Votre météo par ville

UE – Mexique, l’accord qui tombe mal

04-05-2020

Actualité

C’est tout frais

L’Union européenne et le Mexique viennent d’achever leurs négociations commerciales en vue d’aboutir à un accord de libre-échange bilatéral. Une nouvelle qui inquiète le monde agricole, et notamment les filières viandes.

L'Union européenne et le Mexique viennent d'achever leurs négociations commerciales en vue d'aboutir à un accord de libre-échange bilatéral.
Depuis le premier accord commercial signé entre l’UE et le Mexique en 2000, les échanges commerciaux entre les deux régions ont augmenté de 148 %. © DR

En pleine crise sanitaire, alors que les discours officiels prônent la défense de l’agriculture européenne, les négociations commerciales entre l’Union européenne (UE) et le Mexique sont arrivées à terme. C’est ce qu’a annoncé la Commission européenne dans un communiqué le 28 avril 2020.

Après un accord de principe trouvé en 2018, le processus doit aboutir à la conclusion d’un accord de libre-échange. Il s’agit en fait de la modernisation d’un accord déjà existant depuis 2000.

L’accord prévoit la levée de la quasi-totalité des droits de douane sur les produits échangés avec l’UE, dont les produits agricoles.

Un gros impact pour les filières viandes

Si le processus d’adoption de l’accord va à son terme, l’UE introduira notamment des contingents d’importation en viande.

En viande bovine, ce sont 20 000 tonnes de marchandise, avec un droit de douane de 7,5 %, qui pourraient être introduites progressivement en cinq ans sur le marché européen.

La viande de volaille sera totalement libéralisée (sans droits de douane) avec un droit préférentiel pour 10 000 tonnes. Tout comme la viande de porc (10 000 tonnes).

Par ailleurs, le miel mexicain bénéficiera également d’une libéralisation complète dans sept ans avec un contingent tarifaire de 35 000 tonnes en franchise de droits.

Du côté des exportations, l’UE bénéficiera d’un meilleur accès au marché mexicain pour le fromage et les produits laitiers. L’accord prévoit notamment un contingent tarifaire de 20 000 tonnes en cinq ans pour les fromages affinés. Et de 5 000 tonnes en cinq ans pour les fromages frais. Enfin, il prévoit 50 000 tonnes en cinq ans pour le lait écrémé en poudre.

La viande de porc sera entièrement libéralisée. La volaille bénéficiera d’une libéralisation complète pour la viande de poulet désossée mécaniquement et 20 000 tonnes de cuisses de poulet.

Interbev demande à Paris de s’opposer à l’accord

L’interprofession française bétail et viandes (Interbev) dénonce le contenu de l’accord. Il va, selon elle, à l’encontre du discours ambiant sur la sécurité alimentaire.

Elle rappelle que “les viandes bovines mexicaines ne présentent pas de garanties suffisantes sur le plan sanitaire“. Elles “étaient jusqu’à aujourd’hui exclues de l’accord.”

Interbev semble donc accorder une confiance très limitée dans les propos de la Commission européenne. Par la voix de son commissaire en charge du commerce Phil Hogan, elle assure que la marchandise qui ne respectera pas les standards européens ne pourra pas être importée.

Quid de la position de la France ?

Interbev demande à Emmanuel Macron de “s’opposer à ce nouvel accord UE-Mexique”. Mais aussi de “bloquer toute négociation en cours portant sur l’ouverture du marché européen à de nouveaux volumes de viandes bovines issues de pays tiers”.

La filière demande aussi au président de la République “d’exiger, à Bruxelles, la suspension de toute importation de viandes bovines provenant de pays tiers pendant la période d’état d’urgence sanitaire”.

De son côté, la Coordination rurale dénonce, dans un communiqué du 29 avril, un accord “aberrant” et qui “s’annonce destructeur pour nos filières agricoles”. Les conditions de l’accord “détruiront l’équilibre économique des éleveurs français”, estime le syndicat.

Une fois n’est pas coutume, le monde agricole partage son opposition avec les défenseurs de l’environnement. Ces derniers sont préoccupés par les conséquences de ce type d’accord de libre-échange pour la planète.

Ils semblent, eux aussi, peu convaincus par la Commission européenne qui assure dans son communiqué que l’accord “prend en compte le développement durable” et “respecte l’accord de Paris sur le climat”.

Procédure simple

Néanmoins, rien n’est joué concernant l’entrée en vigueur de l’accord. Il a encore de nombreuses étapes juridiques et politiques à passer.

À la fin des négociations, il doit être traduit dans toutes les langues de l’UE et publié sur le site de la Commission européenne.

Il devra ensuite être approuvé par les gouvernements des États membres de l’UE (Conseil européen) et le Parlement européen dans le cadre d’une procédure simple.

Pour l’heure, il n’est pas prévu que l’accord soit validé par les parlements nationaux de chaque État membre. Ce qui constituerait, dans le jargon européen, une procédure mixte de ratification de l’accord, beaucoup plus longue.

Virginie Charpenet

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Noël autrement (4/4). De garde avec les soignants
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Noël autrement (3/4). Une fête aux accents d’ailleurs
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Émilie roibet, itinéraire d’une reconversion bien pensée
Architecte paysagiste de formation, Émilie Roibet a quitté ses bureaux lillois pour créer sa ferme florale "À l'ombr [...]
Lire la suite ...

Une Cuma qui a le sens de l’accueil
Localisée à Bois-Bernard, la Cuma " L'accueillante " est confrontée aux départs en retraite de ses membres, souvent [...]
Lire la suite ...

DOSSIER ÉNERGIE. À la centrale de Lens, le bois devient énergies
Unique dans la région, par son genre et sa taille, la centrale de cogénération de Lens produit à la fois de l'élect [...]
Lire la suite ...

Inondations : après la pluie, se reconstruire
Une semaine après les premières crues, le Pas-de-Calais tente d'émerger peu à peu, malgré la menace de nouvelles in [...]
Lire la suite ...

Inondations : 50 millions d’euros pour les collectivités sinistrées
Le chef de l'État en déplacement à Saint-Omer et à Blendecques, le mardi 14 novembre, a annoncé un plan d'aide pou [...]
Lire la suite ...

À la ferme du Major, “on crée de l’énergie”
La ferme d'insertion du Major, à Raismes, emploie 40 hommes et femmes éloignés de l'emploi pour leur permettre, en ac [...]
Lire la suite ...

Jean-Marie Vanlerenberghe : « L’attentat à Arras a souligné les failles du dispositif »
Ancien maire d'Arras et doyen du Sénat, Jean-Marie Vanlerenberghe réclame « une réponse ferme » mais dans le resp [...]
Lire la suite ...

Changer de goût et agir pour le futur
Plus saine, plus durable, plus accessible, l'alimentation de demain doit répondre à d'innombrables défis. À l'occasi [...]
Lire la suite ...

Retour sur la première édition du championnat international de la frite
Le premier championnat international de la frite s'est déroulé à Arras le samedi 7 octobre 2023. Soleil et ambiance [...]
Lire la suite ...

Jean-Paul Dambrine, le patron sensas’
Il est l'icône de la frite nordiste. À 75 ans, Jean-Paul Dambrine, fondateur des friteries Sensas et président du jur [...]
Lire la suite ...

Quatre lycéennes d’Anchin à la conquête de l’Andalousie
Iris, Angèle, Louise et Eulalie, lycéennes à l'Institut d'Anchin, ont passé trois semaines caniculaires près de Sé [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Nord, plusieurs nuances de rose, plusieurs nuances de bleu : l’éparpillement façon puzzle
Avec 11 sièges à pourvoir, c’est le département à renouveler le plus grand nombre de sièges derrière Paris : le [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Pas-de-Calais, la droite (presque) unie, la gauche en ordre dispersé et l’éventualité du Rassemblement National :
Pour les prochaines élections sénatoriales, les gauches ne font pas bloc dans le Pas-de-Calais. La droite, elle, table [...]
Lire la suite ...

Dans les coulisses : Le Fournil bio, fournisseur de pain des Jeux olympiques
Créé en 1996, le Fournil bio est aujourd'hui dirigé par Florent Leroy. Le pari ? Faire du pain 100 % bio, et le plu [...]
Lire la suite ...

Marc Dufumier : « L’agroécologie est avant tout un concept scientifique »
Celui qui était un productiviste convaincu prône un changement urgent des pratiques agricoles, s'appuyant sur l'agroé [...]
Lire la suite ...

Législatives 2024 : Quels sont les programmes ?
À une semaine du premier tour des élections législatives anticipées, prévu le 30 juin 2024, retrouvez en huit point [...]
Lire la suite ...

Législatives 2024 : Quels programmes pour la sécurité intérieure ?
À une semaine du premier tour des élections législatives anticipées, prévu le 30 juin 2024, retrouvez les programme [...]
Lire la suite ...

Législatives 2024 : Quels programmes pour l’immigration ?
À une semaine du premier tour des élections législatives anticipées, prévu le 30 juin 2024, retrouvez les programme [...]
Lire la suite ...

Législatives 2024 : Quels programmes pour le logement ?
À une semaine du premier tour des élections législatives anticipées, prévu le 30 juin 2024, retrouvez les programme [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires