Votre météo par ville

L’option cynégétique du lycée de Bapaume dans le viseur des animalistes

23-06-2020

Actualité

C’est tout frais

Une pétition en ligne lancée début juin veut supprimer l’option cynégétique et faune sauvage proposée par l’institut Saint-Éloi de Bapaume (62). Le président de la Fédération des chasseurs du Nord-Pas de Calais a lancé une contre-pétition de soutien. Récit des faits.

Une pétition en ligne a été lancée début juin contre l'option cynégétique et faune sauvage, proposéepar deux établissements en France dont l'Institut Saint-Éloi de Bapaume. Une contre-pétition a été rédigéepar le président de la Fédération des chasseurs du Pas-de-Calais. Récit des faits.
L’option cynégétique et faune sauvage viserait avant tout à apprendre à reconnaître et à préserver la faune qui vit aux abords des champs. ©DR

Tout est parti d’une vidéo mise en ligne par Pierre Rigaux, naturaliste français connu pour ses positions anti-chasse, au mois de mai 2020. Sous le titre Un ex-élève de lycée « chasse » témoigne, elle relayait le témoignage anonyme d’un « ancien étudiant en bac GMNF (Gestion des milieux naturels et de la faune) » assurant avoir été emmené en voyage scolaire en 2016 dans un domaine de chasse privé pour une battue de chasse qui l’aurait profondément choqué. « C’est un abattoir en fait, c’est vraiment un abattoir », répète-t-il plusieurs fois.

Récupération militante

Difficile de vérifier la véracité du témoignage, mais vrai ou pas, le militantisme web s’en empare. Début juin, une pétition en ligne est lancée sur le site mesopinions.com « pour interdire l’option chasse au bac dans les lycées agricoles de France ». Elle recueille près de 80 000 signatures. L’autrice, Gabrielle Paillot, militante de la cause animale, est une habituée des pétitions en ligne (59 à son actif sur ce site).

La pétition relaie la vidéo de Pierre Rigaux, ainsi que deux articles de presse mentionnant les deux seuls lycées à proposer l’option cynégétique et faune sauvage : l’institut Saint-Joseph dans l’Aude (11), et l’Institut Saint-Éloi de Bapaume dans le Pas-de-Calais (62).

En soutien, une contre-pétition est créée sur le même site par le président de la Fédération des chasseurs du Pas-de-Calais, Willy Schraen. Elle avait recueilli (à l’heure où nous publions cet article) un peu plus de 10 000 signatures. 

Des faits antérieurs à l’ouverture de l’option

Dans les couloirs du lycée, l’heure est à la sidération. « Il y a quelque chose de détourné, explique Stéphanie Douale, directrice de l’Institut Saint-Éloi. L’Institut Saint-Éloi ne dispense pas la formation en bac pro GMNF que le jeune homme de la vidéo dit avoir suivie. Chez nous, ce n’est qu’une option. De plus, les faits qu’il rapporte datent de 2016, année où l’option n’était pas encore ouverte chez nous. »

« Profondément choqué et peiné » par les 80 000 signatures attaquant ces cours, le professeur enseignant cette option à l’institut Saint-Éloi a écrit au ministère : « Nous n’enseignons pas à nos élèves “le maniement des armes et du crime”, comme nos détracteurs aiment à le faire croire, développe-t-il. Il s’agit (…) de sensibiliser les futurs agriculteurs et acteurs du monde rural à la faune sauvage (…). Les élèves n’ont jamais touché ou même vu une arme au cours de l’option. »

« Nos élèves apprennent à faire des plantations, à construire des nichoirs… On n’apprend pas aux jeunes à chasser », insiste la directrice.

« Entre propos diffamatoires, erreur dans l’intitulé de l’option, vidéo douteuse d’un ancien bac pro GMNF, conclut le professeur, cette pétition ne trouve pas de fondement sérieux et légitime. J’ai l’intime conviction qu’elle est juste un élément parmi de nombreux autres pour que cesse la chasse en France. »

Lucie De Gusseme

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Tags
Noël autrement (4/4). De garde avec les soignants
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Noël autrement (3/4). Une fête aux accents d’ailleurs
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Émilie roibet, itinéraire d’une reconversion bien pensée
Architecte paysagiste de formation, Émilie Roibet a quitté ses bureaux lillois pour créer sa ferme florale "À l'ombr [...]
Lire la suite ...

Une Cuma qui a le sens de l’accueil
Localisée à Bois-Bernard, la Cuma " L'accueillante " est confrontée aux départs en retraite de ses membres, souvent [...]
Lire la suite ...

DOSSIER ÉNERGIE. À la centrale de Lens, le bois devient énergies
Unique dans la région, par son genre et sa taille, la centrale de cogénération de Lens produit à la fois de l'élect [...]
Lire la suite ...

Inondations : après la pluie, se reconstruire
Une semaine après les premières crues, le Pas-de-Calais tente d'émerger peu à peu, malgré la menace de nouvelles in [...]
Lire la suite ...

Inondations : 50 millions d’euros pour les collectivités sinistrées
Le chef de l'État en déplacement à Saint-Omer et à Blendecques, le mardi 14 novembre, a annoncé un plan d'aide pou [...]
Lire la suite ...

À la ferme du Major, “on crée de l’énergie”
La ferme d'insertion du Major, à Raismes, emploie 40 hommes et femmes éloignés de l'emploi pour leur permettre, en ac [...]
Lire la suite ...

Jean-Marie Vanlerenberghe : « L’attentat à Arras a souligné les failles du dispositif »
Ancien maire d'Arras et doyen du Sénat, Jean-Marie Vanlerenberghe réclame « une réponse ferme » mais dans le resp [...]
Lire la suite ...

Changer de goût et agir pour le futur
Plus saine, plus durable, plus accessible, l'alimentation de demain doit répondre à d'innombrables défis. À l'occasi [...]
Lire la suite ...

Retour sur la première édition du championnat international de la frite
Le premier championnat international de la frite s'est déroulé à Arras le samedi 7 octobre 2023. Soleil et ambiance [...]
Lire la suite ...

Jean-Paul Dambrine, le patron sensas’
Il est l'icône de la frite nordiste. À 75 ans, Jean-Paul Dambrine, fondateur des friteries Sensas et président du jur [...]
Lire la suite ...

Quatre lycéennes d’Anchin à la conquête de l’Andalousie
Iris, Angèle, Louise et Eulalie, lycéennes à l'Institut d'Anchin, ont passé trois semaines caniculaires près de Sé [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Nord, plusieurs nuances de rose, plusieurs nuances de bleu : l’éparpillement façon puzzle
Avec 11 sièges à pourvoir, c’est le département à renouveler le plus grand nombre de sièges derrière Paris : le [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Pas-de-Calais, la droite (presque) unie, la gauche en ordre dispersé et l’éventualité du Rassemblement National :
Pour les prochaines élections sénatoriales, les gauches ne font pas bloc dans le Pas-de-Calais. La droite, elle, table [...]
Lire la suite ...

Bois de la Chapelle. La bière fermière qui profite… aux bovins
Installé à Torcy, Aymeric Hubo produit ses bières avec l'orge de la ferme. Depuis 2020, le brasseur de 36 ans élève [...]
Lire la suite ...

Supplément Terres en Fête : 31 mai 2024

Numéro 361 : 19 avril 2024

Numéro 366 : 24 mai 2024

Dunkerquois : Francis Vermersch, sur tous les fronts, l’homme de tous les combats
Champion de l'engagement, Francis Vermersch superpose les casquettes. À presque 70 ans, l'homme aspire désormais à pa [...]
Lire la suite ...

Terres en défis : à vos marques, prêts, partez !
Pour l'édition 2024 de Terres en Fête, le Savoir Vert des agriculteurs a mis au défi les écoles des Hauts-de-France. [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires