Votre météo par ville

Chez Ingredia, la femme est l’avenir…de l’entreprise

18-03-2022

Actualité

Organisations agricoles

La coopérative laitière Prospérité fermière – Ingredia est à la pointe dans le combat pour l’égalité femmes-hommes et la mixité dans l’entreprise. Le préfet du Pas-de-Calais a pu s’en rendre compte par lui-même lors de tables rondes organisées mardi 15 mars au siège arrageois de l’entreprise.

Douze salariées de La Prospérité fermière – Ingredia étaient à l’honneur, mardi 15 mars. © H. V.

Elles s’appellent Myriam, Perrine, Séverine, Stéphanie, Wenghia ou Ekaterina. Elles sont gestionnaire administrative, responsable transport, gestionnaire de flux ou responsable de département. Salariées ici depuis 44 ans ou depuis 2 ans, douze femmes étaient à l’honneur, mardi, au siège arrageois de la Prospérité fermière – Ingredia, lors d’une matinée consacrée à la mixité et à l’égalité femmes-hommes, en présence de Louis Le Franc, préfet, et de Jacqueline Maquet, députée, du Pas-de-Calais. Matinée célébrant la journée internationale des droits des femmes. Lors de trois tables rondes, ces douze ambassadrices ont retracé leurs parcours professionnel et mis en exergue l’engagement de l’entreprise pour la promotion de la mixité et de l’égalité femmes-hommes.

La Prospérité fermière peut être fière du chemin parcouru. « En 1979, quand j’ai commencé ici, il n’y avait pas de femme cadre, a rappelé Myriam qui a effectué des recherches. En 1982, sur 45 cadres, il n’y en avait qu’une. En 2012, 30 % des cadres étaient des femmes ». En 2021, elles étaient 45 % grâce à une politique volontariste qui a vu la société recruter trois fois plus de femmes que d’hommes depuis six ans. Conséquence : ses effectifs féminins ont augmenté de 30 % entre 2014 et 2021 (+ 60 % de femmes chez les cadres) pour passer de 23 % à 27 % des 442 salariés en CDI. Enfin, l’index égalité femmes/hommes a progressé de 10 points en 2021 pour atteindre la note de 93 sur 100 quand la moyenne nationale est de 86 points.

Filles spirituelles

Même si aucune des « ambassadrices » ne l’a formulé ainsi, on peut affirmer que la plupart d’entre elles sont, en quelque sorte, les filles spirituelles de Sandrine Delory, directrice générale de la coopérative. Dans son propos liminaire, cette dernière a avoué : « C’est la première fois que je prends la parole pour parler de l’égalité femmes-hommes ». Pourtant, Sandrine Delory travaille depuis plusieurs années pour la cause des femmes, en jouant le rôle de pionnière dans un monde très masculin. Elle a gravi tous les échelons de l’entreprise en vainquant « le syndrome de la Belle au bois dormant » qui « consiste, pour les femmes, à attendre qu’on vienne les chercher » pour prendre des responsabilités.

Prisme déformant

Le préfet s’est dit « impressionné » par les témoignages, avant de pondérer : « Vous êtes un miroir et un prisme. Or, un prisme, c’est déformant. La situation vécue ici est loin d’être répandue dans le Pas-de-Calais, dans les entreprises et les collectivités. Celles-ci aussi doivent engager des plans d’actions en faveur de la mixité. Or 33 communes et quatre structures intercommunales n’ont toujours pas fait parvenir leur plan », a affirmé Louis Le Franc. Il a ajouté : « Nous allons opérer des vérifications et des sanctions seront prises. Nous espérons qu’elles produiront un effet salutaire sur ceux qui refusent encore de respecter les lois. »

Quittant le monde du travail, le représentant de l’État a pointé « les dossiers les plus graves de violences faites aux femmes qui remontent chaque semaine des services de police. » Enfin, comme Serge Capron, président de la coopérative, qui l’avait évoquée dans son mot d’accueil, le préfet est revenu sur la guerre en Ukraine, mais par le prisme des femmes. « De nombreuses femmes ont fui. Certaines sont déjà arrivées en France, d’autres suivront. Le Pas-de-Calais devra prendre sa part dans l’accueil digne de ces réfugiées ». 

Hervé Vaughan

Lire aussi : Des agricultrices passionnées et motivées

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Numéro 316 : 1 juin 2023

Numéro 315 : 26 mai 2023

Numéro 314 : 19 mai 2023

Raphaël Degenne : « Pour ne pas subir la science, il faut la comprendre »
Ombelliscience est une association fédérant une soixantaine d'acteurs scientifiques des Hauts-de-France. Son objectif [...]
Lire la suite ...

Sortie : À la découverte du cheptel d’Eden 62
Eden 62, le syndicat mixte en charge de la protection des espaces naturels sensibles, souffle sa 30 bougie cette année. [...]
Lire la suite ...

Damien Carlier : “Les changements climatiques remettent en cause la sécurité fourragère des exploitations”
Face aux conditions climatiques marquées par un printemps humide et froid, la pousse de l’herbe s’exprime t [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires