Votre météo par ville

« L’agriculture peut jouer un rôle pivot dans la production d’énergie »

28-07-2020

Actualité

C’est tout frais

L’Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologiques (OPECST) a rendu public, le 21 juillet, un rapport intitulé «l’agriculture face au défi de la production d’énergie».

Methanisation
© Grégory-Brandel

Ce rapport formule vingt propositions pour développer les énergies renouvelables dans le secteur agricole. «L’agriculture peut jouer un rôle encore plus important dans la production d’énergies» renouvelables «un rôle pivot dont nous ne pouvons ni ne devons faire l’économie», a indiqué le député Jean-Luc Fugit (LREM-Rhône) lors d’une conférence de presse le 21 juillet.

« L’agriculture est par essence productrice d’énergie »

Ce fils d’agriculteur «et fier de l’être», devenu docteur en chimie est co-rapporteur avec le sénateur Roland Courteau (PS-Aude) de ce rapport intitulé «l’agriculture face au défi de la production d’énergie».

Tous deux partent du postulat que « l’agriculture est par essence productrice d’énergie (…) par l’intermédiaire de la production animale et végétale » et qu’elle peut contribuer à développer encore plus d’énergies qu’elle ne le fait actuellement.

La mission alimentaire reste une priorité

« Mais priorité doit rester à la mission de production alimentaire », a martelé Jean-Luc Fugit. Il n’est pas question, pour l’OPECST qui a validé ce rapport à l’unanimité, de donner plus de terres à l’artificialisation des sols. «Il faut éviter que les terres agricoles de qualité ne disparaissent, au profit, par exemple de l’agrovoltaïsme», a affirmé le député.

Priorité à la méthanisation

Même si l’agriculture, «de par son type d’activité de production, émet un niveau important de gaz à effet de serre (GES) par rapport à l’énergie qu’elle consomme», il faut souligner qu’à ce jour, environ 50 000 exploitations sont concernées par la production d’énergie, assurant déjà 20 % de la production d’énergies renouvelables (396 GWh, soit 3,5 % de la production nationale d’énergie).

Environ 50 000 exploitations sont concernées par la production d’énergie, assurant déjà 20% de la production d’énergies renouvelables.

Afin d’atteindre la neutralité carbone en 2050, il faut envisager de multiplier ces chiffres par trois, en 30 ans. Les enjeux sont importants en termes financiers, sociétaux, environnementaux et naturellement agricoles.

Cependant le secteur agricole est à même de fournir quinze énergies renouvelables que l’on peut regrouper dans sept secteurs :

  • biocarburant,
  • méthanisation
  • éolien
  • photovoltaïque
  • pompe à chaleur
  • solaire thermique
  • biomasse chaleur

Vers un développement de l’éolien

S’appuyant sur les conclusions du rapport de l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie publié en février 2019, l’OPECST table à l’horizon 2050 sur un développement de l’éolien agricole (6439 millions de tonnes équivalent pétrole – Mtep) devant le biogaz (4129 Mtep), la biomasse chaleur (1619 Mtep), les biocarburants (1510 Mtep) et le solaire photovoltaïque (1504 Mtep).

L’OPECST table à l’horizon 2050 sur un développement de l’éolien agricole. © DR

Près de 280 000 exploitations produiraient ces énergies renouvelables. Jean-Luc Fugit a appelé à «développer de manière prioritaire la méthanisation» qui permet de produire du biogaz à partir de déchets organiques.

Rééquilibrer les soutiens

Outre la production d’énergie, l’agriculture peut également la stocker. «C’est un sujet décisif», ont indiqué les deux parlementaires qui citent notamment les stations de transfert d’énergie par pompage (STEP), les batteries et surtout l’hydrogène.

Si l’OPECST veut développer la recherche autour de ces énergies, elle appelle également à une meilleure (in)formation des agriculteurs «afin de [les] préparer au mieux (…) à opérer cette transition agroécologique». Qu’elle soit initiale ou continue, «il faut muscler le jeu pour qu’il y ait des productions d’énergies renouvelables dédiées dans le milieu agricole», a insisté Jean-Luc Fugit qui veut également réorganiser les accompagnements financiers.

Dans sa ligne de mire, l’éolien qui «a bénéficié de soutiens publics non négligeables depuis une vingtaine d’années» et qui ne semble plus faire consensus aujourd’hui sur de nombreux points, en termes d’acceptabilité.

Création d’un label Agroénergie

Il propose donc de «rééquilibrer ces soutiens» dans le mix énergétique au profit notamment de l’agroénergie et de projets de territoires. Avec en prime la création d’un label Agroénergie qui préviendrait les conflits d’usages, qui inclurait le cycle de vie du projet et incarnerait l’approche territoriale.

Les principales propositions du rapport

  • « Nous avons établi 20 propositions : neuf d’ordre général et onze sectorielles », a indiqué Jean-Luc Fugit. Parmi les premières, on peut citer :
  • «clarifier la stratégie énergétique nationale vis-à-vis du monde agricole» ;
  • «favoriser la production d’énergie et sa consommation agricole », notamment « en levant certains freins réglementaires » ;
  • «protéger le foncier agricole à travers un nouveau cadre législatif ».

Parmi les onze propositions sectorielles, on note :

  • «Assurer la traçabilité des intrants dans les méthaniseurs» ;
  • «tirer les conséquences de l’abandon progressif des soutiens aux biocarburants de 1ère génération» ;
  • «développer les technologies et infrastructures de stockage d’énergie ».

    Le rapport est disponible sur le site du sénat.
Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Zones humides : attention fragiles !
La journée mondiale des zones humides a lieu le 2 février, date de la signature à Ramsar (Iran) de la convention qui [...]
Lire la suite ...

Éthanol : la consommation d’E85 en forte hausse en 2021 
La consommation d'E85 (éthanol à 85% dans l'essence) a grimpé de 33% en 2021, atteignant 468 000 m3, contre 351 800 m [...]
Lire la suite ...

Lait : pas de baisse de prix chez Sodiaal, rectifie Damien Lacombe 
"Notre différent avec la FNPL porte uniquement sur un indicateur faisant référence au prix FranceAgriMer", a réagi l [...]
Lire la suite ...

CBD : le Conseil d’État suspend l’interdiction de la vente de fleur brute 
Par une décision en référé rendue publique le 24 janvier, le Conseil d'État a suspendu, à titre provisoire, l'arr [...]
Lire la suite ...

Aider les agriculteurs à développer leurs savons locaux
Depuis quatre ans, Bérénice Lemaitre produit des savons artisanaux à partir de différents laits : jument, vache, c [...]
Lire la suite ...

Nord : Le département mise sur la nature
Abbaye de Vaucelles, terril des Argales ou marais d’Aymeries… Une vingtaine d’espaces naturels sont class [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires