Votre météo par ville

L’option cynégétique du lycée de Bapaume dans le viseur des animalistes

23-06-2020

Actualité

C’est tout frais

Une pétition en ligne lancée début juin veut supprimer l’option cynégétique et faune sauvage proposée par l’institut Saint-Éloi de Bapaume (62). Le président de la Fédération des chasseurs du Nord-Pas de Calais a lancé une contre-pétition de soutien. Récit des faits.

Une pétition en ligne a été lancée début juin contre l'option cynégétique et faune sauvage, proposéepar deux établissements en France dont l'Institut Saint-Éloi de Bapaume. Une contre-pétition a été rédigéepar le président de la Fédération des chasseurs du Pas-de-Calais. Récit des faits.
L’option cynégétique et faune sauvage viserait avant tout à apprendre à reconnaître et à préserver la faune qui vit aux abords des champs. ©DR

Tout est parti d’une vidéo mise en ligne par Pierre Rigaux, naturaliste français connu pour ses positions anti-chasse, au mois de mai 2020. Sous le titre Un ex-élève de lycée « chasse » témoigne, elle relayait le témoignage anonyme d’un « ancien étudiant en bac GMNF (Gestion des milieux naturels et de la faune) » assurant avoir été emmené en voyage scolaire en 2016 dans un domaine de chasse privé pour une battue de chasse qui l’aurait profondément choqué. « C’est un abattoir en fait, c’est vraiment un abattoir », répète-t-il plusieurs fois.

Récupération militante

Difficile de vérifier la véracité du témoignage, mais vrai ou pas, le militantisme web s’en empare. Début juin, une pétition en ligne est lancée sur le site mesopinions.com « pour interdire l’option chasse au bac dans les lycées agricoles de France ». Elle recueille près de 80 000 signatures. L’autrice, Gabrielle Paillot, militante de la cause animale, est une habituée des pétitions en ligne (59 à son actif sur ce site).

La pétition relaie la vidéo de Pierre Rigaux, ainsi que deux articles de presse mentionnant les deux seuls lycées à proposer l’option cynégétique et faune sauvage : l’institut Saint-Joseph dans l’Aude (11), et l’Institut Saint-Éloi de Bapaume dans le Pas-de-Calais (62).

En soutien, une contre-pétition est créée sur le même site par le président de la Fédération des chasseurs du Pas-de-Calais, Willy Schraen. Elle avait recueilli (à l’heure où nous publions cet article) un peu plus de 10 000 signatures. 

Des faits antérieurs à l’ouverture de l’option

Dans les couloirs du lycée, l’heure est à la sidération. « Il y a quelque chose de détourné, explique Stéphanie Douale, directrice de l’Institut Saint-Éloi. L’Institut Saint-Éloi ne dispense pas la formation en bac pro GMNF que le jeune homme de la vidéo dit avoir suivie. Chez nous, ce n’est qu’une option. De plus, les faits qu’il rapporte datent de 2016, année où l’option n’était pas encore ouverte chez nous. »

« Profondément choqué et peiné » par les 80 000 signatures attaquant ces cours, le professeur enseignant cette option à l’institut Saint-Éloi a écrit au ministère : « Nous n’enseignons pas à nos élèves « le maniement des armes et du crime », comme nos détracteurs aiment à le faire croire, développe-t-il. Il s’agit (…) de sensibiliser les futurs agriculteurs et acteurs du monde rural à la faune sauvage (…). Les élèves n’ont jamais touché ou même vu une arme au cours de l’option. »

« Nos élèves apprennent à faire des plantations, à construire des nichoirs… On n’apprend pas aux jeunes à chasser », insiste la directrice.

« Entre propos diffamatoires, erreur dans l’intitulé de l’option, vidéo douteuse d’un ancien bac pro GMNF, conclut le professeur, cette pétition ne trouve pas de fondement sérieux et légitime. J’ai l’intime conviction qu’elle est juste un élément parmi de nombreux autres pour que cesse la chasse en France. »

Lucie De Gusseme

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Tags
Des moutons boulonnais « écopâturent » à Genech et Pont-à-Marcq
Le troupeau de moutons boulonnais de l’établissement agricole Institut de Genech va valoriser des espaces verts d [...]
Lire la suite ...

Le lin fait sa fashion week
La filière mondiale du Lin se mobilise en lançant à partir d'aujourd'hui pour la "Fashion Revolution week". Objectif [...]
Lire la suite ...

Pommes de terre : quels sont les atouts des cultures intermédiaires ?
Au-delà d’être une obligation réglementaire, les couverts avant la culture de pommes de terre sont préconisés par [...]
Lire la suite ...

Groupama aide les agriculteurs à s’équiper de sondes connectées pour le fourrage
Groupama Nord-Est propose un accompagnement financier pour inciter les agriculteurs à s’équiper de sondes de tem [...]
Lire la suite ...

Éléonore Peretti : « Créer du lien est la raison d’être du MusVerre »
Éléonore Peretti est la nouvelle directrice du MusVerre de Sars-Poteries (59). Elle défend les atouts et le rôl [...]
Lire la suite ...

Bruxelles et les États membres entendent numériser le secteur agricole
Dans le cadre de la révision du plan coordonné 2021 sur l’intelligence artificielle publiée le 21 avril, la Commiss [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires