Votre météo par ville

Unéal mise sur la création de filières locales

09-12-2021

Actualité

Organisations agricoles

Lors du point presse organisé le 8 décembre, veille de l’assemblée générale, le conseil d’administration d’Unéal et du groupe Advitam a réaffirmé les orientations de la coopérative et a dévoilé les résultats de l’année passée. Création de filières et structuration de la filiale alimentation sont les principaux sujets évoqués.

Gabriel Delory, vice-président de la coopérative Unéal et du groupe Advitam, Cédric Cogniez, directeur général, Armel Lesaffre, président des deux structures et Nicolas Debrabant, vice-président ont dévoilé leurs ambitions pour les prochaines campagnes. © LD

Le conseil d’administration a dévoilé, le 8 décembre à la presse, ses ambitions pour les prochaines années. « Nous appartenons à un groupe diversifié, implanté dans nos territoires, annonce Armel Lesaffre, président de la coopérative Unéal et du groupe Advitam. Notre ambition est de développer différents modèles d’agriculture qui répondent aux demandes des consommateurs grâce à une mise en commun de savoir-faire et notre capacité à innover. »

Projet de trituration

Pour cela Unéal et son groupe cherchent à structurer et créer de nouvelles filières agricoles. À l’image du projet de réalisation d’une ligne de trituration sur le site de Neuville-sur-Escaut (59) d’ici deux ou trois ans. « Au vu du coût des aliments pour l’élevage, nous avons prévu de mettre en place une ligne de trituration, explique Cédric Cogniez, directeur général de la coopérative et du groupe. Nous avons obtenu des subventions du plan protéines. Pour l’heure, il s’agit de produire des protéines au champ. » Des essais dans des parcelles sont réalisés. Le groupe cherche avant tout à structurer ses activités en filières locales. Et Armel Lesaffre d’ajouter : « l’avenir de nos filières passera forcément par la contractualisation et des engagements de part et d’autre. »

Carbone, cœur des enjeux

Autre enjeu : la réponse aux attentes des adhérents. Les agriculteurs font face à de nombreux challenges environnementaux. Trois pistes semblent se détacher pour rendre rentables les évolutions de pratiques des adhérents. « Le crédit carbone fait partie d’une des trois pistes, nous proposons pour cela un crédit sur colza bas GES (gaz à effet de serre), précise Cédric Cogniez. D’autres valorisent leurs efforts directement auprès de leurs industriels. La dernière possibilité est de se lancer sur le marché libre du carbone. InVivo tente s’emparer du sujet afin de pouvoir proposer des certificats carbone aux adhérents. »

Entre-temps, des groupes GIEE pour la protection des sols, pour l’agrément HVE (haute valeur environnementale) ou de micro-méthanisation se montent dans les régions. L’utilisation des OAD est très significative. La prochaine ère dans laquelle se lance Advitam est celle des robots.

Résilience du groupe

Les circuits de distribution de proximité prennent une place prépondérante dans le activités du groupe. Ils souhaitent notamment la développer en créant des partenariats en fruits rouges et viticulture. « Grâce à nos différentes filiales et nos diversifications d’activités, notre groupe reste résilient malgré ces conjonctures compliquées », se réjouit Armel Lesaffre. Les filiales alimentaires du groupe ont été réorganisées afin de conquérir le marché de la restauration hors foyer.

Pour les résultats de l’année 2020-2021, la coopérative Unéal représente toujours la plus grosse part des résultats du groupe, avec 548,8 millions d’euros (M€). Le négoce Ternovéo apporte 343,60 M€, la distribution 312,40 M€ et le machinisme 177,20 M€. « La partie machinisme a réalisé une belle progression avec des prises de parts de marché, le développement du matériel d’irrigation et l’acquisition de l’enseigne MAPP, destinée aux espaces verts », conclut le président.

Lucie Debuire

Lire aussi : Sodiaal : La coopérative expose sa stratégie à ses adhérents

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Organisation : Être actif dans le changement
Organiser son travail, ça s'apprend mais cela demande de changer ses habitudes et de se remettre en question. À condit [...]
Lire la suite ...

Dephy : Quel avenir pour la réduction des phytos ?
Dans le cadre du dispositif Dephy Hauts-de-France, partie intégrante du plan Ecophyto II du gouvernement se tenait, mar [...]
Lire la suite ...

Méthanisation : Simple comme un jeu de piste
Élèves au lycée agricole de Tilloy-lès-Mofflaines, les cinq membres de l'équipe « Clémentine » ont remporté l [...]
Lire la suite ...

Publireportage : la chips au chaudron made in Hauts-de-France
Fondée en 2018 par Julie et Stéphane Gérard, l'entreprise So Chips, installée dans l'Oise à Longueil-Sainte-Marie, [...]
Lire la suite ...

L’ostéopathie met la patte sur les bovins 
Élodie Landure est vétérinaire équin à Frencq (62). Récemment diplômée d'ostéopathie, elle prodigue des soins d [...]
Lire la suite ...

Sapins : Une seconde vie après Noël 
Chaque année, Gaëtan Doisy, agriculteur aux Rues-des-Vignes (59), propose aux particuliers de replanter leurs sapins d [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires