Votre météo par ville

Le Nord et le Pas-de-Calais placés en vigilance « sécheresse »

02-06-2020

Actualité

C’est tout frais

L’eau de pluie s’est faite rare ces dernières semaines et les cultures le ressentent déjà. Le Nord et le Pas-de-Calais viennent d’être placés en vigilance sécheresse.

 Heureusement, « les plantes ont une capacité à résister et à s’adapter aux conditions extérieures ». © DR

Cela fait des semaines que nous n’avons pas vu la pluie. Un comble lorsqu’on sait qu’à la sortie de l’hiver, la situation était relativement bonne. « La pluie tombée cet hiver a permis de bien recharger les nappes, explique Jacques Blarel, responsable du service production végétale à la chambre d’agriculture du Nord-Pas de Calais. Le dernier relevé piézométrique montre que les nappes sont bien rechargées. À date, la situation est bien meilleure que celle de l’année dernière. »

Malheureusement, cela n’aura pas suffit. Les préfets du Nord et du Pas-de-Calais ont classé, le 29 mai 2020, les deux départements en vigilance sécheresse. Un état qui arrive plus tardivement que l’an dernier, mais qui est préoccupant.

« Situation hydrologique considérablement dégradée en surface »

Dans son communiqué, la préfecture du Nord constate que « depuis les dernières semaines, suite notamment au temps chaud et sec, la situation hydrologique s’est considérablement dégradée en surface. Les débits des cours d’eau ont diminué jusqu’à atteindre actuellement des seuils de vigilance sur la plupart des stations. » Elle précise que le département est en état de vigilance sécheresse jusqu’au 30 juin 2020, pour l’instant.

De son côté, la préfecture du Pas-de-Calais indique que « depuis le 15 mars, les températures sont très au-dessus de la normale (+2,8 °C en avril). L’ensoleillement est très significatif par rapport aux moyennes et le déficit de pluviométrie atteint 44 %. De ce fait, l’indice d’humidité des sols superficiels est bien en dessous de la normale. Nous sommes en situation de quasi-sécheresse agricole.« 

Les citoyens sont ainsi appelés à raisonner leur consommation d’eau. Mais pour l’instant, selon le conseiller de la chambre  » il n’y a pas de raison que les préfets annoncent des restrictions concernant l’utilisation de l’eau « .

Des cultures qui stagnent

La sécheresse superficielle des sols est, elle, bien notable. « Les cultures de printemps souffrent, constate Jacques Blarel en indiquant un champ de maïs. Ça ne pousse pas. Surtout dans les sols légers. »

D’autant plus que le vent, bien actif ces derniers jours, dessèche les sols et les cultures. Betteraves, pommes de terre, légumes de plein champs, arbres… Toutes les cultures récemment semées sont logées à la même enseigne. Les céréales d’hiver et le colza tirent un peu leur épingle du jeu. Ils sont bien implantés et peuvent puiser l’eau du sol plus profondément.

Retenir l’eau ?

« Cela devient problématique, constate le conseiller de la chambre d’agriculture. Nous ne sommes pas équipés pour irriguer les cultures. Notre réseau d’écoulement des eaux est orienté vers la mer afin d’éviter les risques d’inondations l’hiver. » Ainsi, notre région n’est pas dotée de bassins de rétention pour stocker l’eau si abondante dans notre région autrefois.

La bonne nouvelle dans tout cela ? « Les plantes ont une capacité à résister et à s’adapter aux conditions extérieures et deviennent plus résistantes », tente d’optimiser Jacques Blarel.

Lucie Debuire

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
« Je cultive du topinambour depuis quatre ans »
Plante rustique peu connue, le topinambour est un tubercule qui se montre facile au champ mais dont l'arrachage demande [...]
Lire la suite ...

Sortie du glyphosate : besoin de cinq ans de transition pour l’agroéquipement
Axema (industriels de l’agroéquipement) a publié le 15 juillet 2020 une étude réalisée à la demande du ministèr [...]
Lire la suite ...

Moisson 2020 : les premiers échos de la plaine
Qui dit premières bennes de grains livrées, dit premières estimations. Aucune catastrophe n'est à prévoir cette ann [...]
Lire la suite ...

Dans les Hauts-de-France, la permaculture « fait partie des pistes d’avenir »
Peu développée de manière professionnelle dans la région, la permaculture trouve plutôt sa place en milieu urbain. [...]
Lire la suite ...

Agribiolien : le site des petites annonces pour producteurs bio
Il a été créé par la Fédération nationale de l’agriculture biologique des régions de France (Fnab) pour fav [...]
Lire la suite ...

Pommes : le ministère de l’Agriculture prévoit un net repli de la production en 2020
La production française de pommes de 2020 est estimée inférieure de 8 % à la moyenne quinquennale, a indiqué le 10 [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires