier numéro vert (0805 382 382) pour expliquer l’agriculture aux citoyens, le collectif d’agriculteurs « Ici la terre » continue à créer des ponts entre consommateurs et agriculteurs.

« Alors que l’ambiance était chargée pour l’agriculture dans les médias, situe Jérôme Regnault, installé dans les Yvelines et cofondateur du collectif, notre quotidien d’agriculteurs périurbain n’était pas si difficile que ça. (Il travaille dans une ville de plus de 30 000 habitants, ndlr). On s’est rendu compte que les gens sont plus rationnels quand ils sont en contact avec un ou une professionnel(le).»

Résumé de la saison 1

Résumé de la première partie de l’action du collectif : plus de 900 appels depuis le lancement, 130 membres du sud de la Loire jusqu’au Nord-Pas de Calais, dont 75 actifs en permanence (par tranche de 2 h/jour, du lundi au samedi de 10 h à 18 h), et 83 h de conversations cumulées.

« Ce n’est pas à sens unique, explique Jérôme Regnault, c’était presque thérapeutique pour nos bénévoles agriculteurs aussi ! Même si les interlocuteurs ne sont pas toujours d’accord avec nous, chaque coup de fil se conclut par un mot d’encouragement et de soutien. »

Hasard ou coïncidence : pour le fondateur du collectif, le contact avec les médias s’est bonifié durant l’année écoulée. « Les gens ont encore cette connaissance du monde agricole. C’est un avantage et un défaut. À la fois nous touchons leur cœur, mais ils ont aussi le sentiment de pouvoir presque donner des leçons à notre profession. Or, s’il y en a une qui a bien fait sa petite révolution en permanence, c’est l’agriculture ! »

Adopte un farmer

En 2021, le collectif entend maintenir son numéro vert. « Il fonctionne au fil de l’actualité, ce n’est pas linéaire. » 

« Ici la terre » aura également bientôt son site internet, où les agriculteurs volontaires pourront s’inscrire. « Il suffit d’être un professionnel de l’agriculture et d’avoir envie de parler sincèrement de son métier », explique simplement Jérôme Regnault.

Dernière initiative : la campagne « un agriculteur dans votre répertoire téléphonique ». « La plateforme téléphonique agit comme un filtre entre le consommateur et l’agriculteur. Ici, on va plus va plus loin : c’est un peu « Adopte un farmer ». Il s’agit de donner aux citoyens qui le souhaitent le numéro d’un « correspondant » agriculteur pour lui poser en direct ses questions. Nous ne sommes pas là pour dire que tout est merveilleux. Juste pour expliquer honnêtement comment nous travaillons. Un peu comme on le ferait avec un voisin qui vient nous poser des questions. » 

Lucie De Gusseme

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Zones humides : attention fragiles !
La journée mondiale des zones humides a lieu le 2 février, date de la signature à Ramsar (Iran) de la convention qui [...]
Lire la suite ...

Éthanol : la consommation d’E85 en forte hausse en 2021 
La consommation d'E85 (éthanol à 85% dans l'essence) a grimpé de 33% en 2021, atteignant 468 000 m3, contre 351 800 m [...]
Lire la suite ...

Lait : pas de baisse de prix chez Sodiaal, rectifie Damien Lacombe 
"Notre différent avec la FNPL porte uniquement sur un indicateur faisant référence au prix FranceAgriMer", a réagi l [...]
Lire la suite ...

CBD : le Conseil d’État suspend l’interdiction de la vente de fleur brute 
Par une décision en référé rendue publique le 24 janvier, le Conseil d'État a suspendu, à titre provisoire, l'arr [...]
Lire la suite ...

Aider les agriculteurs à développer leurs savons locaux
Depuis quatre ans, Bérénice Lemaitre produit des savons artisanaux à partir de différents laits : jument, vache, c [...]
Lire la suite ...

Nord : Le département mise sur la nature
Abbaye de Vaucelles, terril des Argales ou marais d’Aymeries… Une vingtaine d’espaces naturels sont class [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires