Votre météo par ville

« L’Union européenne ne fait plus de l’agriculture une priorité »

06-05-2020

Actualité

C’est tout frais

L’Union européenne et le Mexique achèvent en ce moment leurs négociations commerciales en vue d’un accord de libre-échange. Responsable du service études et perspectives à l’APCA, Thierry Pouch apporte son éclairage.

Thierry Pouch APCA
Thierry Pouch. © DR

Thierry Pouch est responsable du service études et prospective aux chambres d’agriculture (APCA) et chercheur associé à l’Université de Reims Champagne-Ardenne. Il répond à nos questions sur les accords commerciaux négociés par l’Union européenne.

Lire l’article à ce sujet : UE -Mexique, l’accord qui tombe mal

Dans quel contexte s’inscrit l’accord commercial bilatéral entre l’Union européenne (UE) et le Mexique ?

Depuis plusieurs années, l’UE négocie et signe des accords bilatéraux de libre-échange avec de nombreuses régions du monde. C’est lié au fait que l’Organisation mondiale du commerce (OMC) ne fonctionne plus et ne joue plus son rôle de régulateur du commerce mondial. Il fallait pour l’UE trouver une issue au blocage des négociations multilatérales.

Le regard que porte l’opinion publique sur ces accords a-t-il changé depuis quelques années ?

Oui, le premier à avoir déclenché la controverse est finalement l’accord avec le Canada, le Ceta, en 2017. On voit qu’il y a un conflit d’appréciation de ce type d’accord entre l’agriculture, qui subit des importations avec une concurrence estimée déloyale, et l’industrie européenne qui trouve des nouvelles opportunités à l’export.

Quelles sont les filières agricoles les plus pénalisées par les accords ?

Que ce soit l’accord avec le Mexique, le Mercocur (accord de juin 2019 avec des pays d’Amérique du Sud – Brésil, Argentine, Uruguay et Paraguay, ndlr) ou les accords en discussion avec la Nouvelle-Zélande et l’Australie, c’est la viande, et notamment la viande bovine, qui est au centre des préoccupations.

Si ces accords sont tous adoptés, cela va représenter des volumes très importants qui pourraient être importés en Europe. Et la situation pourrait alors devenir compliquée pour les éleveurs européens des filières viandes. Il n’y aurait guère que l’accord avec le Japon, pays importateur net, qui pourrait compenser un peu.

« D’une certaine manière, l’UE agit dans le dos de tout le monde et cela pose un vrai problème démocratique et de gouvernance. »

Thierry Pouch

Y a-t-il des gains pour certaines filières ?

Oui, notamment la viticulture et les produits laitiers qui pourront être exportés plus facilement. Pour ce qui est des produits laitiers, ce sont surtout les transformateurs qui se frottent les mains. Et pour reprendre l’exemple du Canada, ce sont les producteurs laitiers canadiens qui s’estiment lésés par l’accord. Ils ont d’ailleurs bataillé avec l’État fédéral pour obtenir une compensation.

L’accord UE-Mexique aboutit dans un contexte particulier. Il semble en contradiction avec le discours actuel autour de l’indépendance alimentaire et de la protection de l’agriculture européenne…

Si on écoute Phil Hogan, le commissaire en charge du commerce, la crise actuelle n’est pas de nature à remettre en cause ce type d’accord. Mais au sein des États membres, en France notamment, les pouvoirs publics parlent de relocalisation et de l’importance de la souveraineté alimentaire, en réponse aux demandes des citoyens. D’une certaine manière, l’UE agit dans le dos de tout le monde et cela pose un vrai problème démocratique et de gouvernance. En réalité, depuis la réforme de la PAC en 1992, il semble que l’UE ne fait plus de l’agriculture une priorité.

Quelles garanties offrent ces accords concernant les normes de production ?

Pour ce qui est du Ceta, en France, le Premier ministre, Édouard Philippe, a mis en place en 2017 une commission pour évaluer les risques environnementaux et sanitaires de l’accord. Le même travail a été mené concernant l’accord avec le Mercosur, mais davantage centré sur les conséquences économiques. Les conclusions montrent un risque de dévalorisation de nos produits et de nos normes : les modes de production alimentaires sont moins strictes, l’utilisation des produits phytosanitaires plus importante, la réglementation autour du bien-être animal moins contraignante et les coûts de production moins élevés qu’en Europe…

Propos recueillis par Virginie Charpenet

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Des stocks de pommes deux fois plus importants qu’en 2019 au début de l’été
« Fin juin 2020, alors que la campagne de commercialisation s’achève, les stocks de pommes sont le double de ceux d [...]
Lire la suite ...

Explosion au Liban : le stockage du nitrate d’ammonium en question
L'explosion de quelque 2 750 tonnes de nitrate d'ammonium le 4 août au Liban rappelle que cet ingrédient de base de [...]
Lire la suite ...

Les éleveurs laitiers veulent pouvoir utiliser toutes les jachères en période de sécheresse
La FNPL (syndicat professionnel des producteurs de lait) appelle, dans un communiqué de presse du 12 août 2020, l’Un [...]
Lire la suite ...

Abattoirs : le maillon faible de la filière porcine
Les Hauts-de-France, cinquième région productrice de porcs, ne compte que sept abattoirs capables d'abattre ces anima [...]
Lire la suite ...

Flandres : Un boulanger au four et au moulin
Après le circuit court, le circuit ultracourt ? C'est l'idée un peu folle d'Antony Boulanger, patron à Noordpeene de [...]
Lire la suite ...

Enquête Covid-19 : nos exploitations agricoles régionales mises à mal
Le service économique de la chambre d'agriculture des Hauts-de-France a lancé en mai une enquêteauprès des agriculte [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires